CHAPITRE 4: CONTRE MA VOLONTE

Bon weekend à tous….. Un nouvel épisode pour vous aujourd’hui😊

***

Je suis rentrée à la maison fatiguée et émotionnellement débordée. En ouvrant la porte d’entrée de mon appartement, ce que j’ai vu me choqua.

 Ma maison était sale et en désordre. C’était toujours la même chose à chaque fois que j’étais hors de la ville en mission. C’était mon grand défi avec les gens avec qui je vivais. Je vivais avec deux de mes cousins, Terry et Dominique ; ils étaient mes cadets ; les enfants de la sœur aînée de ma mère.

 Terry, le garçon, était le plus agé et était arrivé à Dakar un an avant Dominique, sa sœur cadette. Cela fait deux ans qu’il habite avec moi. Quant à sa sœur, cela fait un an maintenant qu’elle nous a rejoint.

 Quand ma mère m’a dit qu’ils venaient étudier au Sénégal, je n’étais pas enthousiaste à l’idée de les recevoir chez moi.

 Je suis le genre de fille qui aime ses habitudes et son environnement calme sans imposteur. J’ai ma routine, et je veux que personne ne vienne me déranger.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis toujours célibataire jusqu’à présent, et je ne reste pas plus de 06 mois dans une relation ; Je suppose que c’est en partie à cause de mes mauvaises manières. Je crois hein… oui je pense…

 J’ai immédiatement appelé ma mère. quoi ? Ne me dis même pas que je ne peux pas gérer mes problèmes toute seule sans appeler maman ! On se connaît ici.

Ma mère : « KT (c est le diminutif de Katreen, prononcé ketty, c’est le nom que ma mère aime toujours utiliser pour m’appeler) je ne pense pas que tu dois être si négatif et impoli avec eux », dit elle, se référant à mes cousins et c’était la même chose qu’elle me répétait à chaque fois depuis qu’elle m’avait annoncé qu’ils voulaient venir à Dakar. En fait avant l’arrivée de Terry à Dakar. Elle me demandait toujours de ne pas être supesticieuse.

 Moi : « Maman, toi et moi avons déjà discuté longtemps à ce sujet. Je pense que ce n’est plus une bonne idée de les garder chez moi. Tu sais très bien que ta sœur et moi ne sommes pas vraiment en bons termes et il n’y a rien à cacher à ce sujet. »

 Maman : « oui, KT, je sais, mais s’il te plaît, fais-le pour moi. Tu sais comment ma sœur va encore parler si tu mets ses enfants dehors, hors de chez toi. Elle dira sûrement ça à tout le monde ici comme elle le fait d’habitude chaque fois que nous avons une querelle. »

 Moi : « c’est pas grave, maman. Laisse! pour moi, elle peut aller parler à la lune si elle le souhaite. Cela m’est égal. »

Maman : « s’il te plait, ma chérie, fais-le pour moi… »

 Moi : « Maman, après tout ce qu’elle t’a fait subir ! »

 Maman :  » s’il te plait, KT, n’en parlons plus. C’est bon, et je sais que tu peux les gérer… »

 Moi : » hummm. »

 Ma mère, après cela, n’a rien dit d’autre et on changea de sujet. J’ai décidé de ne plus en parler moi aussi. Cela devenait épuisant de me plaire à chaque fois.

Et depuis la première fois que j’en ai discuté avec maman, j’avais accepté d’ acceuillir mes cousins chez moi avec la conviction qu’ils n’auront que 04 ou 05 ans ici à Dakar et après basta. Déhors !

J’ai aussi décidé de les traiter comme mes frères et sœurs. Notre défunt père nous disait toujours que :

« Les problèmes entre frères et sœurs dans une famille ne devraient pas affecter leurs enfants. Si j’ai un problème avec ma sœur ou mon frère, que cela prenne du temps à être résolu ou non, mes enfants ne devraient pas en faire partie, et ils devraient respectez toujours leur oncle ou leur tante. » Et ce sont ses propos qui furent en sortent que je puisse passer l’éponge sur certaines situations.

 C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de laisser tomber et de recevoir mes cousins dans ma maison.

 Moi, agacé : « TERRY, DOMI, O ÊTES-VOUS LES GARS ? »

Eux: ….

 Moi plus fort :  » TEEERRRYYY, DOOOOOMIIII ! C’EST QUOI TOUT CE BORDEL? » PUTIN DE MERDE ! MAIS VOUS ETES OU BON SENS ?

 Terry sorti le premier de sa chambre : « Oui YAYA KT ! » (dans mon pays le Gabon, on appelle nos ainés… grand frère ou grande sœur en mettant YAYA devant le prénom).

 Moi : « Combien de fois vais-je vous dire que je n’aime pas voir ma maison en désordre ? »

 Domi, suivie par une amie à elle, sortit de la cuisine : « Bonjour Yaya KT ! Désolé pour tout ça. On était sur le point de tout arranger. »

 Moi : « Et putain, qui vous a permis de faire la fête chez moi ce week-end ? Avant mon départ vendredi dernier, je vous avais bien dit que je ne voudrais pas voir de bordel à mon retour ! »

 

Eux : « oui c’est vrai Yaya KT ! »

 Moi : « alors ? Quelqu’un peut-il expliquer ce qui se passe ici?. Je ne continuerai pas à vous crier dessus tout le temps concernant cette maison. Nous sommes tous des adultes ici, et je veux aussi un peu de votre contribution. Nous avons une femme de ménage qui est la du lundi au Vendredi, donc de Grace, au moins les week-end, vous devriez essayer de vous comporter comme des adultes et non comme des enfants et faire votre part de ménage hein. »

 Eux : « Okay. D’accords ! »

 Imaginer moi ça?

 de grands garçons et filles comme ça qui se comportent comme des bébés. Je ne vais plus le tolérer. Après le voyage fatiguant que j’ai eu à cause de ce vol surbooké, je reviens à la maison pour affronter ce genre de merde. Absurdité! Quand je pense à ce qui s’est passé ce matin ! J’ai juste la migraine

 *************************************

 Lundi matin.

05h30

Je me suis réveilla très fatigué ce matin-là. Quelque chose d’inhabituel car je dors toujours à l’heure, tôt, pour être en parfaite forme le matin. Notre métier à l’aéroport nous oblige à être à 100% solide car c’est trop rapide.

 Après avoir pris mon bain, m’être maquillée, j’enfila mon uniforme. une mini robe verte avec un dessin africain autour du cou, des poches en avant. J’enfila mes chaussures, pris mon sac à main assorti vert, mis mon parfum 212VIP.

 J’étais prêtre pour le travail !

Le bus de la compagnie passsa me prendre à 08h00. le travail débutait à 09h00. mais nous devons également aller ramasser les autres membres du personnel.

 Voyager Airlines est une compagnie privée africaine appartenant à un homme d’affaires nigérian. Ils ont un bon standard professionnel, mais c’est simplement parce la majorité des dirigeants sont des blancs britanniques et australiens faisant parti du conseil d’administration de l’entreprise.

 Nous avons plus qu’assez de flotte et essayons de maintenir nos services à un bon niveau compétitif sur le marché mais ce n’est pas facile, la compétition est rude. Lol, c’est l’Afrique !

 Arrivé au bureau, après avoir déposé mon sac, je suis allée directement à la machine à café car je savais que la journée serait longue.

 

 Et c’est tout pour ce chapitre…. les choses sérieuses vont bientôt commencer dans la vie de Tomiwa.

Mais dites moi… qu’aurez-vous fait à la place Tomiwa face à l’attitude de sa tante et ses cousins?

 « likez👍🏼,

commenter …et

partager ✔

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @storyoftomiwa »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s