CHAPTER 4: AGAINST MY WILL

I got back home tired and emotionally overwhealmet . As I just opened the door, I was shocked by what I saw.

My house was dirty and messy. It was always the same thing each time I was out of town, i was always coming back to a dirty house.  That was my big challenge with the people I was living with. I was leaving with two of my cousins, Terry and Dominique; they were my junior cousins; my mother’s elder sister children.

Terry, the boy, was the first born and came to Dakar a year before Dominique, his younger sister. Its’ two years now that he has been living with me, as for his sister, it has been a year now that she joined us.

When my mum told me about them coming to study in Senegal, I was not enthusiastic about receiving them in my house.

I am the kind of girl who likes that her habits and quiet environment are not interfered into. I have my routine, and I don’t want anybody to come and disturb me.

One of the reasons I am still single up till now, and I don’t stay more than 06 months into relationships; I guess part of it is because of my bad manners. I guess… yes I think…

Immediately I called my mum. Please, Don’t even tell me that I cannot handle my problems alone without calling mumsy! We know each other here.

Mum: « KT (short name of Katreen, pronounced as ketty, that’s the name my mum always likes to call me) I don’t think you have to be so negative and rude with them, » she said, referring to my so called cousins and it was the same thing she was telling me each time ever since she announced me that they want to come to Dakar. Infact before the arrival of Terry in Dakar.

Tomiwa: « try and understand me mum. I don’t think it is a good idea to keep them in my house anymore. You know very well that we are not really in good term with your sister. We are trying to settle our problems but she is not helping it. And now her kids are just a mess and there is nothing to hide about it.

Mum:  « yes, KT, I know, but please do it for me. You know how my sister will talk again. She will surely say that to everybody as she used to do if you don’t accept them… that my child is in Dakar, and her children cannot live with her that we are family yet we treat her like a stranger. » She started begging me.

Tomiwa: « it does not matter, maman. Left for me, she can go to talk to the moon self if she likes. »

Mum: « KT! please, my dear, do it for me… » She pleaded. I hate it when I am asked to do something against my will.

Me: « Mum are you serious right now? After everything she did to you? » I was flabbergasted. My mum won’t change.

Mum: « please, KT, let’s not talk about it again. It is well, and I know you can handle them… »

Me: » hmmm.

My mum, after that, did not say anything else and changed the topic. I decided not to talk about it anymore too. 

And Since the first time I discussed that matter with my mum, I decided to receive my cousins in my home with the conviction that they have 04 or 05 years here in Dakar and after basta. Out!

I also decided to treat them like my brother and sister. Our late father used to tell us that:

« The problems brothers and sisters have in a family should not affect their children. If I have an issue with my sister or my brother, whether it takes time to be solved or not, my children should not be part of it, and they should always respect their uncle or aunt. »

That the reason I decided to let it go and receive my cousins in my house.

Tomiwa: « TERRY, DOMI, WHERE ARE YOU GUYS? » I shouted very loud expressing my anger.

Them: ….

Tomiwa louder: « TEEERRRYYY, DOOOOOMIIII! WHAT’S THE F IS ALL THIS? »

Terry came out first from his room: « Yes YAYA KT! « ( in my country Gabon, we call our senior brother or sister by putting YAYA in front of the first name)

Tomiwa: « how many times will I tell you guys that I don’t like my house in a mess? »

Domi, following behind by her friend, came out from the kitchen: « Good morning Yaya KT! Sorry about all this. We were about to arrange it all. »

Tomiwa: « And who the fuck permitted you to do party in my house this weekend? When I travelled to Lagos last Friday, I told you that I would not want to see any mess when I’ll return! Isn’t it?

Them: yes it is Yaya KT!

Tomiwa: » so? Can someone explain what is going on here?. I’ll not continue to shout at you all the times concerning this house. We are all adults here, and I want you guys to contribution too. We have house help, so at least on weekends, you guys should try and behave like adults and not kids.

Them: D’accords!

Can you imagine that?

Big boys and girls like them behaving like babies. I am not going to tolerate it anymore. After the tiring journey I had because of this overbooked flight, I am coming back home to this, to face this kind of shit. Nonsense! When I think of what happened this morning, i am just too exhausted.

Monday morning.

05.30 am I woke up very tired that morning. Something unusual because I always sleep on time to be in a perfect shape the next day. Our job at the airport requires us to be 100% in good form because it’s too fast. We’re working in a fast pace environment.

After taking my bath, makeup, I put on my uniform, a mini green dress with an African design around the neck, pockets and down. I put on my shoes, carry my green bag, put my perfume 212VIP on.

I was ready for work! The company’s bus picked me up at 08.00 am. We resume work by 09am, but we have to pick other staff on duty up too.

Voyager Airlines is an African private company owned by Nigerian businessman. They have a good standard, but that is just because we have many white British and Australian members on the company’s board.

We have more than enough fleet and try to maintain our services to a good standard, but it’s not easy. Lol, its Africa, you know!

We got to the office. After dropping my bag, I went straight to the coffee machine because I knew that the day would be long.

Thank you guys for reading my stories.

« Please Like, 👍🏼👍🏼👍🏼

Comment and Share- I need your comments 🙏🏼🙏🏼🙏🏼

Follow me on

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa

 

CHAPITRE 3: SURPRISE

De retour à l’hôtel vers 20 heures, j’étais épuisée. Nous sommes allées manger avec la clique Kunle et après nous avons fait le tour du centre commercial. Nous étions aussi au marché et ceci parce que je voulais acheter des denrées alimentaires, la bonne bouf nigérianne. Vous nous connaissez, les femmes avec les achats nous sommes devant.

En plus à Dakar pour faire un bon plat du Nigeria comme « mamaput Nigerian Restaurant » basée à Dakar le fait, il faut avoir les bon ingrédients. Croyez moi ça coute chers à Dakar.

J’ai dû convaincre Ihuoma de me suivre au marché. Nous sommes donc allés au marché Aguégué à Ikeja. Nous sommes également allés au village informatique pour acheter des logiciels pour mon cousin Terry qui vit avec moi à Dakar.

Arrivée dans ma chambre d’hôtel, je commençai à faire mes bagages. Je ne voulais pas être pressé. Je fini de ranger mes valises vers minuit. Wow !!! En regardant ma montre, je savais que je n’avais que 02 heures pour dormir.

J’alla prendre une douche éclaire de 10mns. Pardon ne me criez pas deçu. L’eau et moi parfois c’est chien et chat. Après, quand je fini, en sortant de la salle de bain, mon téléphone sonna.

Lui: « bonjour, bébé! »

C’est qui vous connaissez… tout au long de la journée, j’avais décidé de rejeter ses appels. Mais il n’arrêtait pas d’appeler alors j’ai décidé de prendre cet appel.

Tomiwa: « ouais! Dis-moi, que veux-tu au juste, qu’attends-tu de moi? » Je répondais au téléphone en roulant des yeux.

Yul: « Je veux juste avoir 30 minutes de ton temps pour te parler et t’expliquer clairement ce qui s’est passé à ce moment-là. » Il dit en soupirant.

Tomiwa: « Écoute Yul, ne te dérange même pas. Ne te fatigue même pas mon cher. Je ne suis pas de bonne humeur pour parler, mon vol est dans moins de 8 heures, et j’ai besoin de me détendre. »

 Yul: « S’il te plait Tomiwa. J’insiste vraiment. Je tiens à m’excuser. Ok, j’avoue que j’ai tout merdé… Tout ce que je veux c’est te voir… accepte mon invitation s’il te plait… dit oui… please. » Il aligna ses mots sans même me donner la chance de refuser.

 Tomiwa: « ok, oui! » Je répondis rapidement en acceptant son invitation. Je n’avais pas mesuré l’ampleur de ma réponse. Mon vol était pour bientôt. Je me disais que je n’allais pas le voir d’ici peu de temps. Et que si cela arrivait, ça allait me prendre au moins six mois avant de revenir à Lagos ou qu’il vienne à Dakar.

Yul: « ok, bébé! Merci. Prends soin de toi! »

Tomiwa: « fais attention. »

 Yul: « bisou! »

 Click…… Il coupa la communication sans transition.

 Hum. Laissez-moi vous dire, et je ne le nierai pas. J’aime cet homme, bon aimer c’est peut-être trop prononcé, je dirais peut-être que j’ai de l’affection pour lui mais il s’est passé quelque chose l’année dernière qui m’a mise en colère contre lui et je le suis toujours jusqu’à présent.

 Yul Peter Ekeh est le responsable du dispatching des vols de la compagnie encore appelé « space control officer ». Il est responsable de la répartition des vols intérieurs et internationaux et de la coordination des vols de correspondance avec les autres compagnies aériennes avec lesquelles nous avons un accord pour toutes nos stations.

Alors que s’est-t-il passé? C’est une longue histoire mais il faut que je vous la raconte pour que vous aillez une compréhension claire de la haine que je lui porte.

En début d’année passée, le chef d’escale de Dakar démissionna, et le représentant de Dakar m’avait demandé d’assurer l’intérim de ce poste jusqu’à ce qu’une nouvelle personne soit embauchée. Il nous avait même dit qu’il se pourrait que la Direction Générale affecte un employé depuis Lagos pour venir couvrir cette position.

A l’époque, j’occupais le rôle de superviseur des opérations. Lorsque qu’on me proposa de couvrir le poste de chef d’escale, j’accepta et le fis pour une durée de six mois jusqu’à ce que la direction des ressources humaines basée à Lagos m’appella pour me demander si j’étais intéressée pour une promotion.

Imaginez quelle était ma joie!

Le fait de recevoir cet appel me donna espoir. Je pensais avoir eu le poste d’emblée. Je me disais qu’il ne pouvait pas juste m’appeler comme cela pour le plaisir de juste me demander si je voulais le poste ou pas.

Mais ensuite, la dame dans la conversation me demanda quand est ce que j’étais disponible à passer un entretient. Je lui donnai ma disponibilité et le vol suivant j’étais au rendez-vous d’entretien à Lagos.

Pour moi, ce n’était que des vacances. Je voyais cette session comme étant que de la formalité. Je travaillai pour Voyager Airlines depuis maintenant cinq ans. Rien n’était nouveau pour moi.

Oui, j’étais un simple agent d’opération à l’époque quand j’ai commencé à travailler à l’aéroport avec Voyager Airlines. Mais néanmoins, j’accumula de l’expérience. C’est qui me m’était en confiance et je m’étais mis en tête que ce poste était déjà le mien. Grande fut ma surprise quand les choses ne résultèrent pas comme je l’avais imaginé.

Donc comme je vous disais, j’étais arrivée à Lagos. Grande fut ma surprise quand je rentrai dans la salle pour passer le test. Il y avait dans la salle 10 autres candidats. Je reconnu certains parmi eux et les autres ne m’étaient guère familiers.

Je réussis tous les tests. Il ne restait plus que l’entrevu final avec « M. je sais tout » Yul Peter Ekeh. Quand mon tour arriva, je rentrai dans son bureau et il me demanda de m’assoir en face de lui. Lorsque je fus installé, Il me demanda juste de lui donner mon âge.

Erreur…

Je commençai à donner mon cursus scolaire et professionnel. J’étais littéralement à côté de la plaque. Il me regarda en ayant un air de dédains. Cet à cet instant que je réalisai que je devais premièrement lui donner mon âge. «boum» il m’arrêta.

 Yul: « Eh bien, merci pour votre présentation. C’est bon, mais pour moi, je pense que vous êtes trop jeune pour occuper le poste. Mais nous vous répondrons dans les plus brefs délais. »

 J’étais choqué. Je ne m’attendais pas à avoir ce genre de commentaire.

 Oui, je suis jeune, certes. Mais j’ai prouvé par mon travail et mon engagement que je pouvais bien gérer le poste. Alors ce jour-là, je les ai juste quitté et je suis retourné à Dakar.

 Le fait est que, depuis ce moment où je suis allé pour l’entrevue jusqu’à maintenant, cela fait six mois ou huit, le siège social n’a pas envoyé une autre personne pour prendre le poste. Je suis donc toujours le chef d’escale par intérim de Voyager Airlines au Sénégal.

Après cette séance d’entrevu, Yul a commencé à venir régulièrement à Dakar en mission. J’ai même pensé qu’il bloquait ma candidature parce qu’il voulait mettre une de ses relations ou postuler pour lui-même. Mais non.

Le gars m’avait dit un jour qu’il n’était pas intéressé par le poste. Il a commencé à me poser des problèmes à chaque fois qu’il était à Dakar, concernant la façon dont je traitais affaire avec nos partenaires, nos prestataires de services et même avec les agences gouvernementales comme l’ASECNA, l’ANACS et même la société Total pour l’approvisionnement en carburant, en disant que je retardais le vol en faisant le plein de l’avion et que je devrais faire une telle action assez tôt pour que l’avion parte à l’heure et tant d’autres choses …

Non mais oh attendé. Je devais faire la magie pour mettre le carburant dans l’avion avant son atérrissage ou bien🙄.

Il me gonflait mais alors la vous ne pouvez meme pas imaginer.

 Et un jour, nous avons eu un affrontement sévère, et depuis, je ne veux même plus le voir. Il s’est excusé, mais je m’en fous. Je lui ai dit que je m’en tapais de ses excuses.

 Après l’appel de Yul, je me suis simplement allongé sur mon lit pour me détendre. Dieu merci, Ihuoma m’a réveillé. Sinon, j’aurais dormi jusqu’au lendemain.

 *****************************

 Tôt ce dimanche matin, vers 2 heures, Ihuoma et moi, ainsi que quelques autres collègues, avons quitté notre hôtel pour l’aéroport. (Ouais, je peux voir vos grands yeux ouverts; nous avions un bus qui nous conduisait à l’aéroport).

 L’enregistrement commençait vers 05h30 am, mais nous devions partir tôt pour être à l’heure à l’aéroport. Vous connaissez Lagos, avec la longue distance. On n’était jamais sûre de ce qui pouvait arriver en chemin.

 Le vol était complet de Lagos avec plus 200 PAX (passagers) revenant de leurs vacances. Je partais ce dimanche tôt le matin pour Dakar;

 J’ai dû opérer le vol depuis Lagos et avec l’aide du chef d’escale de Lagos, Mme Bukky Ademola, j’envoya les informations nécessaires à notre représentant. C’est-à-dire le manifeste des passagers, l’heure de décollage de Lagos, et aussi l’heure estimative d’atterrissage à Dakar EAT, et la demande de fauteuil roulant pour un passager.

 Après cela, j’alla directement en salle d’embarquement.

 Ihuoma: « ok ma chérie, Il est temps pour nous de partir. Je t’appellerai quand j’arriverai à Jo’burg, ok! »

 Tomiwa: « ok, ma belle! Prends soin de toi et faites un bon voyage. »

 Elle me laissa là où j’étais assise, et dès qu’elle franchi la porte d’embarquement, quelqu’un vint s’asseoir près de moi.

 Lui: Tiens tiens ma belle! Qu’on se retrouve, hein! Tomi, comment ça va? Il entama la conversation.

 Je me retournai pour voir qui était la personne.

Que dois-je faire à cet enfant eh Dieu? Grrrrr!

Tomiwa s’il te plait, pardon retiens toi. Cogitai-je dans ma tête.

 Tomiwa: « oh pffff! Pas toi encore! T’es la dernière personne à qui j’aimerai parler ce matin. » Je sorti ces paroles de ma bouche, surprise de le voir là, à l’aéroport, en salle d’embarquement.

 Yul: « ma chère, je crois que tu n’auras pas le choix. Je suis dans ce vol car laissez-moi te dire quelque chose, nous allons être sur le même vol jusqu’à l’arrivée. » il sourit en me narguant du genre, trop tard, tu m’auras à ton dos tout le trajet du voyage.

 Tomiwa : « quoi? Ne me dis pas que tu vas sur Accra! » je criai. Les gens assis derrière nous se retournèrent pour me regarder.

 Yul: « Point of correction ! je vais à Dakar en mission ma belle ! » il était tellement sûr de lui.

 Tomiwa: « Attends, ah! ah!  Et c’est juste maintenant que tu me le dis? » J’étais stupéfaite. Je ressassais dans ma tête notre dernière conversation.

 Yul: « J’ai essayé de te le faire savoir, mais tu ne m’as pas permis… »

 Tomiwa: « peu importe… »

L’annonce d’embarquement interrompu notre conversation.

Je me levai le laissant derrière et alla embarquer. J’avais toute idée que mon vol n’allait pas être paisible.

Cet homme savait pourquoi il me demandait un rendez-vous hier. Il savait qu’il allait à Dakar, et j’ai accepté de le voir comme une idiote !

 *************************************

Nous avons décollé de Lagos à 08h00. Après 34mns de vol, nous atterrissions à Accra.

 Avant de partir d’Accra.

 Le pilote passa son annonce habituelle:

 « Bonjour, chers passagers. Le capitaine Richard COOK aux commandes.

Tout d’abord, je souhaite la bienvenue à bord à vous nos passagers du vol 86A de Voyager Airlines en destination de Dakar.

 Il est 8h34. Il fait beau et avec le vent de notre côté, nous prévoyons atterrir à Dakar à 3h15 environ, 45 minutes d’avance sur l’heure.

 Le temps à Dakar est clair, avec une température de 18 degrés cet après-midi.

Si le temps le permet, nous devrions avoir une vue magnifique sur la ville en descendant.

Le personnel de cabine viendra dans une vingtaine de minutes vous offrir une collation légère et une boisson, et le film en vol débutera peu de temps après.

 Encore une fois, nous vous remercions d’avoir choisi de voyager avec nous aujourd’hui et nous espérons que vous apprécierez votre vol. « 

 Et puis l’hôtesse:

 « Mesdames et messieurs, au nom de l’équipage, je vous demande de bien vouloir attirer votre attention sur les moniteurs ci-dessus tout au long de notre présentation.

Il y a six issues de secours sur cet avion.

Prenez une minute pour localiser la sortie la plus proche de vous.

Notez que la sortie la plus proche est peut-être derrière vous.

Comptez le nombre de lignes de sièges jusqu’à cette sortie. Si la cabine subit une perte de pression soudaine, restez calme et écoutez les instructions du personnel de cabine.

Les masques à oxygène tomberont du dessus de votre siège. Placez le masque sur votre bouche et votre nez comme ceci. Tirez sur la languette pour la resserrer.

Si vous voyagez avec des enfants, assurez-vous que votre masque est en place avant d’aider vos enfants. Dans le cas peu probable d’un atterrissage et d’une évacuation d’urgence, laissez vos bagages à main derrière vous.

Des gilets de sauvetage sont situés sous vos sièges et un éclairage de secours vous mènera à votre sortie et à votre toboggan les plus proches.

Nous vous demandons de vous assurer que tous les bagages à main sont rangés en toute sécurité pendant le vol.

Pendant que nous attendons le décollage, veuillez prendre un moment pour consulter la carte de données de sécurité dans la poche du siège devant vous.

Après le passage de l’hôtesse, j’ai tout de suite mis mes caches lumières et m’endormis.

Je l’ai fait parce que je ne voulais pas avoir de conversation avec Yul. Il était assis juste à mes cotés.

C’est le message du capitaine COOK qui m’a réveillé avant notre atterrissage à Dakar.

J’ai pris mon sac à main et je suis immédiatement allé voir notre Country Manager (CM), M. Moyosore qui était au sol, attendant que les passagers sortent de l’avion.

CM: « Hé, Liane! » Il aime m’appeler par ce nom parce qu’il dit que c’était la première fois qu’il entendait ce genre de nom. « Comment allez-vous? Bienvenue à nouveau! J’espère que vous avez fait un bon voyage! » Il s’écria en me voyant. Vous savez comment les naijjés aiment crier 🤣.

Tomiwa: « Très bien, Monsieur! » ouais, pas mal!

 CM: « ok. Prenez ces documents, déposez-les au bureau, et vous pouvez y aller. »

 Tomiwa: « Merci, Monsieur! » à demain au bureau.

Comme s’il savait que je ne voulais pas gérer le vol car j’étais très fatigué. Je l’ai laissé. J’alla déposer les documents et je rentra directement chez moi.

 J’habitais Sacré Cœur 3 derrière la « boulangerie Jaune » dans un duplex de trois chambres. En rentrant chez moi, grrr… Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai vu….

J’ai enfin publié aujourd’hui. 😊

Bonne semaine à tous.

« Veuillez aimer, commenter et partager-

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @Thestoryoftomiwa

CHAPTER 3: SURPRISE

Hiya! Hope ya’ll fine and enjoying my story, The Story of Tomiwa. I want to thanks all of those that have subscribed to my blog. I appreciate you all.

I want your likes and comments… let’s interact folks! Let me have your point of views. This will make me improve.

Apologies for mistakes.

*************************************

January 2013

We got back to our hotel room a bit late today, around 08 pm. I was exhausted because of walking around the malls and market just in the name of shopping.

I had to convince Ihuoma to follow me to market. So we went to Aguégué market at Ikeja. We also went to computer village to buy software for my cousin Terry who lives with me in Dakar.

As soon as I stepped back into my hotel room, I started packing my luggage. I did not want to be in a hurry. I finished arranging my bags around midnight. Wow!!! Looking at my watch, I knew that I just had 02 hours to sleep.

I went to bath, and when I finished, coming out of the bathroom, my phone rang.

Him: ”hello, babe!”

It’s was who you know… throughout the day, I decided to reject his calls. But he kept calling so I decided to pick this call.

Tomiwa: “yeah! Tell me, what do you want from me?” I answered the phone rolling my eyes.

Yul: “I want you to give 30mns to talk to you and clearly explain what happened at that time.” He said literally begging.

Tomiwa: “look, Yul, don’t even bother yourself. I am not in a good mood to talk, my flight is in less than 8 hours, and I need to relax” I replied giving him hope I guess because he kept begging.

 Yul: “ok, but I was hoping you could say yes to our next meeting.”

Tomiwa: “do you realise that this will happen the next time i’m in Lagos right? I asked.

Him: « … »

Tomiwa: »ok, yes!” I promptly answered accepting his invitation because I knew it would take me long before we see each other in Dakar or Lagos. However, his silence intrigued me. He is not the type of man to keep quiet.

 Yul: « ok, babe! Relax well. Take care! »

 Me: » take care. »

 Yul: kiss!

 Click……

 Hum. Let me tell you, and I will not deny it. I like that man, but something happens last year that has made me angry towards him up till now.

 Yul Peter Ekeh is the Space Control Officer of Voyager Airlines Ltd. He is the person in charge of dispatching domestics and international flights and coordinating correspondence flights with other airlines we have an agreement with for all our stations.

 Early last year, our Station Manager resigned, and the country manager of Dakar station asked me to be the acting station manager untill they send somebody from headquarters.

I was the Airport Services Supervisor and acted as Station Manager for 06 months until the HQ called for an interview to found out if I could handle the work.

 Can you imagine! I was disappointed with our HR team to tell you the truth. Under normal circumstances, in my opinion, they should have conducted a promotion process, and also follow the evaluation process or mid term review to evaluate my performance and see that i was qualified for the job.

Instead, they called me all the way from Lagos, and made me travel all over there, for me to take an interview and the only question that was asked was about knowing if I was available and willing to take that offer.

I have been working for Voyager Airlines for five years now. Nothing was new for me. I was a simple operation agent back then when I started working at the airport with Voyager Airlines. Still, I have been gathering experience since then. I got trained and even studied operation management and graduated. So I knew I was well prepared enough for the position.

 So when I eventually went to Lagos for that f*****g for the test and interview to be Dakar station manager, everything went well until the last step which was my meeting with « Mr. I know it all  » Yul Peter Ekeh. He kasked me only one question. « How old are you ? » I started introducing myself narrating my educational and professional background until I gave my age… and “bam” he stopped me.

Yul: » hum. Well, thanks for your presentation. It’s ok, but for me, I think you are too young to have this position. We will get back to you soon. » That said he stood up and left me.

 I was shocked. I did not expect to get that kind of comment. I am young, but I proved by my work and commitment that I could handle the position well enough despite my young age . So that day, from the office and went straight to the airport back to Dakar.

From the day of the interview till now, it has been six months now, the headquarter has not sent another person to take over the position. So I am still the « acting station manager » of Voyager Airlines in Senegal.

 After that interview session, Yul started to come to Dakaron a regular basis. I even thought he blocked my candidacy because he wanted to put his relative or apply by himself. But no.

I was frustrated and disappointed. I was not fully appointed, my salary was not matching yet i was doing the work and and going overtime because of flight delays and all.

At some point, The guy told me one day that he is not interested in the position. He started giving me trouble each time he was in Dakar, concerning the way I was dealing with our partners, service handlers, and government agency like ASECNA, ANACS, and even Total company for fuel supply, saying that I was delaying the flight while fueling the aircraft and that I should do such action early enough for the plane to leave on time and so many other things…

And one day we had a severe clash, and since that time, I don’t even want to see him anymore. I have been avoiding him as much as possible. He has been apologizing, but I don’t f*****g care about him and his excuses.

 After Yul’s call, I just laid down on my bed to relax. Thank God Ihuoma woke me up. If not, I would have slept till the next day.

 

*****************************

 Early this Sunday morning, around 2 am, Ihuoma and I, and some other colleagues left our hotel to the airport. we had a bus taking us to the airport.

 The checking was starting around 05h30am, but we had to leave early to be on time at the airport. You know Lagos, with the long-distance we never know what can happen on the road.

 The flight was full from LOS (Lagos) with PAX (passengers) returning from their holiday. I was departing that Sunday early in the morning back to Dakar, but I had to operate Our flight from LOS. With LOS station manager, Mrs. Bukky Ademola’s coordination,  I sent some information to Dakar like the PNL ( passengers name list), Lagos taking off time, Dakar EAT( estimate arrival time), and wheelchair request for one Pax.

 After that, I enter straight to the boarding room.

 Ihuoma: » ok, babe! It’s time for us to go now. I’ll give you a call when I get to Jo’burg, ok! Take good care and safe flight back to Dakar » she said hugging me.

Tomiwa: « ok, dear! Stay well and do have a nice trip too » i said.

 She left me where I was sitting, and as soon as she passed the boarding gate, someone came to a seat near me.

 Him: « eh! Tomi, how you doing? » Yul surprised me.

Me turning back to see who the person was.

Tomiwa: »Sheytetete! you again! You are the last person I will like to talk to this morning » I told Yul.

Yul: « my dear, you will need to because let me tell you something, we’re going to be on the same flight. » He said smiling back at me. I melted😊🤦🏽‍♀️

Tomiwa: « what the h*? Don’t tell me you’re going to Accra! » I completely turned to face him.

 Yul: « point of correction, I am going to Dakar on a mission dear ».

Tomiwa: « and you’re just telling me? » He could see my frustration. My mind went back to our last conversation.

 Yul: » I tried to let you know, but you didn’t allow me…. » He was right.

 Me: « whatever… » I ignored him and put on my sunglasses and position myself as if i wanted to sleep on the bench.

Few minutes later, I stood up and entered the plane, knowing fully that this guy would disturb me throughout the trip. This man knew why he was asking me for a rendezvous yesterday. He knew he was going to Dakar, and I accepted to see him like a real dummy!!!!!!!

 ***************************************

We took off from Lagos at 08.00 am. After 34mns, we were in Accra.

 Before departing from Accra.

 Pilot speaking:

 « Good morning, passengers. Captain Richard COOK speaking.

First, I’d like to welcome everyone on Voyager Airline Flight 86A onboard to Dakar.

 The time is 8.34 am. The weather looks good, and with the tailwind on our side, we are expecting to land in Dakar approximately at 3.15 hours, 45mns ahead of schedule.

 The weather in Dakar is clear, with a high of 18 degrees for this afternoon.

If the weather cooperates, we should get a great view of the city as we descend.

 The cabin crew will be coming around in about twenty minutes to offer you a light snack and beverage, and the inflight movie will begin shortly after that.

 I’ll talk to you again before we reach our destination. 

Once again, we thank you for choosing to fly with us today, and we hope you enjoy your flight. »

 And then the Hostess:

 « Ladies and gentlemen, on behalf of the crew, I ask that you please direct your attention to the monitors above as we review the emergency procedures.

 There are six emergency exits on this aircraft.

Take a minute to locate the exit closest to you.

 Note that the nearest exit may be behind you.

Count the number of rows to this exit. Should the cabin experience sudden pressure loss, stay calm and listen for instructions from the cabin crew.

 Oxygen masks will drop down from above your seat. Place the mask over your mouth and nose like this. Pull the strap to tighten it.

 If you are traveling with children, make sure that your mask is on, before helping your children. In the unlikely event of an emergency landing and evacuation, leave your carry-on items behind.

 Life rafts are located below your seats, and emergency lighting will lead you to your closest exit and slide.

We ask that you make sure that all carry-on luggage is stowed away safely during the flight.

While we wait for take-off, please take a moment to review the safety data card in the seat pocket in front of you.

 After the hostess passage, I immediately put on my headphones and glasses wind down the window cutting, and slept off.

 I did it because I did not want to have any conversation with that stupid man called Yul.

 It is Captain COOK again that woke me up once we landed in Dakar.

 I carried my handbag and immediately went to see our Country Manager (CM), Mr. Moyosore.

 CM: « Hey, Liane! » He likes to call me by that name because he said it is the first time he hears that kind of name. « How’re you doing? Welcome back! I hope you had a nice journey! »

Tomiwa: « Fine, Sir! » yeah, it was not bad! » I replied.

 CM: « ok. Take these documents, drop them at the office, after that you can go home. »he instructed me.

Tomiwa: « Thank you, Sir! » see you tomorrow at the office then. » I left.

 Mr Moy probably knew I did not want to handle the flight because I was very tired. I left him, dropped the documents, and went straight to my house.

 I was living at Sacre Coeur 3 behind the « boulangerie Jaune » in a three-bedroom duplex.

As I got home. grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr you can’t imagine what I saw….

 

Like, Comment and Share- 🙏🏼 I want to read your comments guys.😊

Follow me on

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa

 

CHAPITRE 2: LUI

En me retournant, j’ai heurté la poitrine d’un homme. Cet homme… Mon homme… mais j’étais toujours dans le déni de ne pas avoir compris que mon âme et mon corps spirituel avaient soif de lui.

 Cependant, ma tête, oh oui ma tête pensait autrement. Ma tête rejetait toujours ce fait. Ma conscience refutait ce fait qui alla se camoufler dans mon subconscient.

 Tomiwa: « Oh noooonnn pas Lui Seigneur! O nooooon…. Dieu !!! pas lui! »

 Oma: « Ma cooo, devine quoi? Dit-elle quand elle revint me rejoindre au bar. »

Tomiwa: « Imagine un peu ce qui vient de m’arriver mama! » J’interrompu Oma dans son ellant.  » Peux-tu croire ça? N’est-ce pas cet idiot là-bas. » Je pointais du doigt en sa direction, lui montrant l’homme sur lequel je m’étais heurtée.

 Oma: » qui? Celui qui parle avec Kunle là-bas? » Elle pointa du doigt en leur direction.

 Tomiwa: » oui, Mr « je sais tout » ouais, comme je vous disais, j’aime donner des surnoms aux gens, 😜.

 Oma:  » Oh mais que s’est-il passé? » Demanda Oma.

 Tomiwa: « pff.. oublie, je ne veux même pas en parler, ni penser à cet homme stupide » je stoppais ses ardeurs.

 Oma: « hmm! OK, oo! Ma chérie, devine quoi? » Elle changea de sujet.

 Tomiwa: « quoi de neuf ???, quand tu commences comme ça, ça veut dire que tu «concoctes» quelque chose (créer ou organiser quelque chose de manière mystérieuse, louche).

 Oma: » qui moi? » Elle ouvrit ses yeux comme quelqu’un qui etait stupéfaite par ce que je venais de dire) « Kunle nous emmene en « teeub » et moi je suis partante. Si tu veux, reste dans cette soirée ennuyeuse, You’re on your own. Moi je suis Kunle » Ceci dit elle se leva et s’en alla.

 Tomiwa: » Ihuomaaaa…. Attend gué » je la retins par son bras. « Dans cette ville? En ce moment? Il fait déjà tard mama. Cet endroit où l’insécurité est au premier niveau dans le monde; tu veux faire le tour de la ville juste à cause du groove?! » Je me souciais de notre sécurité avant tout.

 Oma: « Abeg laisse-moi tranquille… et… de quoi tu parles? quelle ville est n° 01 en parlant d’insécurité dans le monde? Lagos? U dey craze! » Elle se détacha de ma prise et me fixa en me suppliant.  » ma co ne me laisse pas partir seule non; l’endroit n’est pas loin, c’est dans Victoria island. Pleaaaaseee. allons-y. »

 Elle me forca de la suivre à un night club de la place avec son *Kunle* nouveau jackpot, comme elle les appelle toujours. Et devinez qui était ce jackpot? C’était le directeur régional de la région d’Europe basé à Londres.

 Ce type qu’elle m’a demandé de regarder durant le discours de notre Directeur Général, M. Kunle Daniel Ayobami. Il n’est pas le London Country Manager comme je le pensais.

C’est ainsi que nous quittions la fête et nous randâmes dans une boîte de nuit avec Kunle. C’était juste super à la discothèque PICCOLO MONDO. C’est un restaurant, un salon de thé et une discothèque, très classe pour les grands «pipo» (signifiant les riches) de l’île Victoria à Lagos.

Sur le chemin en direction de la boite de nuit, à vous dire vrai, je n’étais pas à l’aise dans la voiture. Ce n’est pas mon premier voyage à Lagos mais, ah… qui n’a pas peur de Lagos? Cette ville où tout peut arriver à tout moment de la journée et encore pire la nuit. Entre les explosions de bombes avec Boko haram, kidnappeurs, voleurs, violeurs, coup de tir et autres ravisseurs et autres gangs qui se croient être aux États-Unis, rien n’est sûr dans ce pays.

 Comme disait Oma, le club n’était pas si loin que ça mais nous avions quand meme mis plus de 30mns pour y arriver ce qui veut dire que s’était quand même assez éloigné de la zone de fête. Ce n’est pas une petite ville comme Dakar. Je vous parles de Lagos, une ville de plus 25 millions d’habitants hein si je n’exagère pas, lol…

Nous arrivâmes finalement à destination. Dieu merci, ma tenue était correcte et convenable pour danser en discothèque. J’avais sur moi un haut marron avec des paillettes brillantes qui brillaient dans le noir, mon pantalon noir et des chaussures marron, ça allait. Ihuoma, comme d’habitude, dans une mini robe mauve claire avec le dos ouvert et sa poitrine mis ouverte était très belle.

 Nous sommes entrés dans le club, et comme vous connaissez les femmes, nous sommes d’abord allées aux toilettes pour une petite touche de maquillage.

Kunle avait déjà commandé la boisson et réservé notre «salon», comme on l’appelle. La table était remplie de Champagne, Jack Daniels et Martini, Coka … «M. trop d’argent » avait mit le paquet, et oui s’était son surnom (ouais, donner par moi, quoi, laissez-moi tranquille).

 Kunle: « ma reine africaine… (en s’adressant à Ihuoma)… j’espère que vous vous amusez… comment s’appelle encore ton amie? Je ne l’ai jamais vu! Elle vient de quel pays? »

 Oma: « Tomiwa…. Mais moi je l’appelle toujours Liane. Liane je te présente Kunle, Kunle voici Liane. » Oma fit les présentation en nous servant du champagne. Elle représente Dakar.

Kunle: »oh Dakar » French people yeah » ravie de vous rencontrer, belle dame, mais je préférerai vous appeler Tomiwa. J’espère que cela ne vous dérange pas.

Tomiwa: Ravi de vous rencontrer aussi; non, ça ne me dérange pas. Les Nigérians préfèrent ce prénom et m’appelle comme ça d’habitude.

 

Kunle: « ah oui, mais désolé de demander, êtes-vous nigériane?

 

Tomiwa: « moitié, moitié… »

 

Kunle: « oh vraiment! Alors, quelle moitié est de Naija?

 

Oma: hé, hé, hé… nous ne sommes pas là pour parler de ma vie de famille hein… nous sommes là pour s’amuser! Babe Oya, sers moi quelque chose à boire gué! Tu t’es servis et tu me laisse! » Je coupa cours vent à Kunle. Je n’étais pas d’humeur à lui raconter le pourquoi du comment j’avais du sang Nigerian.

C’est ainsi que nous nous dirigeames sur la piste de dance après avoir vidé nos verres en laissant Kunle discuter avec sa clique de potes qui s’étaient joint à nous.

La musique vibrait fort. Le DJ était bon et venait de faire passer mon son préféré. Nous apprécions la musique de DJ Elio et je dançais au son KUCHI KUCHI (oh bébé) de J’ODIE jusqu’à fatiguée.

 Ihuoma etait toujours pleine d’énergie; à ce moment, personne n’était assez fou pour lui dire de s’asseoir. Je la laissa donc sur la piste quand je m’apercu que Kunle était venu la rejoindre. La fatique commençait à me rattraper. Je décida donc de retourner m’assoir.

Etant à notre table, je buvais mon martini avec du jus d’orange. Une envi de me soulager vint. En me retournant pour me rendre faire le petit , je le vit …

 Lui: « eh bien, eh bien, toi encore? » Ehhh Dieu, qu’est-ce que je t’ai fait aujourd’hui pour que cet homme soit sur mes voies comme ça? » Pensais-je.

Lui: « je ne pensais pas te voir ici. Tu es sensationelle » Il était maintenant dans mon espace. La musique ne m’édait pas du tout. Parce qu’elle était forte, il fallait forcément qu’il effleure mon coup pour me parler. Le mec pour me parler devait s’abaisser jusqu’à mon oreille. Son odeur était comme un élixir. Il sentait la lavande parfumée avec un mélange d’Hugo Boss. Les papillons montaient au bas de mon ventre mais je me retenais de ne pas ssuter sur lui.

Le gars était frais. Son costume bleu nuit mettait bien en valeur sa silhouette. J’avais complètement oublié que j’avais une envie pressante de me soulager.

 

Tomiwa: « oui? Avec un sourcil levé, tu sais, comme ces filles américaines le font toujours.

 

Lui: » écoute moi, Tomi, donne moi…

Moi: « hé, hé, hé premièrement je m’appelle TO.MI.WA, deuxièmement, épargne moi de ton discours pardon. J’ai trop entendu de mots inutiles aujourd’hui! Je ne suis pas d’humeur à prendre des bêtises cette nuit. » Je l’interrompu

 Lui:  » pfff, je ne sais plus quoi faire encore pour que tu me pardonnes… ne me dis pas que tu es toujours faché à cause de ce qui s’est passé il y a 06 ou 08 mois?

Tomiwa: regarde Yul, cette histoire est passée, et je t’ai déjà pardonné OK! Alors peux-tu me laisser tranquille, je ne suis pas d’humeur? S’il ne s’agit pas de travail, je ne sais pas de quoi nous pouvons discuter d’autre, OK! »

Non il me soule celui-là! pfff

Après cette petite distraction avec Yul, j’alla me soulager et ensuite je rejoignis la piste de danse.

Avec Kunle et Ihuoma dans les parages, j’ai fait comme si tout allait bien. Mais je savais qu’après avoir vu Yul, je serais bouleversée et en colère pour le reste du temps. Ce sentiment était dans ma tête mais pour vous dire la vérité, j’étais plutôt contente de le voir ici. Ouais, je peux vous entendre rire. C’était bizarre, je sais.

J’étais tellement fatiguée. Je demanda à Ihuoma de quitter les lieux. Kunle décida de nous déposer à notre hôtel. Mais Ihuoma refusa, disant que l’hotel etait loin. Il proposa alors de nous loger dans un autre hotel plus proche et promis de nous prendre le lendemain matin.

Nous avons donc décidé d’aller dans un hôtel recommandé par Kunle, qui n’était pas loin de là où nous étions, et nous avons découvert plus tard que c’était l’hôtel de son ami. Les lieux étaient splendide.

Vue sur mer et la piscine avec de la lumière, etc. Je ne pouvais même pas imaginer que c’était Lagos. Hummmm, comme on dit ici… certains pipo s’amusaient vraiment ici aussi hein…la vie était vraiment belle dans cette partie de la ville. Quand je pense que dans d’autres parties de la ville, NEPPA (l’entreprise qui fournit la lumière au Nigéria), ne faisait même pas le nécessaire pour fournir de la lumière pendant au moins une journée entière surtout dans d’autres quartiers de la ville qui en avaient aussi besoin.

Quand «Mr too much money» Kunle est là, tout le monde profite de la belle vie. Nous avons donc décidé de suivre.

**************************

Le lendemain vers 11 heures.

Dring, dring, dring – mon téléphone sonna.

Tomiwa: Bonjour! (Avec une voix basse et en regardant ma montre qui était à côté du lit)

Oma: Ma seule et unique fille yoruba française…

Tomiwa: hmmm mmmm… Oma ?? Oh la la, celle-là, quoique je l’aime bien, c’est ma combi ici à Lagos et Jo’burg, mais parfois elle me gasait, mais mal mauvaisaix quoi!

Oma: Madame, leve toi joorr, tu dors encore ?

Moi: « ne me fatigue pas hein » c’est de ta faute si je suis amauchée comme ça. pas à cause de toi .

Oma: « ah bon? Pour du bien que je nous voulais » elle se mit à rire « préparez-toi ma co… le gars veut nous inviter au resto… dans un coin chic quelque part dans la ville.

Moi:  » toi et le groove ya pas moyen quoi… tu vois ce que je veux dire! N’es-tu pas fatigué? On doit se reposer ma belle! Tu sais qu’on a vol très tôt demain matin! … Nous devons nous détendre et profiter de cet hotel »

Oma: « ma sistaaaa oublie! Un groove comme celui-ci ne sera pas toujours au rendez vous tout le temps. Comprenez-moi ! »

Tomiwa: « hmm! Je ne viens pas… Et puis je viens de me rappeler que j’ai besoin d’aller au marché; Je veux acheter de la bouf et du tissu wax, du gélè et tout ça….

Oma: « Je t’en supplie! Attends Je viens dans ta chambre maintenant, commence à te préparer… tu entends? Pleaaaaaase mon seul et unique combis »

Tomiwa: »OK Ok Ok! Mais de grace, je ne veux pas voir cet idiot de son ami d’hier! »

Oma: »Ne t’inquiète pas » CLICK Elee racrocha.

Cette fille n’arrêtera jamais de me surprendre quoi. Mais je l’aime parce qu’elle est fidèle et loyale comme amie. Elle est toujours là quand j’ai besoin d’elle et ce pour quoi que ce soit; elle est ouverte, franche et sincère comme fille. Même si elle vit loin dans un autre pays, nous essayons toujours de nous voir, même si c’est pour une courte durée d’au moins 02 jours. Avec un vol direct Dakar Jo’burg, c’est plus facile pour nous.

Ihuoma est la représentante de nos bureaux de Jo’burg. Et elle me dit toujours qu’à cause de l’insécurité à Johannesburg, elle ne sort pas. Donc quand elle est en mission hors de sa station, elle doit groover et remplir ses journées d’activité à 100%.

Ce qui est triste c’est qu’elle est déjà en relation avec un sud-africain. Un homme bien je vous assure. Pourtant, elle dit toujours qu’il est pieux, un homme amoureux et réservé avec un bon boulot plein aux AS. Mais qui n’aime pas le groove… pas de boite de nuit qu’il fréquente, pas de plage, pas de fête, même pas réception de mariage ou cérémonie de baptême… même pour aller au restaurant c’est du genre une fois en passant et la c’est après un looonnng moment.

Comme vous voyez on ne peu pas avoir un partenair parfait dans une relation. Il faut se contenter de qui on a. L’essentiel c’est de se sentir aimé et d’aimer. Je ‘ai à plusieurs reprises porté conseille mais elle retorque toujours qu’elle m’écoutera le jour ou je je serais en couple. Depuis la donc j’évite ke sujet et prie pour elle que Dieu touche son coeur.

CO CO CO… CO CO CO on frappait à ma porte.

Il était déjà 13 h

Tomiwa:  » qui est ce? » Je demandai tout en regardant à travel l’oeil de chat. Des que je vis que c’était Oma, j’ouvri la porte. Elle entre dans ma chambre avec un gros sac.

Oma: héy copine! Es-tu prête? Ils nous attendent en bas. Allons-y. » Elle demanda en s’asseyant sur le fauteuil de la chambre.

Tomiwa: »attends d’abord un peu. Moi, j’ai faim hein! As-tu mangé? » Je regardais comment elle me fit un large sourire. » Hmm donc tu as déjà pris ton dej. Tu ne pouvais même pas commander quelque chose pour moi hein! »

Oma: « Je ne suis pas comme toi ma belle. vous les francophone vous manger comme les oiseaux. Vous c’est toujours du pain et du thé, lait ou chocolat chaud que vous prenez au petit-déjeuner, de la nourriture pour oiseaux comme ça. « 

Tomiwa: »en plus tu connais mon menu mama. Tu pouvais faire un gest non ! »

Oma: « et puis quoi encore. » Elle a répéta cette phrase avec son accent nigerian avec son accent anglais. Et tu sais? nous on ne blague pas avec la bouf tu ssis ça non, le petit dej est très important pour nous. On a tellement l’ embarras du choix avec tout ça…le petit dej c’est le repas le plus important de la journée c’est pour cela on ne blague pas avec mama. Et laisse moi te dire quelque chose, parce qu’on ne sais pas comment la journée va se passe…. donc mieux on manges bien »

Moi: « ahahahahah, » cette fille ne cessera jamais de me faire rire !

Etant donné que nous n’avons pas eu le temps de nous rendre à notre hôtel pour changer nos vêtements. Nous avons dû acheter des tenues dans l’un des magasins de l’hôtel V.I pour être prête lorsque le chauffeur de Kunle sera là pour nous prendre.

Je fini de m’habiller juste à temps quand le téléphone de ma chambre d’hotel sonna pour nous annoncer que le chauffeur était la.;

J’avais enfilé un legging blanc et une tunique verte et bleue et mes sandales bleues. J’ai pris mon sac vert Lancel, maquillage, parfum «Kenzo amour». Et j’étais pimpante.

Lagos, nous voilà !!!!!!

 

CHAPTER 2: HIM

As I just turned back, I bumped on a man chest. That man… My man… but I was still on denial not to have understood that my spirit soul and body was craving for HIM.

However, my head, oh yes my head was thinking otherwise. My head was still rejecting that fact.

Oh noooonnn pas Lui Seigneur ! O nooooo…. God !!! not him! shounting in my head I was not in the mood of talking to him. Like I told you, my head was still in rejection mood.

Oma: « hey babe, wassup? » she asked when she came to join me back at the bar.  » What’s wrong? Why are you squeezing your face like that? » she continued.

Me: « babe! You won’t believe what just happened to me. Can you believe this? Is it not that idiot over there » I pointed at his direction, showing her the man I bumped into.

Oma: « who? That one talking with Kunle overthere? » She pointed.

Me:  » yes, Mr “ I know everything” (yeah, that’s me, I like to give people nickname, lol) I did not expected him to be here. » I said.

Oma: « and what’s happened? »

Me: « forget, I don’t even want to talk about it, not to think about that stupid man. So gist me … » i said changing the topic.

Oma: « hmm! OK, oo! My dear, guess what? » She asked. I could see that she was excited.

Me:  » oya shoot. what’s again???, when you start like that, it means you are “concocting” something (create or organizing something mysteriously).

Oma: « Who me? (With her eyes open like somebody who is a surprise) forget! So as i was saying before you cut me off… Kunle wants us to go to club ». She said.

Me: « Ihuomaaaa…. In this city? At this time? » I shouted.

Oma:  » If you want to stay here at this boring party, I will leave you. Me… I’m off. » She stood up ready to go.

Me: « E be like say you no be Naija babe again o! jo’burg doesn’t even teach you life well as it’s supposed to be! Right?! This place where insecurity is level one globally; you want to go around the town just for club. » I said following here behind

Oma: « abeg leave me alone… and… what are you talking? which city is n°01 insecure city in the world? Lagos? U dey mad! Please don’t let me go alone na; the place is not even that far, it is in V.I (Victoria Island) here na, abeg let’s go. » She said dragging me by my hand.

She forced me to follow her to that club with her new jackpot, as she always calls her new date. And guess who that jackpot was? It was the Europe regional manager based in London.

That guy she asked me to look at the party, Mr. Kunle Daniel Ayobami. He was not London Country Manager as I was thinking.

That’s how we left the party to go to nightclub with Kunle. It was just super at the nightclub PICCOLO MONDO. It’s a restaurant, lounge & night club complex, Very class for big “pipo” (meaning people) living around Victoria Island.

On our way to the place, I was not comfortable at first in the car. It is not my first trip to LOS but, ah… who does not fear Lagos?
This city where anything can happen at any time in a day: bomb blast ooo with Boko haram pipo, Kidnappers, thieves, rapists, gunshot anyhow as if they think they are in United States of America.

45mns later, we arrived at the club. It was not that close as she said « around here ». It was still a bit far from the party area. Lagos is not a small city like Dakar. This is Lagos we are talking about a city of 25 million people hein if I am not exaggerating, lol… and trust me, when you drive for 45mns during the night when traffic has reduced in Lagos, this means that the place is far… for my liking.

We finally got to the place. Thank God my dress was OK and also decent for the nightclub. I had on me a black top with shiny sequins shining in the dark, my black trouser ¾ and brown shoes, I was just OK. Ihuoma, as usual, in a sexy light cream dress with the back open. She was very beautiful.

We entered in the club, and as you know women, we went first to the toilets for a small touch of makeup.
Kunle had already ordered for our “salon,” as they call it. The guy rated for Champaign, jack Daniels and Martini… “Mr. too much money,” was his nickname.yeah, giving by me again, what???, leave me alone.

Kunle: « my African queen » he said to Ihuoma. « I hope you,re enjoying yourself? what’s the name of your friend again? » He asking turning to my direction.

Oma: « Tomiwa…. But I always call her Liane. Liane meets Kunle, Kunle this is Liane. » She introduced us to each other.

Kunle: « nice to meet you, beautiful lady, but I’ll prefer to call you Tomiwa. I hope you don’t mind. » He said.

Me: « Nice to meet you too; and no, I don’t mind. I’m used to be called that way by Nigerians. » I replied.

Kunle: « yeah, but sorry to ask, are you Nigerian? » He asked.

Me: « half, half… » I responded vaguely.

Kunle: « oh really! Interesting! So which half is from Naija? » He said and laughed.

Oma: « hé, hé, hé … we are not here to talk about family life… we are here to enjoyyyyy! Babe Oya, serve us something make we drink small. » I said changing topic.

That how we left him after drinking some couple of champaign glasses. Then we moved on to the dance floor. We were enjoying the music of DJ Elio. The song I enjoyed most was KUCHI KUCHI (oh baby) of J’ODIE till I got tired.

Ihuoma was full of energy; at that time of enjoyment, nobody was mad enough to tell her to sit down. I was getting tired so I had to go back to our seats because my head started pounding.

I was drinking my martini gold with juice. As I just turned back, I saw HIM…

Him: « well, well, well, you again? » He grinned.

God, what did I do to you today to make this man be on my ways like that? I thought out loud enough.

Him: « You came to Lagos. »he said smirking.

Me: « so? » (With one eyebrow raised, you know, like those American babes always do..) I said shifting my body to one leg.

Him: » look, Tomi, let’s not… »


Me: « hé,hé,hé n°1 my name is TOMIWA, secondly, please save your words with too much story or grammar do you understand? I am not in the mood to take nonsense this night or listen to you ». I said passing by him.

Him: « pfff, I don’t know what to do again for you to forgive me… don’t tell me that you are still annoyed about what happened 06 or 08 months ago? » He pulled me by my arm.

Me: « look Yul, that story is old and forgotten, and I have forgiven you OK! So can you leave me alone? I am not in the mood! If it is not about work, I don’t know what we can discuss about, OK! » I stated.

Non il me soule celui-là! pfff

After that small distraction with Yul, I sat down for sometime. I needed to breathe.

Few moment later, I went back to the dance floor. With Kunle and Ihuoma around, I did as if everything was OK. But I knew after seeing Yul, I will be upset and angry for the rest of the time. That feeling was in my head but to tell you the truth, I was kind of happy to see him here. Yeah, I can hear you guys laugh. It was weird, I know.

Yul was not supposed to be around. When i new that i was attending the end of year party in Lagos, i asked some colleagues of mine in lagos who was attending the party too. Trust me i aslo investigated about HIM. I was told he was on leave and won’t be around. I was happy. Only for me to see him here.

I was invaded with mixed feelings.

After dancing all mix, I was so tired that I asked Ihuoma to leave the place. Kunle decided to drop us at our hotel. But Ihuoma refused, saying that the area was far.

We decided to go to a nearby hotel at V.I, that was not far from where we were, and we later discover that it was his friend’s hotel. Kunle’s one.

Guys! Check out the hotel, sea view, and swimming pool with light, and all beautiful. I could not even imagine that was Lagos. Hummmm, some pipo enjoy in that city too o, in that country sef. When I think that in other parts of the town, NEPPA (the company that supplies light in Nigeria), does not even border to provide light for one full day.

When “Mr too much money” Kunle is around, everybody enjoy the good life. So we decided to follow.


The next day around 11 a.m.

Dring, dring, dring – phone ringing.

Me: « Hello! » I answered with a low voice and looking at my watch that was beside the bed.

She: « My one and only French Yoruba babe… » she shouted.

Me: « hmmm mmmm… Oma? » I said slowly.

This babe sef, I like her coz she is my best friend here in Lagos and Jo’burg as well, but at times she was just too much, I can’t with her, she tires me.

Oma: « Madam, stand up, are you still asleep? » She asked.

Me: “ No I am playing football. Of course i was still asleep naaaaa. your father” I said cursing at her.

Oma: « Sowwwyyyy! Abeg get ready, make we enjoy well during this so-called mission we are in… the mumu man wan make we go chop somewhere around the town. » She informed me.

Me: « you see! Are you not tired? Make we relax small na! You do know that both of us are going back to our respective stations very early tomorrow morning right?! … we need to relax! » I stated. I was in pain. My legs could not stand what she planed.

Oma: « my sistaaaa forget! Enjoyment like this no be every time e go happen na. Understand me na! »

Me: « abeg! Go and siddon! Am not going… And I need to go to the market; I want to buy some food stuff and Ankara, gélè and all that…. »

Oma:  » no wahala. I beg ! I am coming to your room now ooo, start getting ready… you dey hear? Pleaaaaaase my one and only… »

Me: « OK! But please, I beg, I don’t want to see that his friend of yesterday! » I referred to Yul. I later got to know that Yul was part of the band. That is why i saw him at the club. Come to think of it, it was not surprising.

Oma: « before nko! Don’t worry… » she hanged

This friend of mine gets wahala sha, but I like her because she was loyal and always there when I needed her for anything; she is open, frank, and sincere as a girl. Even though she lives far in another country, we always tried to see each other, even if it’s for 02 days.

Ihuoma is the station manager of Jo’burg branch. And she always tells me that because of insecurity in Johannesburg, she does not go out. So when she is on a mission out of her station, she must tries to enjoy herself to the fullest. She makes sure she gets 100% in any activity, like she used to say, and that must happen before she goes back to her station…

Oma was dating a South African man for long now and was always complaining about him. She always says that he is acting holy holy man: No club, no beach, no party, even wedding or naming ceremony in church. They could go to restaurant once in a looonnng while. This babe gets wahala! This was her reason to enjoy before going back to prison.

I was not in support of that behaviour. I was always thinking that if one is not happy in a relationship, you should get out of it. It is not a do and die matter. We all need to be happy in our relationship. She was the type to complain about her age and needed to get married and have children. I was not agreeing to her motive. I was not ready for any type of relationship if happiness, love, trust and enjoyment were not part of it.

Happiness within a relationship is hard to define. Not only is each relationship different, but within each relationship, each person defines happiness in an individual way. Some people view happiness as a peaceful conflict-free life. For some, happiness involves a tremendous amount of fun, great intimacy or lots of laughter. Whatever your definition, it directly correlates to your expectations, desires, wants and needs—and those things can change over time.

CO CO CO… CO CO CO the knocks on my door got me out of my thoughts. I was about to dress up and get ready.

It’s was 01 pm

Me: « yeah! I am coming. » She entered in my room with a big bag.

Oma: « hey babe! Are you ready? They are waiting for us downstairs. Let’s go. » She sat on the chair.

Me: « babe, I am hungry oo! Have you eaten? You could not even call the room service for me. » I said

Oma: » I am not like you… you French pipo you always take bread and tea as breakfast, bird food like that. I ate » she grabbed her phone answering her call.

Me: « aaaaa mouf et puis quoi encore? » I said in french because she was making fond of French people.

Oma: « et puis quoi encore. She repeated with her English accent. we … Naija we eat oooo, concrete better food…. Yam and eggs, beans, pap and Akara, plantain, rice and stue and all that… because you no go know how the day go be o…. so better eat well » she said as she put on the TV in the room.

Me: « ahahahahah, this babe dey always makes me laugh! » I laughed

We did not have enough time to get to our hotel for taking new clothes. We had to purchase to outfits in one of the shops at the V.I hotel lobby so we could be ready when the driver comes.

I finished dressing up; I put on my white legging and one green and blue top I bought with blue sandals. I took my green bag Lancel, makeup, parfum “Kenzo amour.”


Me: « Lagos, here we come!!!!!! » I said closing the hotel room behind me.

Hmmm… my pipo na lie ooo, I can’t say it in this country.
The slogan rather is: “THIS IS LAGOS PAN PAN PAN, OPEN YOUR EYES….”

Please Like, comment and Share
Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa


CHAPITRE 1: LA RENCONTRE

L'histoire de Tomiwa: l'inévitable destin amoureux.

*****************************

«Au nom du conseil d'administration de Voyager Airlines,je voudrais adresser et souhaiter nos voeux de fin d'année à toutes les personnes présentes ici aujourd’hui et à vos chères familles.

Je n'oublierai pas de penser à ceux qui n'ont pas pû faire partie de nous aujourd'hui.

Nous vous souhaitons un très joyeux Noël et une nouvelle année prospère.

Merci d'avoir fait de VOYAGER AIRLINES la meilleure compagnie qu'elle est aujourd'hui.

Nous avons atteint de grands objectifs jusqu'aujourd'hui et cela est dû aux efforts de tout un chacun.

Il est difficile de croire qu'une autre année s'est écoulée et que nous sommes déjà à 05 ans d'opérations.

Avec le recul, je me souviens de notre humble début lorsque nous avons lancé notre premier vol entre Lagos et Abuja le 23 mars, il y a cinq ans… »

Le PDG du groupe avait debuté son discours en félicitant les employés de la compagnie. Comme de coutûme, depuis que j'ai commencé à travailler avec cette compagnie, tous les responsables de services et représentant des branches internationales étaient tous conviés à cette fête de fin d'année.


Moi:et c'est parti pour un autre discours à la con, pfff, chaque année c'est la même chose avec des mises à jours.

PDG: toujours en train de parler.

Moi: Quelle fête ennuyante, comme d’habitude ’… Qu’est-ce que je fais même ici, tchipp! Si je savais, j’allais pour moi, prolonger ma mission à Paris… faire mon shopping et du tourisme.

PDG: toujours en train de parler.

Moi: En plus il m’énerve ce mec, toujours en train de se la péter…. Vantard et arrogant, il se croit au dessus de tout le monde... Quoique à cause de son rang professionnel, il est vraiment le number 1.

Laissez moi vous avouer une chose. Notre PDG est un homme mais alors la ... beau. Le genre taillé comme un *dieu grec* et intélligent. Dieu en le créant était en forme je vous assure. Le genre s'il me faisait la cours, j'allais accepter les yeux fermés 😁. Les filles on suit l'argent ou bien?

Lui: "…. Nous débutons cette nouvelle année avec des beaux chiffres et je vous réitère mes souhaits de bonne santé, bonheur et succès. Je vous remerci encore et que la fête commence!

Et la fête commença comme il était de coutûme chaque année. De la musique, champagne à gogo, de la nourriture et des cadeaux pour tout le personnel… Vous savez à quel point les nigérians aiment faire la fête.

J'étais avec ma combie, ma complice, mon amie Ihuoma qui m'appelait toujours: «ma seule et unique fille yoruba- française» et moi je lui avait donné comme pseudo: «ma seule et unique oyinbo girl» parce qu'elle était très claire de teint. Oyinbo en jargon Nigerian signifit *être blanc* de teint.

Ihuoma: Ma co, regarde ce mec… dit-elle.

Ihuoma était une fille frivole, malgres le fait qu'elle était en couple. Je vous avoue. C'était le genre de fille à gérer plusieurs hommes dans savie. Elle avait un petit ami qui l'aimait comme un fou; mais cela ne l'empêchait pas denle tromper. Elle regardais toujours autour d'elle. D'après ses propos, elle n'avait pas encore trouvé son âme soeur.

Moi: humm Oma, pourquoi es-tu toujours comme ça hein, tu ne peux pas juste admirer un homme en silence?

Ihuoma: Pardon laisse ça comme tu entends là! Et alors quoi… tu agis toujours comme si tu ne faisais pas. yèyè fille… ahahah, tu verras quand les araignées vont construire une maison là-dessous tu te souviendras de moi… où bien tu veux devenir religieuse? dis-moi o je vais t'enregistrer moi-même chez les bonnes soeurs.

Moi: abeg, abeg, abeg ne me gâte pas la tête o, pour moi quoi, je suis une femme célibataire…

Ihuoma: Ma chère oublie…

Moi: humm… ok o,

Avant que je ne puisse ajouter un autre mot, elle m'avait déjà quitté pour aller parler au gars. C'était un grand boss de la place. Bel homme avec une belle coupe de cheveux. Vraiment dans cette fête il n'y avait que de bels hommes je jure. Le mec était frais. Sapé comme jamais avec des lèvres roses qui étaient juste douces à sucer, hummm…. Tomiwa arrête de fantasmer sur le pauvre gars.

Mais en regardant bien, Je me rendit compte que s'était le représentant de Londres et il parlait avec "Monsieur même- discours".

Et oui les amis, il y a une chose avec moi, j'aime donné des noms aux gens. vous l'avez compris, notre PDG, je l'avais surnommé *monsoeur même-discours*

Il y avait environ 150 personnes dans le hall du siège de notre entreprise. Toutes les branches à l'étranger étaient représentées et moi je représentais celle de Dakar au Sénégal. Je n'étais qu'adjointe. Mais pour une raison ou une autre cette année notre représentant m'avait dit qu'il devait être en congé en famille et que je devais couvrir sa place en tant que représentante adjointe.

Donc je disais. Dès qu'Oma m'avait quitté, je suis allée au bar prendre un verre. Je commençais à avoir soif. Celui que j'avais était presque vide. Je voulais en même temps me dégourdir les jambes.

Mais avant de vous raconter la suite, laissez moi me présenter.

Je m'appelle Katreen Tomiwa Liane Ekomi, j'ai 28 ans Ouais, ouais, ouais, je peux voir vos grands yeux s'ouvrir comme si... humm vous vous disez que je suis trop jeune pour être Représentante adjointe d'une succursale! Combien d'années ai-je comme expérience et bla, bla, bla… Eh bien ne vous inquiètez pas, je vais tout vous narrer. Restez juste connecté et allez lire le prochain chapitre.

Où en étais-je? Oh oui, donc je disais... J'ai 3 sœurs et 1 frère.

Mais pour l'instant, laissez-moi repartir m'enjailler et m'amuser parce que la fête ne faisait que commencer!

En me retournant, Boum! Je heurtais sur une poitrine d'un homme.

Moi:O nooooo…. Dieu !!! Pas lui


*****************************

C'est tout pour ce aujourd'hui.

Allez aimer, souscrivez et partager sans oublier de laisser un commentaire.

Suivez moi sur Instagram
@thestoryoftomiwa

Merci