CHAPITRE 8: LE CARTEL

Moi : " Allo ! A-salamalaikum ”

Sylla : « Malekum salam. Nangadef»

Moi : « Salut Sylla ! Comment vas-tu aujourd'hui?"

Sylla : « Mangui fi rekk ! (Très bien en wolof), Et vous ?

Moi : "Bien, merci ! Je veux passer une commande urgente s'il vous plaît, et j'aimerais que vous personnellement m'aidiez avec celle ci s'il vous plaît. Ma collègue n'est pas là (vous voyez comment je dois couvrir la fille stupide si non). Je veux 150 repas économiques + 10 végétariens, 12 repas pour BC (Business Class) + 04 végétariens, et 12 pour l'équipage.

Sylla « Eh ! Euh ! Euh ! K-T c'est beaucoup pour un dimanche matin comme celui-ci. Quel avion attendez-vous aujourd'hui, et pourquoi commander vous si tard ? Quoi qu'il en soit, je vais vous donner les packs standards 3 et 4, le pack spécial que vous commandez habituellement ne suffira pas, ok !
Moi : « D'accord, Sylla ! C'est le Boing 767- Faucon pèlerin qui arrive aujourd'hui… S'il vous plaît faites de votre mieux comme d'habitude et dépêchez-vous !

Sylla : " D'accord ! Au revoir!"

Il est 10H30, merde !!!!!! Une heure et 30 minutes de retard sur notre commande !!!!!!.

Cette soi-disante Aminata n'a pas commandé les repas, ni envoyé le PNL à nos manutentionnaires AHS, n'a pas informé le "SERVICE PRESTIGE" pour notre passager en classe affaires et le "SALON D'HONNEUR" pour le passager diplomatique que nous avions. Que faisait-elle pendant tout ce temps ? Elle parlait juste avec « Monsieur, je sais tout ».

Tous nos manutentionnaires et entrepreneurs étaient maintenant entrain d'appeler en même temps, me demandant pourquoi les documents et les informations n'étaient pas encore disponibles. Et le plus drôle, aujourd'hui notre vol était à l'heure, donc pas de temps de *jouer*.

J'ai demandé à cette fille pourquoi rien n'était fait et elle a eu l'audacité de me dire qu'elle avait oublié quand le faire.

Regardez moi celle la !

Je connaissais son plan, mais cela ne fonctionnerait pas pour moi. Si elle cherchait des ennuis, alors j'étais préparé à les lui servir sur un plat chaud.

J'étais énervé et sous pression en même temps. M. Moy me criait dessus, disant que j'aurais dû superviser tout cela assez longtemps avant cette heure. Mais est-ce la première fois ? C'était comme ça qu'on opérait. L'agent au sol doit commander les repas à l'arrivée au bureau le jour du vol et envoyer les documents necessaires aux differents bureaux. Je ne lui ai même pas répondu parce que je savais juste le jeu auquel cette fille voulait jouer.
J'étais tellement furax. la journée commençait « bien » pour moi. J'essayais de me calmer. Ce n'était pas facile avec toutes les femmes d'affaires nigérianes, qui n'aiment pas payer leurs excédents de bagages. Elles viennent ici pour gagner de l'argent, alors elles doivent aussi comprendre que nous essayons simplement de gagner de l'argent. C'était du win win.

Aujourd'hui, je n'étais pas prête pour des conneries.

Une fois que tout le nécessaire avait été fait pour le vol et les e-mails envoyés, je me rendi au comptoir. Arrivée à la salle d'enregistrement, je remarquais d'emblée qu'elle était noire de monde.

Comme d'habitude, je suis allé directement au comptoir de la classe affaire. J'ai assisté à l'enregistrement de deux passagers qui était là à ce moment-là, puis je suis allé au comptoir 02, où Nafi, un autre membre de notre personnel au sol essayait de donner des kilos à un passager.

J'ai vu Aminata au 3e comptoir se quereller avec 02 femmes, et je suis directement allée à leur rencontre.

Moi : "Aminata, qu'est-ce qui se passe ici ?"

Aminata, ne me regardant pas continua sa conversation avec la cliente : « Madame, je vous ai demandé de payer 200 milles CFA. Nous n'acceptons pas de naira ici, alors va changer l'argent et viens avec du CFA. »

Femme 1 : » ma sœur, s'il vous plaît, je comprends, mais je n'ai plus le temps de changer cet argent. Je veux que vous m'aidiez avec 10KG; la somme que j'ai pourra payer mes excédants de bagages si vous m'enlevez 10 kilos. »

Femme 2 : « S'il vous plaît, madame, nous voulons que vous nous enregistriez ensemble comme ça, ça nous aidera… Pourquoi êtes-vous durs comme ça aujourd'hui ? Nous sommes vos clientes habituelles non? Na wa oooo, ééé, comment allons-nous faire maintenant ooo"
Qu'est-ce que je vous disais ? Les femmes nigérianes sont des sketcheuses surtout quand il s'agit d'argent,d'affaires et tout ça…

Moi : « Aminata ! Que se passe-t-il?" c'était la deuxième fois que je lui posais cette question, et elle n'osait pas me regarder ni me donner une fichue réponse. Alors je lui ai juste demandé de me laisser gerer les dames et d'aller directement au point d'embarquement parce que je voulais gerer la situation.

Elle s'est fâchée mais s'en alla tout de même en murmurant quelque chose que je n'ai pas capté. Je m'en fichais éperdument et j'attendais le départ du vol pour m'occuper d'elle.

Je me suis rapidement occupé des deux femmes d'affaires car d'autres passagers m'attendaient, et Dieu merci, tout s'est bien passé.

A 11h45, nous avons fermé notre comptoir, et je suis retourné à mon bureau. En entrant, j'ai vu Yul. Oh donc, c'est là qu'il était tout ce temps, mais je ne me souvenais pas de l'avoir laissé au bureau.

En tous cas, J'ai fait comme si je ne l'avais pas vu. Je me suis assise, j'ai ouvert mon laptop, j'ai imprimé des document, et continué à travailler jusqu'à ce que les opérations AHS m'apprenne que notre avion avait atterri.

C'était à ce moment-là que cet homme me stoppa pour maintenant me parler. Non mais oh! Regardez comment le diable avait planifier ma chute libre aujourd'hui….. D'abord cette stupide fille, Mr Moy et maintenant celui-ci devant moi…… hummmm…

Yul : « Tomiwa, je sais que tu es en colère en ce moment, je peux le voir sur ton visage » Regardez moi cet homme ; il pense qu'en ce moment j'ai son temps...
Yul : « Ne t'embête même pas avec cette petite fille ; Elle ne m'intéresse pas… Oublie la….. Je voulais juste  aussi t'informer que tu viens à Lagos dans 03 semaines pour une formation.

Moi gonflée : « T'es vraiment sérieux, Yul ? Et c'est quoi tout ce jeu que tu fais avec Aminata ? Tu vois, si tu es coureur de jupon, il ne se passera rien entre nous, tu comprends ? En fait, il ne se passera rien du tout, je ne suis pas là pour perdre du temps avec un homme comme toi.

Et deuxièmement, veux tu me dire que tu ne savais pas depuis qu'une formation était programmée à Lagos? Est-ce que tu as juste reçu l'info maintenant ? Eh bien… laisse-moi te dire quelque chose… Je ne vais pas être à votre soi-disante formation à Lagos, et vous pouvez le dire à Mr Moy, ce ne sont pas mes affaires.

Je suis sortie de mon bureau en claquant la porte et en le laissant là. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Cet homme pouvait me faire perdre mon sang-froid en un seul clin d'oeil. J'étais vraiment enervée. Pour moi, rien n'avait encore commencé comme relation intime entre nous, et je me lassais déjà de lui. Mais en même temps je commençait l'aimais davantage. Je ne pouvais pas appeler ça de l'amour ; c'était trop tôt. C'était trop tôt pour moi.

Je fuis Yul depuis le premier jour où nous nous sommes rencontrés. Ah oui, une femme peut vite savoir quand un homme l'aime ou pas, même s'il ne veut pas le montrer, nous les femmes nous avons un sixieme sens clair. Et laissez-moi vous dire quelque chose, les gars, j'étais au courant de son intention à partir de ce moment-là durant l'entretien.

La façon dont il parlait, me regardait, tout cela se faisait d'une manière particulière comme si nous étions à un rencart... en rendez-vous et non en entretien. C'était juste ça sans être ça. L'entretien n'a pas duré longtemps. Je pense que c'était juste environ 15 minutes. Mais sous ce laps de temps, j'ai eu à analyser ses faits et geste.
En ce moment, j'avais des sentiments mitigés en moi. Je suis une fille très émotionnelle quand il s'agit d'amour et de relations sentimentales. Pourtant, en même temps, je n'aime pas rester trop longtemps dans une relation. Je n'aime pas quand quelqu'un vient prendre le contrôle de mon espace et ma vie ou changer ma routine de vie, oui, j'ai l'air d'être une personne controversée, mais c'est tout moi ça.

Comme je l'ai dit, je l'ai laissé derrière moi et je suis allée au tarmac. Mon avion était au sol.

Tout s'est bien passé et nous sommes tous retournés au bureau. A 15h30, nous étions sur le point de quitter le bureau ; c'est à ce moment que j'ai rappelé Aminata pour avoir une petite conversation avec elle.

Moi : « Ecoute Aminata, depuis que nous avons commencé à travailler ensemble dans cette entreprise, tout se passe bien donc je veux que ça continue ainsi. Je ne veux pas que ce qui s'est passé aujourd'hui se répète. Ce qui se passe dans ta vie privée ne devrait pas affecter ton travail, d'accord ! Ai-je été claire ?


Aminata : « Et puis quoi encore ? Tu crois que tu peux me faire quoi? Tu veux agir en tant que SM (Station Manager) mais laissez-moi te dire quelque chose, tu ne seras pas nommé ok ! Tu es peut-être mon superviseur pour le moment mais se n'est plus pour longtemps. Tu crois que le Cartel te recruteras? Oups ! Dit-elle en tenant sa bouche comme si elle disait quelque chose qu'elle n'était pas censée dire.

Moi: Ferme la... et ne me menace pas, d'accord ! Je t'avise pour la première et la dernière fois. Si tu te comportes à nouveau comme aujourd'hui avec moi hmmm…. On verra comme tu dis!!!!”

Si je la gifle maintenant, que fera-t-elle.

Je l'ai laissée là-bas et suis allée directement au bus. Je n'ai pas parlé jusqu'à ce qu'ils me déposent devant ma maison parce que j'ai pensé à ce qu'elle a dit.
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira »
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira »
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira.»

Hum. C'était quoi encore tout ça ???

Mes cousins n'étaient pas à la maison quand j'arriva et je penses qu'ils étaient surement à l'école ou à la bibliotèque. Même le weekend ils bossent à cause des examens je crois. J'appela Terry pour savoir.

Moi : "Bonjour, T."

Terry : « Bonjour Yaya K-T, oh, tu es déjà à la maison ?

Moi : « oui, c'est pour ça que je t'appelle. Je voulais savoir où vous êtes ? Et aussi je veux que Domi m'achète des choses. S'il te plaît, dis-lui de me rappeler, d'accord !

Terry : « D'accord ! Aucun problème."

J'alla dans ma chambre et prendre ensuite une longue douche. Je voulais éliminer tout le stress que j'avais accumulé depuis hier soir. Domi m'appela plus tard et je lui demanda d'acheter du plantain, de l'atiéké et de l'igname pour la maison. Puis je m'assoupis comme un bébé.

Marimba ! Marimba ! Marimba ! c'était la sonnerie de mon iPhone………………. Lol …….. Ceux qui ont un iPhone connaîtront cette sonnerie.

Moi : " hummm….. "

Elle : « yéyé girl ! Cela fait deux semaines maintenant. Tu ne prends même pas la peine de m'appeler, han !

Moi : « ééé ma oyinbo gal ! Comment ca va?"

Ihuoma : A mouf va la bas. Non tu n'es pas sérieuse oo. Tu ne peux même pas m'appeler pour me dire que tu es bien arrivé et tout ça. Comment s'est passée la formation ? J'ai vérifié mon courrier aujourd'hui. Je viens de recevoir un e-mail disant que nous commençons une formation demain lundi matin, et que votre station l'avait déjà terminée. Pourquoi ne m'as-tu pas appelé… humm Tomiwaaa !

Moi:"eh eh eh mama freine un peu gué... regarde comment tu speed en parlant. non, mais ce n'est pas ce que tu penses ooo. Rappele-toi ce jour-là Yul venait aussi à Dakar, nous l'avons rencontré à l'aéroport. C'est le même jour que j'ai eu connaissance de la formation. Aha ma chere crois moi na. Alors on dit ? Comment ça va là-bas en Afrique du Sud, comment va mon beau »

Ihuoma : " ! Lequel?

Moi : » lequel encore ? Ne me dis pas que tu as trouvé un autre jackpot là-bas ? Ah ah ah ah! tu devrais te retenir ooo ! La vie ne fuit pas gué!
Ihuoma : » Ah quitte moi là ! Abeg! Parle moi des vraies choses. Alors qu'est-ce qui se passe avec Yul ! ? »

Moi:" Cette fille même quoi, tu es bête je jure."

C'est ainsi que j'ai commencé à lui raconter ce qui s'est passé depuis le jour de mon retour à Dakar jusqu'à aujourd'hui, en évoquant la boîte de nuit et l'hôtel. Mais je ne sais pas pourquoi je ne lui ai pas relaté ce que Yul a dit concernant l'entreprise et toute le "charabia" du poste et le cartel parce que rappelez-vous que je vous ai dit qu'elle est la station Manager à Jo'burg.

Si ce que Yul m'a dit est vrai, cela signifie qu'elle est membre du cartel. Je voulais avoir plus d'informations à ce sujet et être sûr de ce qui se passait. J'avais une petite idée sur la façon d'obtenir cette information. Yul serait le numéro un à me filer la doc, et Aminata aussi.

Je devais juste bien la gérer. C'est le genre de fille qui peut parler de toute façon sans s'arrêter. Elle n'a pas de secret, je pense donc pouvoir commencer mon enquête avec elle puisqu'elle est avec moi ici. N'est ce pas?

Après avoir discuté avec Ihuoma, qui a promis de venir frapper Aminata pour moi, lol, je suis allée dans la cuisine. Terry et Domi étaient de retour à la maison. Domi a acheté tout ce que je lui avais demandé et nous avons commencé à cuisiner.

C'était le moment que j'aimais le plus ; passer du temps à cuisiner avec eux Domi et T. T était tellement drôle parce que T nous dérangeait en prenant toute la viande à goûter et voir si nous faisions la cuisine en tant que chef comme nous prétendions être selon lui et Domi parce qu'elle voulait apprendre mon façon unique de cuisiner comme elle disait.

Ces moments nous permettaient de devenir complices. Je commença à regretter pourquoi j'étais sur la défencive à leur sujet. Je pensais qu'ils avaient le même comportement que leur mère, mais j'ai appris à mieux les connaître avec le temps.

Après avoir cuisiné, T a dressé la table à manger, et nous avons mangé. Quand nous avions fini, je suis monter vers 20h30 pour me coucher. Vous savez que je dors tôt et que je me lève tôt même quand je sais que je ne travaille pas le lendemain.
30mns après que je sois dans mon lit, Marimba ! Marimba ! Marimba !..

Moi : " Allo ! " J'ai répondu sans regarder le numéro qui m'appelait.

…:" Bonjour!" hum… je savais qui c'était… mais j'ai fait comme si je ne le savais pas.

Moi : " ouais ! A qui est-ce que je parle, s'il vous plaît ?

Lui : « moi, Yul ! Ne me dis pas que tu n'a pas reconnu ma voix ! …

Moi : … (roulant des yeux comme s'il me voyait)

Lui : En tout cas ! Comment ca va? J'espèreque je ne te dérange pas"

Moi : » hum…, j'allais justement dormir, mais c'est bon, tu peux parler. Qu'est-ce que tu veux?"

Yul : « Toujours agressif ! Tu ne peux même pas demander comment s'est passé mon retour à Lagos ;

Moi : … (roulant encore des yeux)

Lui : Eh bien, je sais que tout cela va bientôt changer, crois-moi. "

J'ai agacé : « Que veux-tu dire, Yul ? Va droit au but.

Yul : "Je voulais juste t' informer que la formation durera 02 semaines à partir du mois prochain, et qu'elle se déroulera à Abuja."

Moi : « C'est tout ?

Yul : » … et que je voulais entendre ta voix avant de dormir ce soir. N'oublie pas non plus que nous devons cloturer le chapitre qui s'est ouvert hier… mais ne t' inquiétez pas, je sais quand et où cela se produira… Mais pour l'instant, fait de beaux rêves.

Click

Audacieux hein! Non mais ce gars... qu'est-ce que je peux lui faire…… pfff,

Je pense que je ferai mieux de l'oublier et de dormir ou bien?

Pardon audez moi!

******

Salut la gang!

Je veux des likes... commentaires et des partages!

Merci😊🥰

Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa"

CHAPTER 8: THE CARTEL

Hiya Les gens! I hope you guys are ready for the weekend. Here you go with a brand new chapter.

Me like comments so to your keyboards Please.

**************** *************** **************

Me:” Allo! As-salaamu Alaikum ”

Sylla:” Malekum salam.”

Me:” Hi, Sylla! How are you today?”

Sylla:” Mangui fi reek! (Fine in Wolof), And you?”

Me:” OK, thanks! I want an urgent order, please. I will like you to help me with it, please. My colleague is not around (see how I need to cover the stupid girl). I want 150 meals economic + 10 vegetarians, 12 meals for BC (Business Class) + 04 vegetarians, and 12 for the crew.”

Sylla” Eh! Eh! Eh! K-T that is much for a Sunday morning like this. Which plane are you expecting today, and why so late to order? Anyway, I’ll give you Pack 3 and 4 standards, the special one you usually order will not be enough, ok!”

Me:” OK, Sylla! It is Boing 767- Peregrine Falcon coming today….. Please do your best as usual and hurry up!”

Sylla:” ok! Bye!”

This is 10H30am, Damn! We were late for one hour and 30mns with our order.

This so-called Aminata f***ing girl did not place order to the catering service agency, send the PNL (list of passengers) to our handlers AHS, informed the “SERVICE PRESTIGE” for our business class passengers and the “SALON D’HONNEUR” for the diplomatic passenger we had. What was she doing all that time? Just talking with “Mr, I sabi everything”.

All of our handlers and contractors just called the office one after the other, at the same frame of time, asking me why the documents and information were not available. And funny enough, today our flight was on time, so no time to game.

I asked that stupid girl why orders were not made and information sent, and she had the mind to tell me she forgot to do it.

Can you imagine!

I knew her plan, but that wouldn’t work for me. God forbid bad things. If she was looking for trouble, then I was prepared for to give it back to her Bpass Bposs.

I was nettled and under pressure at the same time. Mr. Moy was shouting at me, saying that I should have supervised all that long enough before this time. But was it the first time? That was how we used to do it na. The operation agent should order and send documents. I did not answer him because I just knew the game that girl wanted to act.

I was so upset… the day was starting “well” for me. I was trying to cool my temper down. That was not easy with all Nigerian businesswomen, who don’t like to pay for their excess luggage. They come here to make money, so they should also understand that we are just trying to make money.

Today, I was not ready for any bullshit.

After all the necessary was done for the flight and the emails sent, I went downstairs to the checking point area. As soon as I just got to our counter, see pipo ! Didn’t I tell you?

As usual, I went straight to the business class checking counter. I attended the 02 PAX that were there at that moment and then went to counter 02, where Nafi (another of our operation staff) was trying to wave out some excess KG for one passenger.

I saw Aminata at the 3rd checking counter quarreling with 02 women, and I went to meet them.

Me:” Aminata, what’s going on here?”

Aminata, not looking at me talking to the lady:” Madam, I asked you to pay 200K CFA. We don’t accept naira here, so go change the money and come with CFA.”

Woman 1:” my sister, please, I understand, but I don’t have time again to change this money. I want you to help me with 10KG; that is the amount I have to change the naira will take time.”

Woman 2:” Please, madam, we want you to check us in together so like that it will help us… Why are you people hard today like that? We are your customers na… a a what is happening with you today? Na wa oooo, ééé, how we go do am now ooo”

What was I telling you? Nigerian women know how to act movies especially when it involves money, business, and all that…

Me:” Aminata! What’s going on?” it was the second time I asked her that question, and she did not dare to look at me or give me a damn answer. So I just asked her to leave us and go straight to the boarding point.

She got angry but still went murmuring something I was not hearing. I did not care and was waiting for the flight to depart to deal with her.

I quickly attended to the two businesswomen because other PAX were waiting, and thank God, everything went well.

At 11h45am, we closed our checking counter, and I went back to my office. As I entered in the room, I saw Yul. So, that where he was all that time, but I didn’t remember leaving him back in the office.

Anyway ……. I did as if I did not see him. I sat down, opened my mail, printed out some documents, and so and so until the AHS operation informed me that our plane had landed.

That was when this man now wanted to talk to me. can you see how the devil wants to work today? First that stupid girl, now this one in front of me…… hummmm….. If he dares try me today, I swear papa…. i will show him pepper

Yul:” Tomiwa, I know you are not happy right now, I can see it on your face” Look at this man; he thinks that, right now, I have time for him…

Yul: “Don’t even bother yourself with that small girl; I am not interested in her…. Forget….. I just wanted to let you know that you are coming to Lagos in 03 weeks’ time from now for training.” he mentioned Lagos + training and me. My mind just spined so did I, turned 180 degree to now face him.

Me snorting:” Are you fricking serious, Yul? And what is all that game you’re doing with Aminata? See, if you are a player, nothing gone happen between us, do you understand? In fact, nothing will happen, I am not there to waste time with a man like you.” i spat in front of his face.

And secondly, do you want to tell me that you didn’t know about this so called training I am invited to way before today? Are you just getting the info now? Well… let me tell you something… I’m not going to be at that your so-called training in Lagos, and you can tell that to CM, that is not my business.”

I went out of my office, slamming the door and leaving him there. I didn’t understand what was happening to me. That man could make me lose my temper. I was truly hurt. For me, nothing had yet started, and I was already getting tired of him and at the same time liking him the more. I could not call it love; it was too early. It was too early for me.

I ran away from Yul since that first day we met. Oh yeah, a woman can quickly know when a man likes her or not, even if he does not want to show it. And let me tell you something, guys, I knew about his intention from that time.

The way he was talking, looking at me, all that was just done in particular ways as if we were in a rendezvous and not an interview. It was just that without been that. The interview didn’t last for long. I think it was just 15mns or so. But under that period, I had the time to analyse his gesture.

Presently, I had mixed feelings down inside me. I am an emotional girl when it comes to matters of love and relationship. However, at the same time, I don’t like to stay long in a relationship. I wouldn’t like when somebody comes to take control or change my routine of life, yeah its looks as if I am versatile, but that’s me.

As I said, I left him behind and went to the ramp for my plane that was already on ground.

Everything went well, and we all went back to the office. At 3h30pm, we were about to leave the office; that was when I call Aminata back to have a small talk with her.

Me:” Listen Aminata, I am not going to talk for long. You and I don’t have any problem and have never had problems since we started working together in this company, so I want it to continue to be. I do not want what happened today to repeat itself. What happens in your private life should not affect your job, ok! Have I been clear?”

Aminata:”Et puis quoi encore? What can you do to me? You want to act as an SM (Station Manager) but let me tell you something you will not be appointed ok! What do you think and who do you think you are? You may be my supervisor for now but not for long! We shall see. You think the cartel would want you”….

Oops! She said holding her mouth as if she said something she was not supposed to say.

Me:” he! He! He! Don’t threaten me, ok! I am warning you for the first and last time. If you behave again like today with me hmmm…. We shall see like you said, hisssss!!!!”

If I slap her now, what will she do?

I left her there and went straight to the bus. I did not talk until they dropped me in front of my house because I thought of what she said.

” You think the cartel would want you.”
” You think the cartel would want you.”
” You think the cartel would want you.”

Hum. What was all that again???

My cousins were not home, and I believed they were still at school or somewhere. On Sundays afternoon, they used to go study with their classmate to the library and school. You know students ways right? I called Terry to find out.

Me:” Bonjour, T.”

Terry:” Bonjour Yaya K-T, oh, are you at home already?

Me:” Yes, that is why I am calling you. I wanted to know where you guys are? And also I want Domi to buy some stuff for me. Please tell her to call me back, ok!”

Terry:” Ok! No problem.”

I went to my room and had a long shower. I wanted to remove all the stress I accumulated since last night. Domi called me later, and I asked her to buy plantain, atiéké, and yam for the house. Then I slept off like a baby.

Marimba! Marimba! Marimba! it was my iPhone ringtone………………. Lol …….. Those that have an iPhone will know that ringtone.

Me:” hmmm…..”

She: “yéyé girl! It’s been two weeks now. You don’t even bother to call me, han!”

Me:” ééé my oyinbo gal! How are you?”

Ihuoma: See you. You no be serious person oo. You cannot even call me to say you arrived well and all that. How was the training? I checked my mail today. I just received an email saying we are starting another training tomorrow Monday morning, and your station had already finished it. Why didn’t you call me… humm Tomiwaaa!”

Me:” no, it is not what you think ooo. Remember that day Yul was also coming to Dakar na, ché we met him at the airport. It was that same day I knew about the training. Aha my dear, believe me na. So how far? How wrongs over there in SA, how is my in-law”

Ihuoma:” hisss! Which one?

Me:” which one again in SA? Abi u don get another jackpot there? Ahahahah! My friend, you should hold yourself ooo! Life no be so o!

Ihuoma:” you dey craze! Abeg let me hear a better word from your mouth. So what’s happening with Yul!?”

Me:” This girl self, you are very crazy o.”

That was how I started telling her about what happened from the day I got back to Dakar till today, mentioning the nightclub outing and the hotel stuff. But I don’t know why I did not tell her about what Yul said concerning the company and all the “charabia” concerning the position and That CARTEL story and so on because remember I told you she is the SM of SA station.

If what Yul told me about is true, that means she is a member of the cartel. I wanted to have more information concerning that CARTEL matter and be sure of what was going on. I had a little idea of how to get that information. Yul will be the number one way, and Aminata also.

I just had to handle her well. She is the kind of girl that can talk anyhow. She does not keep a secret, so I think I can start my investigation with her since she is with me here. Right?

After talking with Ihuoma, who promised to come and fight Aminata for me, I went to the kitchen. Terry and Domi were back at the house. Domi bought everything I asked her to and I refunded her money. We started cooking for diner.

That was the moment I liked most; spending cooking time with them. Cooking time with my Domi and T. T was so funny because T was disturbing us while taking all the meat to taste and see if we are doing the cooking as the chef we claimed to be according to him and Domi because she wanted to learn my unique way of cooking as she used to say.

We were getting closed to each other. I even started regretting why I did not want to accept them in my house at first. I thought they had the same behavior as their mother, but I got to know them better with time.

After cooking, T dressed the dining table, and we ate. When we finished, I left around 08h30pm going to bed. You know how I sleep early and wake up early even when I know I am not working the next day. In fact, tomorrow I am off.

30mns after I got in my bed, Marimba ! Marimba ! Marimba !..

Me:” Allo!” I answered without looking at the number that was calling me.

…:” Hello!” hum… I knew who it was… but I did as if I knew not.

Me:” yeah! Who am I speaking with, please?”

Him:” me, Yul! Don’t tell me you didn’t know! …

Me: … (rolling my eyes as if he was seeing me)

Him: Anyway! How are you? Hope I am not disturbing you?”

Me:” hum… not at all, I was just about to sleep, but it’s ok, you can talk. What do you want?”

Yul:” Always aggressive! You cannot even ask how was my trip back to Lagos;

Me: … (rolling my eyes again)

Him: Well, I know all this will soon change, trust me. ”

I was annoyed:” What do you mean, Yul? Please go straight to the point.”

Yul:” I just wanted to inform you that the training will last 02 weeks from next month, and it going to be in Abuja.”

Me:” Is that all?”

Yul:” … and that I wanted to hear your voice before sleeping tonight. Also, don’t forget we need to close the chapter you opened yesterday… but don’t worry, I know when and where that will happen…So bye for now, take care.”

Click

I dropped the call. … This guy, what can I do to him…… Which chapter was he talking about? did I opened something? where? at the nightclub or at the hotel?

pfff, I think I need to sleep first before my head scatters….

« Please like, Comment and Share- and come and help answer those questions na.


Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa

K-T

CHAPITRE 7: L’ATTIRANCE

Hiya mes chers lecteurs et lectrices !  

J’espères que votre semaine a bien débuté ! 

Voici la version en Français du chapitre 7 est en ligne. 

Je veux des like et des commentaires ko … 

Nous sommes arrivés à l’hôtel environ 15 minutes après avoir quitté la boite de nuit. Arrivés dans la chambre. Il mit la clim et la télé. Je me suis assise sur l’une des chaises. Il s’en alla ensuite prendre sa douche. Immédiatement, après qu’il ferma la porte de la salle de bain ; J’alla m’allonger sur le lit. 

 Je m’endormi aussitôt. 

******************************************** 

 Le lendemain matin, je me réveillai vers 06h00 avec un mal de tête atroce. En regardant autour de moi, je ne reconnus la pièce dans laquelle je me trouvais. Je sentis aussitôt des bras forts autour de moi qui me donnaient une douce chaleur. Cela m’apaisait sous cette fraicheur qui était répandue dans la pièce. 

C’est à ce moment-là que je me suis rappelé où j’étais. Hôtel Lagoon, chambre n°A32LII de M. Ekeh Yul Peter. 

Oh merde !  

Qu’est-ce que je foutais encore ici ? Qu’est-ce qui c’était passé hier ? Ma tête me faisait de plus en plus mal. J’avais besoin de paracétamol… Immédiatement je me suis levée. Je voulais m’en aller mais en me retournant sur le lit, je me suis rendu compte qu’il était déjà réveillé. 

Moi : « Pourquoi tu ne m’as pas réveillé ? » Je lui demandais pendant que je me touchais pour voir si je n’étais pas nue. 

Yul a juste souri… hum. Ce mec est tellement mignon…. Oh mon Dieu! Euh, à quoi je pense ! K-T, tu dois sortir de cette pièce si tu ne veux pas d’ennuis, est-ce que je pensais encore… 

Yul : « Relaxe ! ma chérie ! Je n’ai rien fait qui puisse t’embarrasser. 

Moi : 0_0…………. 

Yul se leva du lit et vint se positionner juste devant moi. 

Yul : « Tomiwa » Boom ! C’était la première fois qu’il ne coupait pas mon nom ni m’appelait bébé, Machin chose là. Ceci voulait dire qu’il était sérieux et voulait réellement discuter sur un sujet important.   

Je ne prendrai pas de ton temps ; le temps ne me le permet plus. Continua-t-il.  

 Il resta silencieux pendant quelques secondes, puis il dit…. 

« Je t’aime et je te veux dans ma vie. Je veux que tu sois à moi et moi à toi sans partage, sans demi mesure. 

« Je suis tombé amoureux de toi depuis le premier jour où je t’ai vu, et je n’ai jamais cessé de penser à toi. Te souviens-tu… mon voyage à Dakar a commencé immédiatement après le jour où vous êtes tous venu pour votre entretien à Lagos, n’est-ce pas ?  Et là je parle des candidats au poste.» 

J’ai dit oui. » 

Yul : « J’ai prévu depuis lors de faire partie de n’importe quelle mission sur Dakar, que mon travail soit directement lié ou non. 

Moi: Et pourquoi? » Hum K-T, c’est quel genre de question ? Je ris de moi-même, c’est vrai, je n’ai même pas su quoi dire 

Yul : « Parce que tu es… il disait ça en se rapprochant de plus en plus de moi…. Parce que tu es… Il s’est assis et m’a mis sur ses cuisses… hum…Parce que c’est toi qui fais battre mon cœur ! Il rit et me toucha le nez !!!! 

Cet homme… Est-il sérieux ? Ou il veut se moquer de moi. Comme s’il ne savait pas que je dois être à l’aéroport à 9 heures du matin. 

Yul plus sérieux : « Laisse-moi te dire quelque chose, la principale raison pour laquelle j’ai bloqué ta candidature est que, ce poste est très spécial et je ne pense pas que tu sois suffisamment préparée pour le gérer…. 

Moi : « De quoi parles-tu ? Et voilà les grands mots. Va droit au but, et laissez-moi partir de cette chambre parce que j’ai un vol à gérer dans moins de 02 heures ! 

J’étais en colère contre lui… C’est quoi ce genre de bêtises ? 

Yul : » Écoutez Tomiwa, cette compagnie est une entreprise très bien cotée sur le marché. Nous traitons avec les plus grands actionnaires du monde entier, nous sommes en partenariat avec de grandes entreprises et en accord avec de nombreuses compagnies aériennes. 

« Tu sais à quel point il est difficile pour une compagnie aérienne africaine d’avoir un tel partenariat et de tels accords, même si l’IATA les réglemente et donne l’autorisation dès la signature de la licence d’opérer, c’est pas évident. » 

« Tu sais aussi que tout ce qui est écrit sur les documents n’est pas toujours appliqué sur le terrain. » 

« T’es-tu déjà demander d’où provenaient tous les nouveaux avions et équipements neufs que nous avons dans notre flotte ? 

Moi : « hein… parce que sûrement vous avez pris un prêt ou demandé un fonds à certaines banques à Lagos… » lui ai-je répondu. 

Yul : « T’es-tu déjà demandé comment nous sommes arrivés à ouvrir 15 stations les unes après les autres en moins de 06 mois ? T’es-tu déjà demandé pourquoi les agences gouvernementales nous ont accordé le statut de compagnie aérienne gouvernementale alors que nous sommes qu’une entreprise privée ? » 

Moi : « Ecoute, Yul, ce n’est pas ma putain d’affaire. Crache le morceau et laisse-moi partir » 

Il ne m’a pas entendu et a continué. 

Yul : « Tout cela parce que nous sommes membre du plus grand cartel de l’industrie auquel vous puissiez penser. Nous avons une charte contenant des closes inconnues aux employées hormis ceux qui occupent un poste de grade P ou G. » 

« Dès que vous signez votre contrat pour le poste en question, ils vous font signer les documents faisant référence à la charte du cartel. » 

« Que cela vous plaise ou non, vous rejoignez le groupe. Vous n’êtes pas obligé de donner votre avis. Ils pensent qu’en signant les documents, vous les avez lus alors qu’on sait que les gens n’ont pas le temps de les lire car ils signent sur place. 

Moi : « Waouh ! » 

C’était la seule chose qui pouvait sortir de ma bouche à ce moment-là. 

J’étais nerveuse et mon énervement se transforma en peur à ce moment… Je me demandais pourquoi il me disait toutes ces choses. Je voulais comprendre la relation entre mon désir de l’offre et le fait qu’il ne voulait pas que j’obtienne cet emploi. 

Comment a-t-il appris tout cela, pour qu’il occupe ce poste dans l’entreprise, j’ai tout de suite conclu qu’il était également membre de la soi-disant C.A.R.T.E.L. 

Je me suis soudainement levé de ses jambes. Je voulais aller à la salle de bain, mais il m’attrapa par bras et m’e ramena à lui. Il me teint ensuite le visage avec ses mains et m’embrassa sur le front. 

Yul : » Je sais que tu as un million de questions, mais avant de continuer…. Il est allé chercher un verre d’eau et me donna ensuite des comprimés. 

« Bois ça… ta tête te fait mal. 

J’ai secoué la tête pour dire oui. J’ai pris le verre et je l’ai regardé comme si j’avais peur qu’il me donne quelque chose d’étrange. 

Yul me montrant le paquet de paracétamol : « Ce n’est pas de la drogue, rien d’autre que du paracétamol, crois-moi Tomiwa, 

Yul se pencha près de moi, son souffle chatouillant mon cou, et dit : 

« Je ne veux pas te faire de mal. Je te protégerai et je pourvoirai à tout ce qui est en mon pouvoir pour toi dans votre vie ; Je prendrai soin de toi et je t’aimerai comme aucun autre homme ne l’ai jamais fait pour toi. 

« Je serai là pour nous à tout moment. » 

Moi : « Tu es basé à Lagos ? Comment cela serait-il possible ? » Je lui ai demandé. 

Yul : « Tout est possible si seulement tu crois. » 

Les lèvres de Yul se sont soudain écrasées sur les miennes alors qu’il tenait ma taille. Il ne m’a pas laissé le temps de répondre ou d’y réfléchir. Il possédait ma bouche. 

Automatiquement, j’enroulai mes mains autour de son cou. Il me souleva et j’enroula mes jambes autour de sa taille. En me soulevant, il me mit contre la porte. 

Puis il mit sa main sous ma robe, saisissant de l’autre main mon sein droit. Il quitta ma poitrine, descendit, tirant sur ma culotte. 

Je savais que j’étais mouillé comme jamais. Il frotta mes parties intimes. 

Moi : « hmmm mmmm……..Yul, » je gémissais à haute voix…. Hmmm le gout. 

Yul : « Bébé » 

Moi : « Arrête ; Je suis très en retard et je manque de temps maintenant. 

Il me remit sur mes pieds en hochant la tête. Pas question que je fasse les choses d’impolis… lol,  pas maintenant. J’ai un vol à gérer dans peu de temps. 

*************** 

Yul me déposa devant chez moi à 08h15. Le bus était déjà passé. Ils m’ont appelé quand nous étions en route pour Sacré Cœur 3 et je leur ai dit de me devancer et que je les retrouverais au bureau. 

Je pris mes chaussures en main : « Bye Yul ! dis-je en lui donnant un baisé sur la joue. C’est tout ce que j’aurais pu faire. Il le méritait, du moins pensais-je. Je ne sais pas pourquoi je me sentais comme ça. Mais j’étais contente de l’avoir embrassé. 

« Au revoir. » Il souleva mon menton et me donna un baisé à son tour mais cette fois sur les lèvres. Puis il me fit un clin d’œil. Je ne peux pas vous dire le nombre de papillons qui battait dans mon bat ventre. 

Yul : » Bébé, réfléchis à ce que je t’ai dit à l’hôtel. Oublie cette position ; c’est pour ton bien. 

Moi : Tu es avec eux ? 

Yul :  » Non  » 

Moi :  » alors comment ça se fait ?  » 

Yul : « un jour, tu comprendras. » 

Je descendis de la voiture et j’entrai chez moi. 

Terry et Dominique dormaient toujours. Alors je suis directement allé dans ma chambre, j’ai pris ma douche, je me suis habillé, je me suis maquillé, j’ai mis mon parfum Diesel femme, puis j’ai sauté dans le premier Taxi que j’ai arrêté. 

J’ai pris la peine de ne pas discuter le tarif du trajet jusqu’à l’aéroport. Je n’avais pas ce temps à perdre. 

Dès que je suis arrivé à l’aéroport, je payai le taximan et alla directement au bureau. M. Moyosore n’était pas dans son bureau, mais par contre j’étais surprise de voir ses deux discuter comme des amoureux : Yul et Aminata qui riaient l’un contre l’autre en se faisant des blagues. 

Que diable faisaient-ils ensemble ? Dès qu’ils constatèrent que quelqu’un venait de rentrer dans le bureau, ils s’écartèrent l’un de l’autre.  Il fit comme si de rien n’était. Ce qui m’attrista le plus était le fait de le voir se comporter comme si rien ne s’était passé entre nous il y avait à peine trois heures de temps. 

Je brûlais en moi. Je pense que ma température était montée à 40′. Je me suis tranquillement assise, j’ai allumé mon ordinateur et j’ai ouvert l’écran d’Amadeus pour voir si Accra m’avait déjà envoyé le *PNL*, la liste des passagers et j’ouvris aussi mon courriel Outlook pour voir le *Close Out*. 

Quelques minutes plus tard, « M. Je savais tout ». Quoi ? Laisse-moi tranquille. Ouais j’ai commencé à le rappeler comme ça. J’étais *furax* énervé comme pas possible. 

Aminata s’est retournée vers moi et m’a salué. 

Aminata : « Bonjour K-T. On dit quoi ? Nous sommes passés chez toi, mais tu n’étais pas chez toi. Elle tourna ensuite son regard vers  Yul, elle lui dit : Je pense qu’elle n’était pas avec toi… » 

Yul n’a rien dit. Il sourit plutôt en me regardant. Il s’est levé et nous a dit qu’il allait retrouver M. Moyosore. 

Moi : « Et qu’est-ce que c’était ce petit échauffement que voulait faire devant Yul ? Demandai-je à Aminata. 

Aminata : Quoi ? Ecoute ! Je voulais vraiment que tu me fasses le topo avec  Yul, mais je me rends compte que tu le veux aussi. OK ! D’ACCORD ! Donc, à compter de maintenant, je te considère comme ma rivale. Tu n’es pas une bonne fille. 

« Je pensais que nous étions des amies. Mais non, tu m’as trahi, et je ne te laisserai pas l’avoir parce que je le veux aussi et ça tu le sais très bien. Et si vous voulez m’essayer, vous me trouvez sur le chemin, toi et toutes ses autres filles de l’aéroport la qui le tournent autour. Tu crois que je ne sais pas que tu étais avec lui, je t’ai appelé et tu n’as pas répondu… » 

Elle se leva, prit son dossier, son badge et son gilet de sécurité et sortit du bureau en claquant la porte. 

Putain !!!! Une grosse merde !!!! 

Oh! Oh! J’ai été très surprise de sa réaction. Je me demandais dans quelle merde tu t’es mises K-T. Regardez – moi ça ! 

On n’a même pas encore commencé à sortir ensemble que les problèmes sont déjà pointés à la porte. 

Tchouoooo! 

Pardon dites-moi d’abords, vous voyez tout ça comment ? 

Je fonce ou pas ? 

******* 

Je veux des likes et commentaires   

Suivez-moi sur 

Facebook @storyoftomiwa 

Instagram @thestoryoftomiwa » 

CHAPTER 7: TEASING ME

Hiya dear readers!

I hope you guys are enjoying the story ! I have been generous with you guys lately these days right ! and I am giving you another chapter today.

Oya clap for me, dance for me, like and comment…….

****************

Yul and I got to the hotel around 15 mins later after leaving the nightclub; we entered the room. He put on the A/C and the T.V. I sat on the chair, and he went to take his shower.

Can you imagine! He could not even offer me a drink or ask me if I wanted something to drink or eat. Don’t mind me o. I don’t think I could have taken more drinks at this point. Immediately he entered the bathroom; I laid down on the bed.

Before I knew it, I slept off deeply.


I woke up that Sunday morning at about 06.00 am with one excruciating headache. I looked around and at first, I did not recognize the room in which I found myself.

Simultaneously, I felt strong arms around me that gave me gentle warmth that soothed me while we were still under the air conditioner.

It was just then I remembered where I was. Lagoon Hotel, room n°A32LII of Mr. EKEH Yul Peter.

Ohh shit!!!! What the FK was I still doing here? What the FK went down yesterday? My head was paining me more and more again. I needed some paracetamol…

Immediately I stood up. I turned back and found out that Yul was already awake.

Me:” why didn’t you wake me up?” I asked him while I was touching myself to see if I was not naked.

Yul smirked. This guy was so cute…. Oh my God! Huh, what am I thinking about! K-T, you need to get out of this room if you don’t want trouble. I was thinking.

Yul:” Calm down, my dear! I did not do anything that will embarrass me not to talk of you.”

Me: 0_0………….

Yul also stood up and came right in front of me.

Yul:” Tomiwa” this was the first time he did not cut my name nor call me babe Machin chose la. It means that the things he wants to tell me were very important. Here me out, ok! I’ll not stay long; the time does not permit me anymore.

He kept quiet for a few seconds and then said: “I like you, and I want you in my life. I want you to be mine and me yours.”

“I fell in love with you from the very first day I saw you, and I’ve never stopped thinking about you. Remember… my trip to Dakar started immediately after the day you came for your interview to Lagos, right?”

I said “yes.” wait a minute! what did he just say? he is actually in love with me since that very day we met in Lagos? Well, let him finish his story. we will talk about that love part later.

Yul:” I’ve planned since then to be part of any Dakar mission, whether my work was directly related to it or not.

Me:” Why?” Hum K-T, what kind of question is that? Laughing at myself, true, the thing is that I didn’t even know what to say.

Yul: ”Because you are… he was saying that while getting closer and much closer to me…. Because you are… He sat down and put me on his thighs… hum… Because you are the one who makes my heart beating!… He laughed and touched my nose!!!!

Was this man serious? Or he just wanted to play with my senses. As if he doesn’t know that I have to be at the airport by 9 am.

Yul on a more serious note:” Let me tell you something. The main reason why I blocked your application is that the position is a sensitive one and I don’t think you are prepared enough to handle it.

Me: “What are you talking about? Here we come again. Just come straight to the point, and let me get out of this place. I have a flight to handle in less than 02 f**king hours from now”

I was getting angry. What kind of nonsense is this?

Yul:” Listen Tomiwa, This Company is a very well-listed firm within the aviation industry in Nigeria. We are dealing with top people all around the world we are in partnership with big firms and agreement with a lot of Airlines worldwide.

“You know very well how difficult it is for an African Airline to have such partnerships and agreements, even though IATA regulates it and gives the authorization immediately the license is signed.”

“You also know that everything written on the documents is not always applied on the field.“

“Have you ever asked yourself where we got all the brand new tear rubber planes and equipment from?

Me: “huh… because surely you may have requested a loan from some banks…I guess ” I answered him.

Yul: ” Have you ever asked yourself how come we got to open 15 stations one after the other under 06 months? Have you ever asked yourself why Government agencies gave us the status of a Government airline when we know we are a private airline company?”

Me: “Look, Yul, that is not my f**king business.”

He did not hear me and continued.

Yul: “All because we are a member of the biggest Aviation Cartel you can ever think of. We have a charter containing closes that are unknown to employees except those who occupy a post at the P or G grade.”

“As soon as you sign your contract for the position, they make you sign the documents referring to the cartel charter.”

“You join the group whether you like it or not. You don’t have to give your opinion. They believe that by signing the documents, you have read them when we know that people don’t have time to read them because they sign on the spot.”

Me: “Wow!” That the only thing that could have come out of my mouth I that particular moment.

I was as nervous as f**k right now… I was wondering why he was telling me all these things. I wanted to figure out the relation between me wanting the offer and the fact that he did not want me to get that job.

To know all this, for him to have that position in the company, I concluded immediately that he was also a member of the so-called C.A.R.T.E.L.

I suddenly stood up from his legs. I wanted to go to the bathroom, but he grabbed my arm and drew me back to him. He held me with his hands and kissed me on my forehead then sat me on the bed.

Yul:” I know you have one million questions, but take this first…. He went to take a glass, put water in it, and gave me some tablets.

Drink this… your head is paining you. he said giving me the pack of tablets.

I shook my head to say yes. I took the glass and looked at him as if I was scared that he was giving me something unfamiliar.

Yul showing me the box of paracetamol: “It is drugs, nothing else, trust me Tomiwa. Yul leaned over close to me, his breath tickling my neck, and said:

“ I don’t want to hurt you, nor do you wrong. I’ll protect you, and I’ll provide anything affordable for me in your life; I’ll care and love you like any other man as never done for you.” “I’ll be there for you at all times.”

Me: “You been in Lagos? How would that be?” I asked him.

Yul:” Anything is possible if only you believe.”

Yul’s lips suddenly crushed into mines as he held my waist. He gave me no time to answer or think about that. He possessed my mouth.

Automatically I wrapped my hands around his neck. He wrapped my legs around his waist, lifting me and banging me against the door.

Then he put his hand up my dress, grabbing with the other hand my right breast. He left my breast, went down, tugging at my panties.

I knew I was wet as f**k. He rubbed my clit.

Me: “ hmmm mmmm……..Yul,” I moaned.

Yul: “Babe”

Me: “Stop; I am getting very late and running out of time now.”

He let me down, nodding his head.

What? I can see your big eyes opening now, you readers. What do you think! No way I’m not going to do it. I have a flight to handle soon.


Yul dropped me in front of my house at quarter past 08 am. The bus from the company that came to pick me up had already left. The driver called me while we were on our way to Sacré Coeur 3 and I told them to go and that I’ll meet them at the office.

I picked my shoes up: “Bye Yul!” I said, kissing his cheek. That all I could have done. He deserved it, at least was I thinking. I don’t know why I was feeling like that.

“Bye.” He lifted my chin, kissing my leaps softly. Then he winked. I can’t say I didn’t feel any sparks.

Yul:” Babe, consider what I told you at the hotel. Forget about this position; it is for your good.” he said

Me: Are you with them?” I was curious to find out about his position among the so-called CARTEL.

Yul:” No”

Me:” so how come?….” I was surprised by his answer.

Yul:” one day, you will understand.”

I went down from the car and entered my house.

Terry and Dominique were still asleep. So I went straight to my room, took my shower, dressed up, makeup, put on my Diesel Feminine, and then jumped into the first Taxi I stopped.

I bothered not to price the journey to the airport.

As soon as I got to the airport, I paid the Taximan and went straight to the office. Mr. Moyosore was not in the office, but I met them: Yul and Aminata playing and cracking jokes.

What the hell were they doing together? He did as if nothing just happened few hours before between him and me.

I was burning inside me. I think my temperature rose to 40’. I gently sat down and put my computer on and opened Amadeus’s screen to see if Accra had sent me the PNL and my Outlook mail for the Close-Out.

It was a few minutes later that “Mr. I sabi everything” what? Leave me alone. Yeah, I resumed calling him that nickname because I was not happy. Yul And Aminata turned back to face me then greeted me.

Aminata fairly speaks English so anytime she speaks with an English person, she mixes a lot with French. The thing is that our CM always imposes us to speak English even among us. But the Senegalese staffs we have are so against the rule saying we are not in an English-speaking country.

Me, I know the reason. It is because they like to use Wolof (local Senegalese language) everywhere they are. I like that rule. I don’t speak Wolof so I am comfortable speaking English all day.

Aminata: “Bonjour K-T. How do you do today? We came to carry you, but you were not at your house.” Looking at Yul, she said to him; I think she was not with you …”

Yul did not say Anything but smirked, looking at me. He stood up and told us he is going to meet Mr. Moyosore.

Me:” And what was that just now?” I asked Aminata.

Aminata:” What? Listen! I wanted you to help me with Yul, but I see that you want him too. OK! So, Now, I know that you and I are rivals. You are not a good girl.” she said pointing her finger at me.

“I thought we were friends. But no, you betrayed me, and I will not let you have him because I also want him. And if you want to try me, you will find me on your way. You think I don’t know you were with him, I called you and you did not answer…”

She stood up, took her file, badge, and security jersey, and went out banging the door.

Bulshit!!!! Big one sh*t!!!!

Oh! Oh! I was surprised she spoke to me in that manner.


Here we go guys with a new Chapter. Please like, comment and share.

See me see wahala o !

In what kind of shit am I finding myself into.

See me see wahala ooo!!!

Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa

CHAPITRE 6: IMPRÉVU

Salut la team! Le weekend était très ensoleillé ☀️

Cool …. J’espère que vous vous ètes bien reposé. Un nouveau chapitre de votre chronique préférée est fin prêt 🥰.

Et hop c’est publié!!!!

Je veux des like 👍🏼 et des commentaires 👏👏👏

L’histoire devient intéressante entre Yul et Tomiwa 🥰. Mais qu’est ce qu’il cache?

Allez-y lire !

⚜⚜⚜⚜

Après la formation, comme d’habitude, quand Yul est là, nous avons au programme une sortie. Soit d’aller en boîte de nuit pour l’équipe de l’aéroport ou d’aller au resto.

Aminata a immédiatement suggéré que nous allions à la boîte de nuit GOLDEN au «point E». Tout le monde était d’accord. Nous avons décidé de nous rencontrer directement au club, et Yul était censé venir directement de son hôtel avec son chauffeur.

Vers minuit, j’attendais l’appel de Yul parce que quand nous avons quitté le bureau, il m’avait envoyé un SMS disant  » bébé prépare-toi, à minuit je viens te chercher si ça ne te dérange pas « .

Vers minuit 30, il m’a finalement appelé en me disant qu’il ne pouvait plus venir car il devait être quelque part urgement et nous nous retrouverons à la discothèque TOP 10 au lieu de Golden.

Sérieusement, j’étais larguée… choqué quoi. Je n’en croyais pas mes yeux. Où est-ce que Yul pouvait se rendre ici à Dakar pour avoir un rendez-vous soudain? Connaît-il des gens ici ? Non…. seulement le personnel de notre compagnie… donc ça sonnait bizarre pour moi. Et pourquoi ce brusque changement de lieu ? C’était Golden et maintenant c’est TOP 10 la boite de nuit où on devait aller ? trop de questions juste à cause d’un seul homme…

Eh bien, ce n’était pas mon problème. Je suis arrivée en boite vers 2h30 du matin. Je savais qu’il me fallait du temps pour me préparer. Quand je suis arrivée, il y avait beaucoup de monde à tout les coins.

Certains me jetaient des regards mortels et d’autre des sourires. La boite était déjà plein à craquer. Mais ce n’est pas comme si j’avais remarqué ou reconnu quelqu’un.

Je suis rentrée et j’ai commencé à regarder autour de moi. Je n’ai pas eu à chercher longtemps car je les ai juste vus coller l’un à l’autre en dansant : Yul et Aminata.

Je savais qu’un jour il tomberait dans son piège. Hmm les Hommes … !!!!! Tous les mêmes… On ne peut jamais leur faire confiance.

Il me vit, et immédiatement, il se détacha d’elle comme s’il se reprochait d’avoir fait quelque chose de mal. Quel rigolo!

Yul embarrassée : » Hé babe, quoi de neuf ! Qu’est-ce qui t’a pris autant de temps?

Tomiwa agacé : « Rien. S’il te plaît, où est notre table? »

Yul : « Bien sûr ! » Il nous conduisit nous à la table. C’était la dernière table sur la droite en rentrant dans la boite. les gens ne pouvaient pas nous voir.

Je pris place ey me servi un verre Smirnoff grenade.

Tous mes collegues étaient présent comme d’habitudes. Ça rigolait ici et lá. Les bouteilles se vidaient en éclair. Yul avait dépensé ce jour plus d’un million de Fcfa.

Après un certain temps, nous sommes tous allés danser. Vers 4h30 du matin, le Dj n’était qui n’était pas si bon que ça à mon gout avait mis mon son préféré qui m’a fait perdre le contrôle, lol.

J’ai commencé mon show. Avec les quelques bouteilles de Smirnoff que j’avais bues, j’étais déjà pleine, ivre et j’ai commencé à faire ma danse sensuelle et sexy. Ce n’était pas du strip-tease. Il y avait une scène dans un coin de la piste que j’avais capté. Je décida alors de faire mon show sur la scène.

Les hommes se léchaient les lèvres et les filles me lançaient des regards noirs ; sérieusement, j’étais d’humeur à danser. Je m’en foutais du reste. Mais il y avait quelqu’un que j’avais remarqué en particulier.

C’était YUL.

Il était sexy. Son allure, son regard, ses sourcils taillés et même sa boucle d’oreille en diamant me donnaient des frissons au ventre. Il me regardait trop intensément.

Quand je descendis de scène, Yul est vint et m’attraper par bras. « Je veux une danse, douce dame » Il se pencha plus près, il était à quelques centimètres ey chuchota dans mes oreilles avec une voix sexy.

Il m’attira près de lui. Son parfum me rentrait dans la tête comme une drogue, et nous avons commencé à danser. C’était juste sensuelle. La danse était si intense, que je pouvais sentir son membre dur toucher mes fesses. Je souri.

Il m’a demandé de le suivre. On quitta la boite sans dire au revoir aux autres. Je priais au fond de moi pour être forte et ne pas tomber dans sa tentation. Mon corps voulait être dans sa chambre d’hôtel en ce moment, mais mon esprit disait non.

Quel dilemme !

Vous savez qu’il est toujours difficile de faire un choix intelligent et avec objectivité dans ce genre de situation.

Quand nous sommes arrivés devant sa voiture, Aminata était là, présente à squater.

Aminata furieuse : « Yul ! Heinnn c’est comme ça c’est ça? Comment pouvez-vous simplement vouloir partir comme ça sans nous faire signe !?

Aminata voulait devenir folle… pfff je m’en foutais. C’était son problème. Elle était furieuse.

Sincèrement, cette fille me faisait chier. Elle commençait à me taper sur les oreilles. Nous n’avons pas de problème particulier entre nous mais je commençais à remarquer qu’elle agissait toujours étrangement chaque fois que Yul était là comme si elle voulait me prouver qu’elle n’avait plus besoin de mon aide pour avoir un rendez-vous avec lui. Mais à vrai dire, je m’en foutais.

Yul: « Désolé ma chérie! Vous étiez tous tellement concentrés sur la piste que nous n’avons pas pris la peine de vous le faire savoir. Ne t’ inquiétez pas, avant de partir ce soir, je t’appellerai. » Et il l’embrassa sur la joue.

Oh le salaud ! Elle était toute contente de la bise du gars comme une petite fille qui viennait de recevoir un bonbon.

Fille facile va !

Yul ouvrit sa voiture et vint ouvris la portière passger pour que je m’installe. J’entrai et, envoya un « à demain » d’une voix à peine audible et sèche à Aminata.

Elle ne me répondit même pas. En tout cas c’était le cadet de mes soucis.

Une fois en route pour je ne savait où, Yul mit la radio et le son KPOM LOVE GI était la première chanson qui commença à jouer. Je me demandais où était son chauffeur.

Tomiwa : « Où est ton chauffeur, Yul ? »je demanda inteigué

Yul : « Je l’ai libéré parce que je savais que j’aurais une autre personne qui me montrerait le chemin. »

Moi : « Hum. »

Yul : « Tu ne demandes pas qui est cette personne ?

Moi : « Pas besoin. Je pense que j’ai ma petite idée de la personne ».

Certainement, oh ouais, je savais qui était la personne, et c’était moi. Yul conduisait comme s’il connaissait la ville. J’étais surprise par une telle confiance. Habituellement, chaque fois qu’il vient ici, il ne reste pas plus de trois jours. Cette fois-ci, sa mission était plus longue que d’habitude à cause de la formation qu’il nous avait donné.

Je ne savais pas ce qu’il faisait ou les endroits qu’il fréquentait à chaque fois qu’il est à Dakar sauf pendant l’heure du déjeuner et sauf le dernier jour où il nous emmène en boite d’ou ma surprise.

Je remarqua que nous dépassions le chemin de ma maison, et nous nous dirigions petit à petit vers son hôtel au Plateau. Je savais qu’il était à l’hôtel Lagon parce que je l’avait entendu dire en parlant au téléphone un jour au restaurant.

Moi : « Yul, où m’emmènes-tu ? »

Yul : « Tu viens avec moi à l’ hôtel. Rappelle toi tu m’avais promis un rendez vous… juste pour parler et que je t’explique… Tu as promis à Lagos de m’accorder un seul rendez-vous pour parler.

Moi : « Et qui t’a dit que je voulais te suivre là-bas ? Ne sais-tu pas que j’ai un vol à préparer? J’ai déjà rater l’église à cause de cette sortie. J’ai besoin de repos pour être en forme pendant l’opération du vol.

Yul : « Ne t’inquiète pas, on va parler seulement » Après avoir dit ça Il n’ajouta plus un autre mot.

Malgrés mon état d’ivresse, je savais ce que je faisais. Mon cœur s’est mis à battre vite. Pas parce que j’avais peur de lui ou de quoi que ce soit, même s’il était un collègue pour moi.

Mais mon coeur commença à battre la chamade parce que moi et lui dans une chambre !!!

Hummmmmmmmmmm…

Je rompu avec mon denier gars il y a six mois. Depuis, je n’ai plus eu de relations sexuelles. La raison de mon long célibat aussi est que j’ai beaucoup voyagé. Je n’ai pas le temps de sortir m’amuaer du coup j’ai pas le temps pour ça. Donc lalala ça va chauffer. Lol

Nous sommes arrivés à l’hôtel environ 15 minutes plus tard. Quand nous rentra dams sa chambre, il alluma la clim et la télé et ensuite alla prendre une douche.

Je m’assoupi sur l’un des fauteuil. Dès qu’il ferma la porte de la salle de bain, j’alla m’allonger sur le lit.

Deux secondes plus tard, je m’endormis profondément.

⚜⚜⚜⚜

🤣🤣🤣🤣 nonnnn mais Tomiwa c’est une fausse fille quoi. Elle s’est endormi sans même donner la chance à Yul de s’expliquer.

Allé à vos plumes

« Liker, commenter et partager-

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa