CHAPTER 12: SURPRISE HE KNOWS HIM

I did not answer. There was nothing more to say. I just kissed him. Our lips started the butterfly dance but 03mns later he stopped, he looked at me and said:

“You look so naïve, Tomi, like an angel that just descended from heaven to earth. Your lips are like a cherry rose petal waiting to be tasted, bitten, and savored again.

They seem so juicy to be licked. Hum… I am going to take care of them soon… but for now, we have an event to attend at the Radisson Blu Anchorage Hotel on Ozumba Mbadiwe Street in Victoria Island.” He was saying all that while kissing my neck, my chin, my cheeks, and my nose.

Humm!!!!!! This man wan kill me ooooo, the way it is now…. I don’t even know how i feel…. One thing is sure and certain, it will be hot this night…. Hein my people, what do you think na????…


We got to Radisson Blu hotel 45mns later.

I was happy deep inside me. Seriously speaking guys, you cannot imagine how excited I was. I am with a fine man, in the sweetest car going to a big event like the one of M.A.C Cosmetics, ou la la, it was just so lovely. It was not a new thing for me, but this day was just special for me. One in a kind.

Maybe the presence of Yul was making me feel like any other natural woman in love with a man. Yes, I must admit it. I was falling in love with Yul…I started looking at him differently. My anger towards him was fading away little by little, it was disappearing from my heart. I told myself, I should give him a chance, starting a relationship with him was not a bad idea after all.

Yul parked his car just at the entrance of the hotel. A gentleman then came to open my door, turned to Yul’s side, collected the car key from him, and immediately drove out to park the car properly. The place was full of Nollywood stars, well-known singers of the country, and other business and politicians’ personalities.

Every 30 seconds, Yul was greetings, someone, as if he was the one organizing the event. At times I was wondering who he was. He was no longer my common colleague from Voyager Airlines.

It was so amazing for me. I was more amazed by the fact that some of his friends were referring me as his wife.

Ehhhh … we women ehen. We dream too fast. Relationship has not properly started and we already see ourselves as married and Mrs somebody. Nawa🤔

“No! Just a friend.” I was replying to them?

Yul was not staff of the marketing or sales department. Neither was he a staff working at the airport or any other agencies of the company. Yul was the space control officer. I think I’ve explained that to you already what his position is about as work… right? He was not in public relationship either.

So how come did he know all these famous people… I was amazed to the fact that he was so famous. well, na him sabi o… Me, I was enjoying being around and meeting those stars that I’ve just seen on TV. La jet-set quoi!

Wow!!!! That was just so wooow… The hotel was decorated with MAC Cosmetics posters and banners, and it was only at that moment I noticed a dress code color; pink, yellow, orange, green, and black.

As we approached the concert hall, two female ushers welcomed us and showed us our seats. I saw two men standing up from those seats. They gave us our program cards, and we sat down.

I was looking around for Ihuoma and Kunle. I saw them sitting at the second line of the seat, and it was difficult for me to let them know we were around. I decided to send Ihuoma an SMS telling her we were around and that we just arrived.

Me: “Why are we taking those men’s seats?

Yul chuckled: “Someone reserved these seats for us. Those men are just seat-filler. That’s their job, to fill empty seats until the invitee comes. It’s also a strategy to full the audience during an event.”

Me: “Oh! Ok I think I understand what you mean. I’ve watched a movie that talks about it, but I did not expect to see such in Africa. Lol”

Yul: “rhoooo what do you mean? Don’t you know that we in Naija we are more developed than this your country where you come from” and then he started laughing.”

Me: “Abeguuuuiiiii let me hear word”

Voices: “Chuuuuuuuuuuuuuuuuut”

We: “Sorrryyyy”

The presentation of MAC Company was going on, so at that time, the room was quiet. 45mns after the speech, the fashion show started. A lot of models presented different styles of make-up, Jewries, bags, and all that stuff. After that, it was the cocktail.

Everybody went out to the restaurant near the pool to have some drinks and food. We saw Ihuoma and Kunle coming toward us.

Kunle: “Hi guys! We were looking for you, where have you been? What took you so long?” him looking at Yul “ I hope you didn’t do something nutty to Tomiwa Hein… man!!!!

Yul: “Who? Me? Oh no… you can ask her.”

Ihuoma: “Humm… Please, guys, excuse us… we want to quickly go and do some ladies stuffs if you know what I mean…. Uh, touch up our makeup.”

I understood what she wanted, and we went straight to the toilet.

Ihuoma: “Hmmm babe! Oya gist na! What happened there at the hotel behind us?” she asked me as she was bringing out her makeup box from her bag.

Me doing same as her: “Oh nothing. The guy didn’t want to move without me kissing him so that was just what happened, just a 03mns kiss……… thaaaaat……….. weeeee………. Have….to…….. Continue…….. When we are back to his or my hotel room” then I shouted with excitement.

She too joined me screaming and jumping, and after we stopped, she asked me: “Wait, babe! Are you ready?”

Me: “What do you mean?”

Ihuoma: “I mean, are you ready to have sex with him this night or all time? And even plus? Because the way I see him, it is like he wants a serious relationship with you…”

Me: “Well, like I told you earlier on at your room…. I think I am ready …. It is just that at times… I feel as if he should just…”

Ihuoma: “hummmmm he should what? ….. waitin you wan again?…. He is showing you every time that he likes you… You French women at times I don’t understand, you like too much demonstration…. Abeg carry dey go….. a… a fine boy like him, he has money and is single. If you waste too much time, you’ll see, one girl will just come and take him away from you…”

Me: “What is telling me that he does not already have someone in his life? Are you sure he is single? Are you sure he is not a humanizer?”

Ihuoma: “See you sef! Am I the one you should ask? It would be best to ask him directly instead of keeping your questions for yourself and assuming things.

Me, what do I have to say if it is not just to give you some scope for the bed. You don’t know our Naija men… they no dey carry last oooo, so better for you to be prepared. Let me give you some trick… ahahahahah.”

This girl hein… is she serious at all???????

After that small conversation, we turned back to the mirror, finished our makeup and went back to meet our men.

Yess ooo they are our men. Well, I don’t know about Oma because that my friend hein…. Hum…she still has her boyfriend in SA, for Kunle I’ll find out her next step about him later… but as for me, I know ooo…

We went to the same place where we left them and didn’t find them. So Ihuoma called Kunle. He said they were around and would be back in 05mns. Then we decided to go and have some drinks. As we got to the bar, I saw Tim Rysara coming towards me. (Do you guys remember him abi?)

Hummm the world is small hein… what was he doing here? I hope he is not going to ask me why I did not call him back. Ihuoma did not notice that I stopped. She was already ordering her drink. Tim saw me and first said :

Tim: It’s a small world, only mountains never meet, but people do.

He came close to me, gave a kiss on my left cheek, and said: “Hi uhh… Domi? Is it Domi?”

Me: “Hi Tim! How are you doing? Good to see you again. No, I am K-T; Domi is my sister.”

Tim: “Oh yeah, it’s true; sorry for the mistake.”

Me: “It’s ok.”

Tim: “Good to see you again too, K-T. Why didn’t you call me back? I was expecting your call, at least once… Or is it your work that is taking all your time?

Me: “As you can see, I traveled out of Dakar and completely forgot to call you back. Don’t worry, am going to give you a call when I am back home, ok!”

Yul: “And why do you want her to call you Tim?” Yul just appeared from nowhere. I did not see him coming. He asked that question while putting his hand around my waist from my back and kissing my right cheek.

Tim started laughing and after he said: “Ol’ boy, don’t tell me you know her too?”

Me: 0_0…… what do you mean by knowing me too?” Kunle and Ihuoma came to meet us at that moment.

Yul giving me a glass of Champaign and a plate of miniatures: “take my dear.”

Him talking to Tim, “Yeah, my friend, I know her and this time around, am not gonna let you go with her if you know what I mean.”

Hum, these men were not serious, right! Were they? what was he saying like that? What was this all about? I started getting mad at them and didn’t want to stay here anymore.

This looks like they are under an open and continuous competition between themselves about getting women to go out with. I “swear papa,” if I find out that what I am thinking about is true, I am not going to fall into their trap. What kind of nonsense is this?

I drank my glass of Champaign in one gulp and said:

Me to them: “Hey guys, don’t tell me you know each other?” I looked at each of them, one after the other, trying to find out what was going on.

Yul: “oh yeah, my dear, I know this man” As he said that, he went to Tim, and they checked each other (a kind of greetings for men).

Tim checked Kunle also and kissed Ihuoma. We talk for few moments and after Yul told him that we’re gonna see him later before he flies back to Dakar.

Yul: “But for now, guys, we have to go.”

Tim: “Ok take care and bye” He came to kiss me on my cheek, he kissed Ihuoma as well and we left him. We left Radisson Hotel around 11 pm.

Throughout the road, on our way back to my hotel, I was not talking at all. I was listening to the music and looking at the street. Something about what just happened with Tim and Yul was making me feel uncomfortable.

Nothing happened between Tim and I. You people can see that I didn’t even call him back after we met at his restaurant.

He is not my kind of man and looks young, but the fact that they know each other made me think about the cartel.

I didn’t know why my thought went that side…Or maybe because I knew about that organization, I was suspecting everybody around Yul and even Yul himself. hummmm

The truth was that, I was not surprised to see they know each other, at first yes but after what I saw when we just arrived to hotel Radisson Blu made me think that Yul can know anybody from anywhere. That does not matter.

What matters was what Yul stated when he said Tim will not walk away with me like he used to do.

What does that mean? I am going to find out…

We got to the hotel. Yul parked his car, and I came down without saying anything. He decided to follow me. I didn’t say anything either, but as soon as we got in front of my room, I asked him.

Me: “Yul, what are you still doing here? Thanks for dropping me back at my hotel, but I want to be left alone now. It is late, and I need to get up early for tomorrow’ssession. Thanks for this outing. I enjoyed myself.”

I turned back to open my door and entered. As I wanted to close the door, he said.

Yul very calm: “Please let me in… If you want some explanation, ask me, and I’ll tell you everything you want to know.”

I looked at him. I did not say anything and let him in.

Let me hear his reasons… what do you guys think he will say ? Or he wants to say?……hummmmmmmmmmmmm

Now everybody should like and leave a comments abeg………….

and follow me on Instagram and facebook @storyoftomiwa

CHAPITRE 11: EMBRASSE MOI

Moi : « Allo »
Yul : « Bonjour Tomiwa, bienvenue à Lagos ! J’espère que tu as passé un bon vol ! »
Moi : « Salut ! Ouais, c’était sympa…. Mais en même temps, je suis tellement fatigué… J’essaye de dormir.

celui la il me souhaite la bienvenue à Lagos comme si c’était la première fois que je venais ici.


Yul: « Okey!, mais au cas où t’aurais besoin de quelque chose, n’hésite pas, appele-moi à tout moment. »
Moi: « ok, je prends note » Hmm lui la!? À tout moment 0_0
Yul :  » bonne nuit, belle dame « , dit-il.
Moi : « Merci, bonne nuit à toi aussi. »

CLIQUE!

Parfois, je me demande simplement: pourquoi je perds mon temps ? Pourquoi je ne prends pas la bonne décision, celle d’entamer une relation sérieuse avec Yul ? Il peut être gentil quand il veut, comme cette fois-ci au téléphone quand il m’a appelé. Qu’est ce que je dis? Il est gentil depuis que je le connais ; c’est juste moi qui ai été très agressif envers lui à cause de cette histoire de poste.

Bon, j’y penserai… j’y penserai sérieusement… et tu sais quoi, j’en ai marre d’être seul. Ma dernière relation amoureuse a pris fin il y a six mois. Alors maintenant, j’ai besoin de quelqu’un qui puisse réchauffer mon lit si vous voyez ce que je dis !!!!!!!!!!!!!


PING… PING… PING… PING… PING…

Le klaxon des voitures dans la rue m’avait réveillé. Je me suis levée et suis allée dans la salle de bain pour me soulager. Je réalisait qu’il n’était que 4 heures du matin quand j’ai levé mes yeux vers l’horloge qui se trouvait au dessus de la porte de ma chambre.

Je pris aussitot une douche. je ne pouvais plus repartir me coucher. J’étais fin prete et décida d’attendre dans ma chambre l’heure à laquelle le bus de la compagnie viendra nous chercher. Il était encore trop tôt mais mieux vaut pour moi d’être prete et à l’heure que de me précipiter pour apres courir derrière la montre.

Trente minutes plus tard, je changea d’avis et alla prendre mon petit dejeuner au restaurant de l’hôtel en attendant le bus.

En arrivant au restaurant, je n’avais toujours pas vu Ihuoma. C’était invraisemblable pour moi !!!!!!!! Où aurait-elle pu être ? Elle était sensée faire partie de cette formation, mais depuis hier que nous avons atterri, je n’avais pas eu de ses nouvelles. J’ai essayé son numéro de SA, il était fermé, et je ne l’ai toujours pas eu ce matin. Eh bien, laissez-moi attendre jusqu’à ce que j’arrive au bureau.

Nous sommes arrivés au bureau vers 08h40. Je pensais avoir 20mns pour avoir une petite discussion avec Ihuoma avant le début de la premiere session. Mais elle n’était toujours pas présente. Je regarda autour de moi et je ne la vis pas. Je demanda à d’autres collegues qui étaient peut-être venus avec elle. Mais personne ne semblait l’avoir vue.

Hummmm……… très étrange !!!!!!! Sur le chemin de la salle de conférence, je rencontra Lanre, l’agent administratif et lui demanda s’il avait vu Ihuoma. Il me dit oui, qu’elle était arrivée depuis deux jours, mais qu’elle avait dû se rendre à Abuja d’urgence et qu’elle est sensée être de retour à Lagos aujourd’hui vers midi.

Au moins quelqu’un l’a vue. J’étais donc maintenant sûr qu’elle était là.

Mais quelle était cette urgence qui l’avait poussée à se rendre à Abuja? Je suis arrivé dans la salle de conférence et j’ai remarqué qu’ils avaient déjà pris tous les sièges avant… alors j’ai décidé de rester à l’arrière. Le professeur n’était pas encore arrivé dans la classe, alors j’ai commencé à repenser à Oma.

Je m’inquiétais sérieusement. Ihuoma serait à Lagos et ne pouvait meme pas m’appeller en sachant parfaitement que je suis en ville ! Eh bien, je sais que les gens peuvent changer rapidement hein ; nous ne pouvons pas prédire l’attitude humaine mais hmmm, mon Ihuoma…. Nooooooooooo elle n’est pas comme ça… c’était extraordinaire pour moi.

Puis mes pensées catapultaient au soi-disant Cartel aussi. Qui sait? Peut-être que cette urgence d’Oma concernait leur soi-disant Cartel.

J’ai commencé à dessiner des plans d’actions dans ma tête qui m’aideront à obtenir suffisamment d’informations avant de retourner à Dakar. Qu’est-ce que c’était exactement ? Était-ce un groupe sectaire ? Était-ce une sorte de communauté d’aide ? Était-ce une association ou un type de syndicat? Pfffff… trop de questions pour lesquelles je devais obtenir des réponses. Eh oui, je devais le savoir.

Pourtant, je voulais savoir si Yul faisait partie d’eux même s’il m’avait déjà dit qu’il n’en faisait pas partie… hummmmm…… Je n’étais pas convaincu car, pour moi, comment a-t-il pu avoir une telle information sans en faire partie? Je voulais être sûr avant de m’engager dans une relation avec lui.

C’est la voix de la formatrice qui m’a fait sortir de ma réflexion.

La formatrice : « Bonjour tout le monde ! » Elle dit.

Nous : « Bonjour ! »

La formatrice : « J’espère que tout le monde a passé un bon vol et s’est bien détendu car pour le cours que nous allons avoir cette semaine, j’aurai besoin de toute votre attention, et pour la deuxième semaine, nous allons sur le terrain pour nous entraîner.

Mais avant de commencer, je vais me présenter à vous. Je suis Mme Nancy Ronkey Dawodu. Responsable de la formation et de la performance de l’IATA, de la branche IATA West African ».

C’était une femme merveilleuse, ravissante dans sa robe sexy mais décente. Elle avait un regard sévère avec ses lunettes mais semblait amicale quand elle nous parlait.

Elle a allumé le projecteur et nous a montré le programme. A ce moment précis, Yul entra suivit par Kunle (Monsieur trop d’argent, vous vous en souvenez, n’est-ce pas ?). Ils s’assirent et elle continua.

Nancy, nous montrant le programme qui était projeté sur le tableau blanc :

« Voici ce que vous ferez la première semaine :

• Gérer la rotation complète des avions, en coordonnant les ressources et les processus
• Appliquer les meilleures pratiques pour être sûr, ponctuel et commercialement efficace dans les services de redressement, en particulier le chargement des bagages et du fret
• Concevoir et offrir des services cohérents qui répondent aux besoins des compagnies aériennes et suivent les normes largement acceptées
• Gérer les procédures de déchargement/chargement des aéronefs
• Analyser, comprendre et appliquer les aspects sécurité et ponctualité des opérations de chargement
• Jouez un rôle de premier plan dans votre équipe de rampe

Et pour la deuxième semaine

Comprendre quelles sont les normes et pratiques recommandées de l’OACI pour la planification d’urgence dans les aéroports
• Répondre à la responsabilité légale de gérer les urgences à l’aéroport
• Coordonner un plan d’intervention entre les départements de l’aérodrome et du service au sol, ainsi que les divers organismes externes
• Développer des exercices d’urgence sur table et à grande échelle
• Évaluer les systèmes de gestion de crise sur les aérodromes et identifier les améliorations nécessaires.

Après sa présentation, nous avons commencé le cours correctement jusqu’à midi. Jusqu’à maintenant, tout s’était bien passé. C’était excitant. Dès que nous étions en pause, j’ai immédiatement appelé Ihuoma. Elle décrocha son téléphone à la deuxième sonnerie.

Yul et Kunle sortirent de la salle. Hum…. Regardez moi ceux là! vous avez vu votre ami? Il ne peut même pas venir me dire bonjour… !!!! OK Il *sachera* (avec l’accent gabonais).

Oma: « hey, ma seule et unique fille française et Yoruba, comment vas-tu? »

Moi : « Tais-toi, tu n’es pas sérieuse ô! Tu n’es pas sérieuse du tout ; je t’appelle depuis hier ; tu ne peux même pas prendre mes appels ou me rappeler. »

Oma :  » qu’est-ce qui s’est passé ? J’ai raté un épisode de ton histoire o ? à peine j’arrive et tu commences à me harceler comme ça, qu’est-ce que j’ai fait? j’ai oublié mon téléphone dans ma chambre d’hôtel mama.

Moi : « Regardez moi celle ! c’est pas toi ooo c’est moi, c’est moi… »

Oma : « Bébé, calme-toi. Je viens dans la salle maintenant. On va parler, ok ! Détends-toi ! »

Clique!

C’est moi qui l’appelais, et c’est elle qui me raccrochait le téléphone au nez. Fille folle !

A l’heure de pause, je resta en salle. Je n’avais pas emporter quelque chose à déjeuner, alors je suis resté dans la salle de classe. Notre temps de pause a duré une heure, et nous reprenons à 13h.

Ihuoma entra dans la salle à ce moment-là et vint directement s’asseoir près de moi. Je ne lui adressa pas la parole, et elle non plus ne sortit aucun mot. Humm mieux…

A 16h, la formation pris fin. C’est alors qu’Oma se tourna vers moi.

Moi : « Tu as deux minutes pour me dire où tu ètais? Pourquoi et comment ? Parce que le bus ne va pas nous attendre, et je ne veux pas rentrer tard à l’hôtel.

Oma : « ma co calme toi guéz, attends on dirait que je t’ai vexé? Attend je t’explique…

Moi: accouche!

Oma: Depuis SA Kunle m’a appelé d’Abuja vendredi dernier pour me dire qu’il aimerait que nous nous rencontrions là-bas. Alors je me suis dit pourquoi pas ?En même temps, on est aussi là pour s’amuser. n’est ce pas na?… c’est comme ça que je suis allé le retrouver à Abuja, et nous avons passé le week-end ensemble. Je savais qui pour le faire, je devais arriver ici plutot que vous autres la. Nous sommes revenu sur Lagos ensemble ce matin, mais j’ai dû me précipiter à l’hôtel pour me changer. Et me voici.

Moi : « Tu sais Oma, ce que je voulais c’était juste que tu répondes à mes appels ou même que tu m’envoies un SMS, c’est tout. »

Oma: « Je sais ma chérie! Suis ta seule et unique Oyinbo-girl comme tu le dis habituellement… désolé ok !!!!!! »

Moi: Ok!

Oma : « Bien. Maintenant, devine quoi, nous sommes invités ce soir par les gars ! Nous allons au déjeuner du MACC. S’il te plaît, dit oui ! dit oui! dit oui! elle tourna autour de moi en dansant.

Moi : « Hummmmmm Oma tu es de retour ! Jamais fatigué hein!!!! Tu viens de rentrer d’Abuja, et tu veux aller faire la fête, repose toi un peu gué… et quand tu dis les gars, de qui parles-tu ? »

Oma: « Tu es parfois zinzin hein -_-… na wa pour toi ooo. Pourquoi es-tu si coincé comme ça? Libère-toi, bébé, et profite de la vie…. » Et …. Elle arrêta de danser, mis ses mains sur sa taille et dit:

« Tu me caches des choses mama…Pourquoi je le dis? Parce que j’ai entendu Kunle parler avec Yul au téléphone, et dire quelque chose comme < Mon vieux, tu devrais finir avec cette fille oooo, finis ce que tu as commencé à Dakar na, tu prends trop de temps avec cette minette…>

« Alors j’attends », dit-elle. Elle me regardait avec une expression d’attente comme si elle voulait dire : « Ne me ment surtout pas et dit moi tout..

Moi : « D’accord, okay okay!, mais qu’est-ce que tu veux encore entendre ? Je t’avais déjà tout dit.

Oma : « Tu ferais mieux de me le dire maintenant, je sais que tu me caches des choses mais il y a quelque chose en particulier que je veux entendre de ta bouche que tu n’as pas encre dit……. Dis-le-moi, comme ça, je t’enseignerai des choses grandes et puissantes que tu ne connais pas.

Moi : « s’il te plait, allons-y. Je ne veux pas arriver à l’hôtel tard dans la nuit ; Nous sommes à Lagos n’oublie pas, avec les bouchons, tu peux facilement passer un siecle sur la route.

Oma : « Oublie le bus ; notre chauffeur nous attend.

J’ai juste souri parce que je savais qui était ce chauffeur qui nous attendait……… Elle s’est levée et nous sommes sortis de la salle de formation. Nous avons pris l’ascenseur et sommes arrivés au niveau du parking sous sol.

Finalement, notre soi-disant chauffeur et son copilote nous attendaient au là. Nous sommes entrées dans la voiture et avons salué Yul et Kunle.

Je vous ai dit …. Je savais que c’était eux, les gens qui nous attendaient.

Nous entamions la discussion avec Kunle seulement hein parce que votre ami la, je ne sais pas ce qui n’allait pas avec lui. Il était bizarrement silencieux. Après nous avoir salués, il n’a plus rien dit.

Ils nous ont déposés à l’hôtel et ont promis de venir nous reprendre dans deux heures. On se dépêcha alors d’aller nous apprêter. Je pris ma tenue et autres accessoires et ensuite suivi Oma dans sa chambre. Nous étions sur le même palier.

Arrivés dans sa chambre, nous avons immédiatement pris nos douches, l’une après l’autre, et nous nous sommes apprêtées. Pendant qu’on se maquillaient,

Ihuoma me demanda : « Qu’est-ce que tu ressens pour lui, ma co ? Dis-moi, « 

A cet instant, je ressenti l’envi de kui dire tout ce que je pensais sur LUI.

Moi : « Hummmmmmmmm Oma, je ne sais pas ooooo. C’est comme si je n’étais plus moi-même quand je suis avec lui. Je suis tellement attiré par lui ; Je l’aime bien…. Il est si mignon, si gentil, attentioné… J’aime tout chez lui…. Sa voix, ses lèvres, son corps et très probablement ses mains……”

Oma se parlant à elle-même : « Eh bien ! Bien! Bien! Ihuoma, je pense que tu as un gros travail à faire avec cette fille assise là (elle me pointa du doigt) parce que quelqu’une est amoureuse en ce moment !!!!!!! Je peux le voir! » et elle a commencé à rire…..

Elle me parla en venant s’asseoir près de moi : « Tu vois, je t’ai dit que tu ne m’avais pas tout dit au téléphone. Ne t’ inquiéte pas, nous allons faire quelque chose concernant ce problème, ok ! Je remua la tête comme une petite fille.

Nous nous sommes habillés très simplement ce soir-là. J’avais mis une robe topaze rouge avec le dos ouvert jusqu’au début de mes fesses, des chaussures dorées et un sac en accessoire sans oublier ma ceinture dorée. Je voulais être sexy et séduisante, et être à la fois simple.

Ihuoma mis un pantalon noir avec un haut transparent pêche clair avec quelques fronces à l’avant. Ses chaussures de pêche et son sac et hop nous étions hors de la pièce. Hmmm, nous étions tellement adorables.

Nous sommes descendus pour attendre les gars. Il n’a pas fallu longtemps avant que Kunle appelle Ihuoma pour dire qu’ils sont au parking et qu’ils nous attendaient.

Lorsque nous sommes arrivés au parking, ils étaient à l’extérieur de la voiture et nous attendaient en discutant et en fumant. Ils étaient dos tournés et ne pouvaient pas nous voir arriver vers eux –

Ils étaient frais… ehhhhhh matez moi les gars… trop swagggggg……

A cause d’ Ihuoma, ils se retournèrent enfin… quand elle a cria Kuuuunnnnnllllleee booooboooo !

Cette fille hein, plus dingue qu’elle y en a pas.

Aussitôt ils l’entendirent ; ils se retournèrent pour nous regarder. Hmmm… Ils étaient juste BABA bouche bée…

Oma : « Ouais ! Oui! Oui! Nous savons que nous sommes sexy.

On se dirigea vers la voiture de Kunke. Lorsque j’ouvri la potière de la voiture de Kunle, Yul m’attrapa la main et dit….

« Pas celle la ma belle dame… la mienne est là. » TIC TIC…. Il déverouilla sa Mercedes ML 250 bleu TEC 4matic. Nonnnnnnnnnnn ça c’est seulement ce qu’on appelle la swaguassitude quoi. Ils m’ont tous regardé et ont rit.

Il ouvrit la portiere du coté passager et j’entra m’assoir confortablement.

Il fit de même à son tour. Une fois installé, son parfum pris l’atmosphère de la voiture en otage. J’avoue, il sentait bon. Il alluma la radio, et c’était Yes/No de Banky W qui passait. Ohhhhh, ma chanson, j’aimait trop ce son même si Myria Azizet m’avait dit que ça ressemblait au son « miss indépendant » de Neyo… Presque un copier-coller… hmmm, mais moi je m’en foutais. j’aimais la chanson oooo.

02 minutes plus tard, il n’avait toujours pas démaré la voiture.

Il était silencieux.

Moi : « euh Oga, Qu’est-ce qu’on attend ou qu’est-ce que tu attends ?

Yul: « mon baiser », dit il simplement d’une voie sensuelle et sexy……

Wèèè… Il était impertubable

Mon corps subitement devint chaud. J’avais les frissons.

Agir naturellement avec lui était mon objectif. Je ne devrais pas lui montrer ce que je ressens pour lui, non pas maintenant.

Mais… tout ce qu’il faisait me faisait perdre la raison. Ma raison, mes principes étaient bafoués.

Je sais, il y a deux heures, je disais à Ihuoma que j’étais folle de cet homme et maintenant j’agis comme si je ne voulais pas le voir. Mais au fond j’ai peur tomber amoureuse et qu’il ne soit pas la bonne personne ?

Oh mon Dieu, aide moi.

Yul n’agissait tout simplement pas comme un homme normal veut d’une femme.

Vous savez ce que je veux dire. Quand un homme veut d’une femme, il lui fait la cours et des avances… genre quoi!Draguer la fille, lui dire que tu l’ aime, que tu veux être avec elle. Lui laisser le temps de réfléchrir, et tout ça.

Non. Yul était particulier. Il me mettait juste sur le fait accompli. Ses manières étaient différentes… pour lui j’étais déjà « SA » petite amie….. Même si mon corps disait oui, je voulais entendre ma bouche le lui dire <Oui Yul je veux être avec toi >

Alors de retour dans la voiture………………

Yul: « je veux mon baiser » Il se pencha vers moi disait cela, me tint le menton et tourna mon visage lentement vers le sien. Il me fixa dans les yeux.

Oh noooon !!! Cet homme était trop mignon !!!!!!!

Yul : « Tomiwa », dit-il hummmmmmmmm ….; cet accent était si délicieux… je voulais juste dissoudre dans ma position assise.

Moi : « hum ! »

Yul: « J’attends. » Il insista

Je n’ai pas répondu. Il n’y avait plus rien à redire. Je l’embrassa juste. Nos lèvres commencérent la danse des papillons et 03mns plus tard il m’ arrêta, me regarda et dit :

« Tu as l’air si naïf Tomi. Tu es un ange venu du ciel sur terre. Tu es mon ange. Tes lèvres sont comme des cerises qui attendent d’être goûtées, mordu et savouré à nouveau. Elles sont si douces et si juteuses bonne à lécher. Hum… Je vais m’occuper d’elles très bientôt… mais pour l’instant, nous avons un événement auquel nous devons assister à l’hôtel Radisson Blu Anchorage sur la rue Ozumba Mbadiwe à Victoria Island. Il disait tout cela en embrassant mon cou, mon menton, mes joues et mon nez.

Hummmmm!!!!!! Cet homme veut me tuer ooooo. Je ne sais pas ooooo…. Mais j’avais chaud….

« Aidez moi s’ vous plait! Que dois-je faire?

*************

Octobre est là et je vous souhaite plein de bonnes choses et que Dieu exhauce vos prières.

CHAPTER 11: THAT KISS

This chapter is dedicated to All my undercover followers.

Those reading without commenting

Those reading without liking

Those reading without following

Those liking

Those commenting

Those sending me Direct messages on Facebook, Instagram, and my blog wordpress … well done. 🤩🥰👍🏼

I see you 0_0 🙃

I have another post for you guys… enjoy your weekend 😏 sorry for mistakes 😜

***********

Me: « Allo »

Yul: « Hello Tomiwa, welcome back! I hope you had a nice flight! »

Me: « Hi! Yeah, it was nice…. But at the same time, I am so tired… I am trying to sleep now. »

Yul: « Ok, but in case you need something, don’t hesitate, just call me at any time. »

Me: « ok, I have heard. »

Yul: « good night, beautiful lady, « He said.

Me: « Thanks, good night to you too. »

 CLICK

The next day early in the morning.

At times I just asked myself: why am I wasting time? Why am I not taking the right decision, which is to start a serious relationship with Yul? He can be kind when he wants, like that time on the phone when he called me. What am I saying? He has been kind since I know him; it is just me that has been very aggressive towards him.

 Well, I’ll think about it… I’ll seriously think about it… and you know what, I am tired of being alone. The last relationship I had, ended six months ago. So now I need someone that can warm my bed if you know what I am saying!!!!!!!!!!!!!

 

************************

 

PING… PING… PING… PING… PING…

 

 

The horn of cars on the street woke me up. I stood up and went to the bathroom to ease myself. I realized that it was just 4 O’clock in the morning when I looked up to the bathroom watch.

 

I decided to shower right away. I couldn’t go back to sleep. I got prepared and waited in my room for the time the company bus will come and pick us up. It was very early but better for me to be prepared on time than rushing to get ready and be running after the time.

 I finally changed my decision and went to take my breakfast at the hotel restaurant while waiting for the bus.

 

As I got to the restaurant, I still did not see Ihuoma. It was extraordinary strange for me!!!!!!!! Where could she have been? She was supposed to be part of this training, but since yesterday that we landed, I hadn’t heard from her. I tried her SA number, it was roaming, but I still did not get her that morning. Well, let me wait till I get to the office.

 

We got to the office around 08h40am. I thought I got 20mns to have a small gist with her before the training start if I find her. I looked around and ask to some of other staff that may have come with her. But nobody seems to have seen her.

 Hummmm……… very strange!!!!!!! And she also did not try to get in touch with me. On my way to the conference room, I met Lanre, the admin officer and asked him if he saw Ihuoma. He told me yes, that she arrived two days ago, but she had to rush down to Abuja urgently and that she is supposed to be back to LagoS today around 12noon.

 

Puff! At least somebody saw her. So I was now sure that she was around.

But what was that emergency that made her go to Abuja so urgently? I got to the conference room and noticed that some staffs already took all the front seats… so I decided to stay at the back. The teacher had not arrived in the class yet, so I started thinking back about Oma.

 

I became worried. Ihuoma will be in Lagos and will not call me knowing fully that I am in town!  Well, I don’t recall people changing as fast as this; we can’t predict human attitude but hmmm, my Ihuoma…. Noooooooooo she is not like that… it was strange for me.

 

Then I started thinking about the so-called Cartel too. Who knows? Maybe that Oma’s emergency was all about their so-called Cartel.

 

I started drawing some plans that will help me get enough information before I go back to Dakar. What was it exactly sef? Was it a cultism group? Was it a kind of community for help? Was it an association or type of syndicate? Pfffff… too many questions to get answers for.

 

Still, I wanted to know if Yul was part of them even though he had already told me he is not part of them… hummmmm …… I was not convinced because, for me, how could he have had such information without being part of them? I wanted to be sure before I get involved in any relationship with him.

 

It was the voice of the teacher that brought me out of my thinking.

 

Teacher: « Hello everybody! » She said.

 

We: « Hello! » we answered.

 

Teacher: « I hope everybody had a pleasant flight and relaxed well because for the course we’re going to have this week, I’ll need your full attention, and for the second week, we’re going on the field for practice.

 

But before we start, I am going to introduce myself to you. I am Ms Nancy Ronkey Dawodu. IATA Training and performance Officer, from the IATA West African Branch ».

 

She was a wonderful lady, looking lovely in her sexy but decent dress. She had a stern look with her glasses but seemed friendly when she was talking to us.

 

She put the projector on and showed us the program. At that particular moment, Yul entered with Kunle (Mr too much money, you remember him, right?). They sat down, and she continued.

 

Nancy, showing us the program that was projected on the whiteboard:

« This is what you will do for the first week:

 

• Manage the full turnaround of aircraft, coordinating resources and processes.

• Apply best practices to be safe, punctual, and commercially successful in turnaround services, especially loading of baggage and cargo.

• Design and offer consistent services that meet airline needs and follow the widely accepted AHM and IGOM standards.

• Manage the off-loading/ loading procedures of aircraft.

• Analyze, understand and apply the safety and punctuality aspects of loading operations.

• Take a leading role in your ramp team.

And for the second week we will look at

Understand what are ICAO’s Standards and Recommended Practices for emergency planning at airports.

• Meet the legal responsibility to manage emergencies at the airport.

• Coordinate a response plan among the airfield and ground service departments, as well as the various outside agencies.

• Develop tabletop and full-scale emergency drills.

• Evaluate crisis management systems at aerodromes and identify required improvements.

 

After her presentation, we started the course properly till 12noon. Up till now, everything went well. This was really a manager course. I think I now know why Yul wanted me to be part of this workshop. Do you guy think agter all he will want me to be Dakar station Manager? Who knows?

It was exciting. As soon as we were on break, I immediately called Ihuoma. She picked her phone up at the second ringtone.

 

Yul and Kunle went out from the training room. Hum…. Can you see your friend? He cannot even come and say hello to me… hisss!!!! Ok, we will see.

 

Oma: « hey, my one and only french Yoruba girl, how you dey? »

 

Me: « Shut up, you no serious o babe! You no serious at all; I’ve been calling you since yesterday; you cannot even pick up my calls or call me back. »

 

Oma:  » what happened? I miss one episode of your story o? waitin dey happen that you start harassing me like that, what have I done, I forgot my phone in my hotel room?

Me: « Look at you! I no blame you; it is me … »

 

Oma: « Babe, cool down. I am on my way to the office now. We go talk, ok! Relax! »

 

Click!

 

Can you imagine?

 

I was the one calling o, and she hangs the phone on me. Crazy girl!

 

I did not go out to take have lunch, so I stayed in the classroom. Our break time lasted one hour, and we resume at 01 pm.

 

Ihuoma entered the class at that moment and came straight to sit down near me. I did not ask her anything, and she too did not say anything at all. Humm better…

 

We finished at 4 pm. That was when Oma turned to talk to me.

 

Me: « You have two minutes to tell me where? Why and how? Because the bus is not going to wait for us, and I don’t wanna be back to my hotel late. »

 

Oma: « Babe come on, waiting dey vex you like this? You should not be annoyed na…. Do you know what happen? Kunle called me from Abuja last Friday saying that he will like us to meet there. So I said yes, why not? At the same time, we are also here for fun. Abi na? … that is how I went to meet him, and we spent the weekend together in ABJ.

We came back together this morning, but I had to rush back to the hotel to change. And here I am.

 

Me: « You know Oma, what I wanted was just for you to answer my calls or even send me an SMS, that’s all. »

 

Oma: « I know my dear! Am your one and only Oyinbo girl like you usually say… sorry o!!!!!! » she shouted!

 

Me: « Hummmmmmmm ok! »

 

Oma: « Good. Now guess what, we are invited this night by the guys! We’re going to the MACC lunch event. Please say yes!

 

Me: « Hummmmmm Oma you are back again! Never tired hein!!!! You just came back from Abuja, and you want to be going to parties, relax small na… and when you say the guys, who are you talking about? »

 

Oma: « You sef… na wa for you ooo. Why are you so uptight like that?  Free yourself, babe, and enjoy the life…. » And (she said dancing to a silent music) then…. She stopped dancing, put her hands on her waist, and said

 

« don’t you have gist for me…. Cause I heard Kunle talking with Yul on the phone, and saying something like < Ol’ boy, you should finish with that girl oooo, finish what you started in Dakar na, u dey take too much time with that sissi o…>

 

“So am waiting,” she said. She was looking at me with an expression of expectation as if she wanted to say, “don’t ever lie to me.”

 

Me: “Ok, babe, but what do you want to hear again? I have already told you everything na.”

 

Oma: “You better tell me o, I know you’ve told me, but there is something I want to hear from your mouth that you have not said yet……. Tell me so like that I’ll teach you great and mighty things that you knowest not.”

 

Me: “please, let’s go. I don’t want to get to the hotel late at night; you know Lagos go slow.”

 

Oma: “Forget about the bus; our driver is waiting for us.”

 

I just smirked as if I knew that somebody was waiting for us……… She stood up, and we went out of the training room. We took the lift and went downstairs. We got out of the office.

Eventually, our so-called driver and his co-driver were waiting for us at the parking. We entered the car and greeted the honorable Yul and Kunle.

 

I told you na…. I knew it was them, the people waiting for us.

 

We talk small with Kunle only hein because your friend, I didn’t know what was wrong with him. He was strangely silent. After greeting us back, he did not say anything.

 

They dropped us at the hotel and promised to come and pick us back in two hours. We got on my floor and entered my room. I picked my clothes up and went straight to Ihuoma’s room. We were on the same floor.

 

When we got to her room, we immediately took our showers, one after the other, and got prepared. While we were doing all those women stuffs,

 

Ihuoma asked me: “What do you feel for him, babe? Tell me,” At this level, I don’t think I could have hidden something from her again.

 

Me: “Hummmmmmmm Oma, I don’t know ooooo. It is like I am not myself again when I am with him. I am so attracted to him; I fancy him…. He is so cute, so fine… I like everything about him…. His voice, his lips, his body, and most likely his hands……”

 

Oma talking to herself: “Well! Well! Well! Ihuoma, I think you have a big work to do with this girl sitting down there (she pointing at me) cause somebody is in love right now!!!!!!! I can see it!” and she started laughing…..

 

She said to me as she came to sit down near me: “You see, I told you that you did not tell me everything on the phone. Don’t worry, and we’re going to do something concerning this issue, ok! I nodded like a little girl that just made a mess.

 

We dressed up very simple that night. I put on a red topaz gown with the back open till the beginning of my bottom, gold shoes, and took a purse as accessories without forgetting my gold belt. I wanted to be sexy and attractive, at the same time simple.

 

Ihuoma had on a black trouser with a light peach transparent top with some gathers at the front. Her peach shoes and bag and hop we were out of the room. Hmmm, we were just so lovely.

 

We went downstairs to wait for the guys. It didn’t take long before Kunle called Ihuoma to say they are at the car park waiting for us.

 

As we got to the parking, they were outside the car waiting for us while talking and smoking. They were backing us—that why they didn’t see us as we were approaching where they were parked. We only saw their back, but mehnnnn….. Check out their their swagggggg……

 

It was Ihuoma that made them turn back when she shouted, Kuuuunnnnnllllleee booooboooo! This girl sef, at times I wonder for her style oooo.

 

Immediately they heard her voice; they turned back to look at us. Hmmm… if you see the way they were looking. They were just BABA with their mouth open…

 

Oma: “yeah! Yeah! Yeah! We know we are beautiful. Thanks but instead of staying like people that have never seen fine ladies, better for us, we go now before I change my mind.” We all laughed.

 

As I enter Kunle’s car, Yul just grabbed my hand and said….

 

“No beautiful woman… mine is there.” TIC TIC…. He just open his Mercedes ML 250  blue TEC 4matic. Nonnnnnnnnnn ça c’est seulement ce qu’on appelle la swaguassitude quoi. i just had to say that in french ooo. they all looked at me and laughed.

 

He opened my door (hummmmmm, since when Naija men are romantic? I am just asking a simple question ooooo), and I entered.

 

He also entered and put on the car. As he sat down on the driver’s side, his perfume was smelling everywhere in his car. He put on the radio, and it was Yes/No of Banky W going on with a loud sound. Ohhhhh, my song, I like the music too much even though Myria Azizet said it’s too much of « miss independent » from Neyo… Almost a copy and paste… hmmm, but I like the song oooo.

 

We waited for 02 mins like that. He did not move and did not talk. So I asked him,

 

Me: “What are we waiting for or what are you waiting for?”

 

Yul: “For my kiss,” he said as simple as it is with a sexy voice……

 

wèèèèèèèèèèèèè !!!!!!!!!!! oyayoooooooo ooooo! My people, the temperature of my body just arouse at that moment.

 

Am telling you, girls, even the most uptight lady would not have been able to resist in this kind of atmosphere, true, it was just so …… let me not say the word.

 

I started saying to myself, and I wish I could go far, far away from here. I wish I could sit elsewhere, like in Kunle’s car, but I couldn’t. I have to act natural with him. I should not show him the way I felt for him now.

 

I know, two hours ago, I was telling Ihuoma I was crazy about this man and now am acting as if I don’t want to see him. Believe me, and I don’t know what is happening to me. Is that falling in love with the right man?

 

Hum…. God, abeg if it is, means I will always loose all my senses whenever I am with him ooo.

 

No, not now!!!!! K-T, you got to be cool about this. You’ve got to keep a cool head. I know I may fail miserably but damn it!!!!!, I’ll try it.

 

This guy was just not acting like a standard way a man that wants a woman should act. You guys know what I mean abi… like trying to pick up the girl, telling her I like you, I want to be with you, please think about It and let me know and so and so on.

 

He was just putting me on the fact. His ways were way far too different… for him I was already “HIS” girlfriend….. Even if my body was saying yes, I wanted to hear my mouth say it < Yes Yul, I want to be yours… I’d like to start a relationship with you >

 

So back in the car………………

 

Yul: “For my kiss” As he said that, he just carefully slid by my side and held my chin and turn my face gently for me to look at him.

 

Oh noooo!!! This man was so cute!!!!!!!

 

Yul: “Tomiwa,” he said.     hummmmmmmmm ….; that accent was so delicious, I wanted to meltdown on my seated position.”

 

Me: “hum!”

 

Yul: “I am waiting.”

 

I did not answer. There was nothing to say again. I just kissed him. Our lips started the butterfly dance but 03mns later he stopped, looked at me and said:

 

“You look so naïve Tomi, like an angel that just descended from heaven to earth. Your lips are like a cherry rose petal waiting to be tasted, bitten, and savored again. They seem so juicy to be licked. Hum… I am going to take care of them soon… but for now, we have an event to attend at the Radisson Blu Anchorage Hotel on Ozumba Mbadiwe Street in Victoria Island.”  He was saying all that while kissing my neck, my chin, my cheeks, and my nose.

 

Hummmmm!!!!!! This man wan kill me ooooo, the way it is now…. I don’t know ooooo…. But it will be hot this night…. Hein my people, what do you think na????…

🥰🥰🥰🥰🥰🤩🤩🤩🤩🤩

Wouaaaawouuuu I hope you guys enjoyed this part.

Oya tell me jareeeee

CHAPITRE 10: HOTEL RYSARA

Hiya ici! on dit quoi… voici une partie pour vous.

Je poste en Anglais et en Français. Comme cela tout le monde peut suivre l’histoire de Tomiwa.

Désolé pour les fautes de frappe.

Bonne lecture.

***********************

Moi : « S’il vous plaît Madame, pouvons-nous avoir le menu ? je m’adressais à une servante qui passait devant nous.

La femme ne s’est même pas retournée et n’a pas fait attention à nous. Elle continua simplement sa route.

Moi : « Vraiment ! Le client n’est plus roi dans certains restaurants ! Regardez-la… Dominique, s’il te plait appelle la serveuse pour nous ou bien va chercher un menu disponible sur ces tables vides ? J’ai tellement faim! Je pense que je peux manger 03 pizzas aujourd’hui.

Domi : « Je te dit ! Aucun respect quoi. Mais yaya K-T, je ne t’ai jamais vu manger plus de 03 morceaux de pizza. Tu ne fais plus la taille hein? Quel genre d’exercice as-tu fait aujourd’hui pour avoir si faim ? Hum…

Moi : « Regardez-moi celle la!, de quoi parlez-tu ? Donc quelqu’un ne peut plus avoir fin sans problème hein. Va la bas me chercher le menu ko. Esprit corrompu va ».

Terry : « Dépêche-toi ! Moi aussi, j’ai tellement faim hein!

Domi se moquait de moi. Elle se leva, se dirigea vers une table vide du restaurant, pris les menus qu’ils y avaient dessus et retourna à sa place.

Moi :  » eh bien ! Bien! Bien! Voyons ce que je peux prendre… »

C’est à ce moment qu’un homme veint nous demander ce que nous voudrions manger. Il ne portait pas d’uniforme. J’ai tout de suite pensé qu’il était peut-être le propriétaire ou quelqu’un qui voulait aider ou quelque chose comme ça… mais je l’aurais reconnu s’il était le propriétaire.

Je suis une cliente fidèle du restaurant car notre compagnie aérienne a un partenariat avec l’hôtel. Nous avons des bons d’achat pour repas et chambres d’hotels pour de nombreux hôtels, restaurants, discothèques de la ville. C’était une chose que j’aimais dans mon travail. J’aimais bien l’industrie aéronautique. Nous avons beaucoups d’avantages et nous recevons des cadeaux de nos partenaires de manières fréquantes.

Nous rencontrons des gens qui viennent de partout dans le monde et nous voyageons beaucoup. Nous avons des accords avec des compagnies aériennes du monde entier, nous avons donc droit à un billet gratuit. Quand je dis billet gratuit, ce n’est pas aussi gratuit comme vous pouvez le penser, nous payons les taxes aéroportuaires hein !!!!

Mais ne vous méprenez pas ; pour travailler dans l’industrie aéronautique, vous devez être extrêmement flexible et polyvalent. En tant qu’employé d’une compagnie aérienne, vous devrez peut-être travailler dans de nombreux endroits, avec des horaires vraiment complexes, travailler avec des personnes de nationalités différentes et même avec de différents types d’avions. Cela dépend aussi de l’entreprise qui vous embauche.

Votre horaire de travail peut changer tous les mois et les personnes avec qui vous travaillez peuvent changer quotidiennement. Les types de services sont différents en fonction de l’entreprise, du produit, de l’emplacement, de la durée du vol, de la destination et des commodités du client. Vous devez également être prêt à être affecté en fonction des exigences du poste.

C’est un environnement de travail très complexe mais j’aime ce mileu.

Moi : « Je pense que je vais opter pour un mix grill, des frites et un cocktail en guise de boisson. Qu’est-ce que vous aimeriez manger les gars ? »

T: » Double Norvegien et un desperados »

D: » moi, j’irai pour une assiètte de brochette chich taouk et un Milk shake »

Moi à l’homme : « ok, ça y est pour nos commandes. Merci.

Homme : « Très bien, belle femme ! »

T & Domi : « 0_0 »…. Woooowou. dirent-ils surpris par la réponse de l’homme. Je n’y ai pas prêté attention et j’ai juste levé les yeux au ciel. Je suis habitué à ce genre de remarque et de compliment. Ce n’était pas nouveau pour moi.

T:  » hum Yaya K-T, c’est comme si aujourd’hui on va manger gratuitement et bien ?! » c’est pourquoi j’aime sortir avec toi quoi…. Nous ne dépensons pas notre argent inutilement. Il y a toujours un gaou man prêt à dépenser pour toi.

Domi : « non, frangin ! Notre sœur est trop bonne quoi… Elle donne….ohhhh ! « 

Moi : » vous êtes tous les deux juste bêtes hein! c’est comme ça que tu vas me vendre pour le mariage.

Rire.

On était samedi après midi, mes cousins ​​Terry, Dominique et moi étions au restaurant lounge-bar de l’hôtel Rysara. Je faisais tout mon possible d’avoir de tels moments avec eux afin que nous puissions créer des liens et nous rapprocher les uns des autres. Je sais que leur maman est une femme très gênante, je l’appelle « maman general » (vous pensez qu’elle n’avait pas de surnom, je suis Miss donneuse de surnom haha!) mais je ne veux pas avoir une relation conflictuelle entre nous les enfants.

Des jours se sont écoulés depuis ma dernière conversation avec ma mère concernant le déménagement de sa sœur à Lagos. Je ne l’ai pas appelée comme je l’avais promis à ma mère. Pour vous dire la vérité, je ne suis pas prête à l’appeler, mais je dois respecter ma mère.

Deux semaines avant mon voyage à Lagos, j’avai décidé d’appeler ma tante. Mais après y avoir réfléchi, je changea d’avis par la suite et décida de l’appeler une fois arrivé sur Lagos.

Oui, j’ai décidé de suivre le programme de formation. Non pas parce que je le dois, mais parce que M. Moy me l’avait demandé ; sinon, je ne serais pas allée.

Au fond de moi, je n’étais pas à l’aise d’aller à Lagos. En y repensant, deux semaines, c’était trop pour moi pour m’éloigner de mon poste. Dès que M. Moy m’a dit en quoi consistait la formation, je me demandais pourquoi il m’avait autorisé à assister à cette formation

Mais je connaissais la principale raison pour laquelle Yul voulait que je sois là, je sais pourquoi il veut que je fasse partie des stagiaires. Il voulait me voir.

D’un autre côté, une partie de moi voulait suivre cette formation. C’était une bonne occasion pour moi d’aller plus loin dans mon enquête sur le soi-disant cartel.

Mine de rien, je n’avais pas obtenu d’information d’Aminata. Chaque fois que je lui ai demandé de quoi il s’agissait, elle m’avait toujours répondu qu’elle ne savait pas de quoi je parlais. Entre temps, c’est elle qui avait fait sortir le nom du cartel lors de notre dernier affrontement au bureau. Vous vous rappellez de cette scene n’est ce pas!

Si elle pense que je suis stupide, eh bien, elle se trompe complètement.

Je trouverai bien d’ici peu ce qu’est le cartel.

Moi : « Terry, à chaque fois qu’on vient manger ici, tu ne commandes que ce sandwich norvégièn. Est-ce la seule chose que tu peux manger? Peut-être qu’une de tes nombreuses conquètes l’a fait pour toi, n’est-ce pas ?

T : « eh frangine, oublie ce chapitre. Dès mon arrivé à Dakar, j’ai attaqué les humbergurs mais maintenant je suis gazé d’ailleurs quand est-ce que tante mi’ arrive ?

Moi : « le mois prochain ».

Nos assiettes ont été servies et nous avons commencé à manger jusqu’à ce qu’une serveuse vienne nous dire que quelqu’un avait payé notre nourriture.

Moi : « vous devez être un nouveau staff ici mademoiselle, nous avons des bons…. Et qui est la personne qui a payé pour nous, si je peux savoir ??

La dame nous a montré une table. Un groupe d’hommes et de femmes nous regardait en souriant. Un homme a juste levé la main immédiatement, j’ai tourné mon visage vers lui.

Je reconnu l’homme qui est venu prendre notre commande de nourriture…. Il se leva et s’avança vers nous.

Domi :  » hum hum hum, quelqu’un est tombé dans ton *boa*, ya K-T. « 

Moi : » pouvez-vous voir à quel point il est jeune. Je ne joue pas avec les mineurs o… pardon je ne suis pas une couguar… »

T : « vous les femmes ! Vous aimez toujours nous sous-estimer, quand je regarde cet homme qui vient vers nous, façon dont je le regarde, sœurette s’il t’attrape ici la… tu verras juste la lune hahahah.

Domi : « s’il te plait tais-toi… qu’est-ce que tu veux dire… tu l’as déjà essayé ? Visionneur non ?! Pardon apporte nous des belles soeurs ooo pas des beaux-frères, « 

T:” toufiakwa !!!!! Tchip ! S’il te plait nettoie bien ta bouche s’il te plait » et « toi qui parles, tu ne peux rien dire… tu as vu plein de filles »….

L’homme se raclant la gorge : « grrr grrr, bonsoir ! J’espère que vous avez aimé votre nourriture ?

Moi : « oui, bien sûr ! Comme d’habitude, chaque fois que nous venons manger ici, nous sommes toujours satisfaits des délicieux plats du chef.

Lui : « Ah ! Regardez qui nous avons dans la maison ! Un de nos fidèles clients ! C’est excellent! » bien! Laissez-moi me présenter. Je m’appelle TIM RYSARA… »

Domi : « comme RYSARA, le nom de l’Hôtel ?

Cette fille ne peut pas fermer sa bouche pour une fois… (madame kpakpato ) c’est son nom oo lol
(Je donne un surnom à tout le monde, ne vous inquiétez pas, même si vous lisez mon histoire, je ferai une cérémonie de baptême pour vous…..bientôt, lol).

Tim : « Oui charmante femme ! C’est l’hôtel de notre famille… Mon père est le propriétaire et je suis le directeur général. Puis-je vous rejoindre ?

Domi : « oui, bien sûr ! Asseyez-vous », elle approcha une chaise près d’elle pour que Tim puisse s’asseoir. Qu’est-ce que je vous avais dit!!!! Cette fille hummmmmmmmm….

Moi : « Comment ça se fait que je ne te connais pas ? » voil moi o avec ma longue bouche la déjà à vouvoyer quelqu’un et à poser des questions comme si j’étais l’actionnaire n°01.

Moi: « Je pensais que tu avais des invités avec toi » dis-je en désignant sa table. « Euh… je veux dire… comment se fait-il que je ne vous ai jamais rencontré avant ?… Je travaille avec Voyager Airlines et nous avons un accord avec votre hôtel, mais ce n’est pas toujours vous que nous rencontrons chaque fois que nous venons ici. »

Tim : « Je comprends vos questions…. Vous voyez, jeune femme, je voyage beaucoup… vous savez que nous avons des entreprises familiales dans toute la région subsaharienne et en Europe, donc je ne suis pas toujours là…. Je suis sûr que vous rencontrez Mr DIOP, mon directeur commercial, vous avez l’habitude de traiter avec lui non ?

Et c’est ainsi que nous nous sommes mit à discuter de tout et de rien. Il doit être un homme adorable. Domi était très attirée par lui. Elle riait pour un oui ou un non…. même si ce qu’il disait n’était pas drôle…

Quand nous étions prêts à partir, Tim appela son chauffeur pour nous ramener à la maison. Il m’a donné sa carte de visite. Je lui ai dit que je n’avais pas la mienne avec moi. Il me demanda alors de l’appeler n’importe quand.

Nous arrivons à la maison 20mn plus tard, avec quelques plats à porter ( pizzas offertes par Tim). Je suis allé directement prendre une douche et je me suis endormi.


Trois semaines plus tard, c’était le jour de mon départ pour Lagos pour ma formation. Le vol était prévu ce dimanche. Je n’avais pas le choix que de sacrifier mon dimanche à l’église. Je n’y allais plus et si ma mère venait à savoir elle allait se facher.

Je me levais très tôt comme d’habitude car à cause du travail, j’ai dû sacrifier l’église le dimanche. J’y allais les mercredis et pendant les semaines de renforcement spirituelles.

Notre mère est une chrétienne née de nouveau, alors elle a montré à tous ses enfants le chemin de l’église. Il n’y avait que mon père qui continua à aller à son église catholique.

Je m’appretta et à 08h00, le klaxon de bus sonna m’indiquant de sortir. Nous sommes arrivés à l’aéroport 15 minutes plus tard et je suis allé directement chez AHS nos gestionnaires, pour récupérer des documents.

Aujourd’hui, nous avons des passagers pèlerins qui retournaient à Accra et Lagos, je devais donc m’assurer que le guichet d’enregistrement était ouvert 30 minutes avant notre horaire habituel.

Ces pèlerins étaient environ 200 passagers. Nos passagers réguliers étaient environ 100 passagers.

Dieu merci, ce jour-là, tout s’est bien passé malgré le fait que notre vol ait été retardé d’environ 30 minutes. Ce qui n’était pas mal du tout pour une compagnie aérienne africaine.

Nous sommes arrivés à Lagos vers 17h00 GMT (18h00 heure locale). J’étais avec les collegues d’Accra, Bamako et Abidjan.

Le bus de la compagnie nous attendait déjà. Nous avons tous récupéré nos sacs pour certains qui en avaient. Moi j’étais juste avec mon bagage à main, donc je suis vite monté dans le bus.

Dès que nous sommes arrivés à notre hôtel, nous avons récupéré nos clés, et tout le monde est allé dans sa chambre. J’étais tellement fatigué et je voulais juste dormir, mais avant cela, il fallait que je parle à ma copine.

Dring ! Dring ! Dring !

Son téléphone sonnait mais elle ne répondait pas; peut-être qu’elle était aussi fatiguée comme moi, alors je décida de rappeler plus tard.

J’appela T & Domi pour leur dire que j’étais bien arrivée. Je reçu ensuite l’appel du prince charmant.

Moi : « Allo »

Yul : « Hi Miss, bon retour ! J’espère que vous avez fait un bon vol !

Moi : « Salut ! Ouais, c’était sympa…. Mais là, je suis tellement fatiguée… j’essaie de dormir maintenant.

Yul : « D’accord mais au cas où tu aurais besoin de quelque chose, n’hésitez pas, appelez-moi à tout moment. »

Moi : « ok, j’ai entendu.

Yul : « bonne nuit, belle dame. « 

Moi: hmmm » je déposa mon phone à mon chevet de lit: bonne nuit mignon beubeu!.lol en espérant qu’il n’ait pas entendu ma dernière phrase.

je m’endormi aussitot.

*****************

Voila la suite de la version française. lol bonne lecture.

CHAPTER 10: RYSARA

Me: “Please Madam, can we have the menu? » I asked one of the restaurant’s waitresses who was walking by our side.

The woman did not even turn her side back and pay attention to us. She continued to the direction she was going.

Me:” Vraiment! Clients are no longer king nowadays in some restaurants! Look at her… Dominique, please call another waitress for us also come back with some menus along with you. I am so hungry! I think I can eat 03 pizzas today.”

Domi:” Je te dit! Aucun respect quoi! Don’t worry yourself, let me go and look for it. But yaya K-T, I have never seen you eating more than 03 pieces of pizza. Are you not watching your weight anymore? Which kind of exercise have you done today to be so hungry?” hum…

Me: “Look at you, what are you talking about ? So somebody cannot have a genuine feeling to want to eat? please go and take the menu there… yèyè girl with a corrupt mind”. i gave her back.

Terry:” Hurry up! Me too, I am so hungry.”

Domi was actually making fun of me. She got up, walked to one of the empty tables of the restaurant, picked the menu, and returned to her seat.

Me:” Where is the person you went to call for us? »

Dominique: « She is on her way. »

Me: « Ok. well! Well! Well! Let’s see what I can take…”

While looking at the menu, a man came to ask us what we would like to eat. He wasn’t wearing any uniform so I believed maybe he was the owner or somebody that wanted to help or something like that….I didn’t pay much attention …but I would have recognised him if he was the owner.

I am a loyal customer of the restaurant because our airline has a partnership with the hotel. We have a meal and a room voucher for many hotels, restaurants, nights clubs in town. That was one thing I liked about my work. I like the aviation industry.

We meet people from all around the world, and we travel a lot. We have agreements with airlines around the world, so we are entitled to free tickets. When I say free ticket, it is not as free as you can think, we pay airport taxes. han han !!!!

But don’t get me wrong; it is not that smooth working in the aviation industry. You must be extremely flexible and polyvalent. As an airline employee, you may be required to work in many different locations, environments, schedules, and even different aircraft types. All depend also on the company hiring you.

Your work schedule may change on a monthly basis, and the people you work with may change on daily basis. The service types are different depending on the company, product, location, flight length, destination, and customer amenities. You must also be willing to relocate to the location to which you are assigned according to the job requirement.

Me: “I think I’ll go for one mixed grill, some potato chips, and one granita as a drink. What would you like to eat guys?”

T:” Double Norvegien and one desperados”

D:” me, I’ll go for one assiètte de brochette chich taouk and Milk shake”

Me to the man:” ok, that’s it for our orders. Thanks.

Man: “All alright, beautiful woman!”

T & Domi: “0_0”…. Woooow they said surprised by the answer of the man. I did not pay attention to it and just rolled my eyes at them. I am used to that kind of remark and compliment. It was not new to me.

T: “ hum Yaya K-T, I have a feeling that we’re gonna eat free and well han!” that is why I like to go out with you…. We don’t spend our money uselessly. There is always a gaou man ( also called mugu or mumu man) ready to spend for you.

Domi: “non, frangin! Our sister is toooooo muchhhh ! “

Me:” both of you are just crazy guys; is that how you will sell out me for marriage, because of food ?”

We burst to laugh out loud.

It was Saturday evening, my cousins, Terry, Dominique, and I were at the lounge-bar restaurant of Hotel Rysara. I tried to have such times with them so we can bond and get closer to each other. I know that their mum is a very troublesome woman, I call her “mama general” ( you think that she did not have a nickname, don’t forget, I am Miss nickname giver haha!) but I don’t want me and her kids to have a conflicted relationship between us.

Few days have passed since my last conversation with my mum concerning her sister’s relocation to Lagos. I have not called her as I promised my mum. For telling you the truth, I am not ready to call her, but I have to respect my mum.

Two weeks into my Lagos trip, I decided to call my aunt. But after thinking about it, I later changed my mind.

Yes, I have decided to attend the training program. Not because I have to but, because Mr. Moy asked me to; if not, I would not have gone.

Deep inside me, I was not comfortable going to Lagos. Thinking about it, two weeks was too much for me to be away from my station. As soon as Mr. Moy told me what was the training about, I was wondering why he allowed me to attend that training?

But I knew the main reason why Yul wanted me to be there, I know why he wants me to be part of the trainees. He wanted to be with me. Period ».

On the other side, a part of me wanted to attend that training too. It was a good opportunity for me to go far in my investigation about the so-called cartel.

Funny enough, I did not get any information from Aminata. Each time I asked her what was the cartel about, she was always saying that she does not know what I was talking about. Meanwhile, it was her that brought the name out during our last clash at the office. Remember!

If she thinks that I am a dummy, well, she is completely wrong.

I am gone find out …..

Me:” Terry, each time we come to eat here, you only order this same sandwich norvégiènne. Is that the only thing you can eat? Maybe one of your numerous girls made it for you, right? And now you cannot have something else. »

T: “Sister, forget about that chapter. From the very first day I entered Dakar, burger should have grown on my ears or my head self, am tired of eating it so I swapped from eating a burger to this sandwich norvegienne…in fact when is aunty mi’ coming? »

Me:” next month.”

Our plates were served, and we started eating until one waitress came to tell us that someone paid for our food.

Me: “you must be a new staff here miss, we have some vouchers so I don’t need me a person paying my bills…. And who is the person that paid for us, if I may ask??”

The lady showed us one table. A group of men and ladies were looking at us smiling. One man just raised his hand up immediately I tur my face to his side.

Immediately, I recognize the man that came to take our order for food…. He stood up and came back towards us.

Domi: “ hum hum hum, somebody has fallen into your trap, ya K-T.”

Me:” can you see how young he is. I am not playing under age o… please am not a cougar…”

T:” you women! You people always like to underestimate us, when I look at this man, coming towards us, the way I look at him, I can figure out something about him, if he handles you, sis! Hmm just try him… sister… you’ll see the moon o….lol.”

Domi: “ please shut up… what do you mean… have you tried him before? Visioner ni ?! Please, we want sisters in law ooo not brothers in law from you.”

T:” toufiakwa!!!!! Hisssssssssssss ! Please clean your mouth sharp please” and “you that is talking, you cannot say anything… you have seen plenty girls’ ….

Him clearing his throat: “grrr grrr, I hope you liked your food?”

Me: “yes, of course! As usual, each time we come to eat here, we are always satisfied with the chef’s delicious meals.”

Him: “Oh! Look at who we have in the house! One of our loyal customers! That’s excellent!” well! Let me introduce myself to you. My name is TIM RYSARA…”

Domi: “ as RYSARA, the name of the Hotel?”

This girl cannot close her mouth for once, MISS TALKATIVE… that’s her name oo ( I give everybody a nickname, don’t worry, even you reading my story, I will do a naming ceremony for you…..soon).

Tim: “Oui charmante femme ! This is our family’s hotel… My father is the owner and I am the Managing Director.. May I join you?”

Domi: “ yes, sure! Have a seat”, she drew a chair close to her for Tim to sit. What did I tell you!!!!

This girl hummmmmmmmmm….

Me: “How come I don’t know you?” see me asking such a question as if I am the n°01 shareholder of the hotel. “ I thought you already had some guests.” I said pointing at his table. “Euh… I mean… how come I haven’t met you before?… I work with Voyager Airline and we have an agreement with your hotel, but I have never met you here.

Tim: “I understand your questions…. You see young lady, I travel a lot… you know we have family businesses all over subsaharian region and Europe, so I am not always around…. I am sure you meet Mr. DIOP, my sales Director, you usually deal with him right ?”We talk for a couple of hours. He got to be a lovely man. I could have seen the way Domi was very attracted to him. She was laughing for a yes or a no…. even if what he was saying was not funny…

We were ready to go, Tim called his driver to drop us back home. He gave me his complimentary card. I told him I did not have mine with me. He asked me to call him anytime.

We got to the house 20mns later, with some plats à en porter (take away food and pizza offered by Tim). I went straight to take a shower and slept off.


Exactly three weeks later, it was the day of my departure to Lagos for my training.

I was up very early as usual because of work. I had to sacrifice going to church on that Sunday. Please God forgive me for my wrongdoing. I tried to go on Wednesdays and during weeks of emphasis.

Our mum is a born-again Christian, so she showed all her children the road to church. It was only my father who stacked on his catholic doctrin.

I got up, got prepared, and at 08 am, our bus horn sounded for me to come out. We got to the airport 15mns later and I went to AHS our handlers, to pick some documents up.

Today, we had some pilgrims passengers going back to Accra and Lagos, so I had to make sure the checking point was open 30mns before our regular schedule.

Those pilgrims were around 200 passengers. That was only them without our regular passengers, which were around 100 passengers.

Thank God for that day, everything went well even though despite the fact that our flight was delayed by about 30mns. Which was not that bad at all for an African airlines company.

We got to Lagos around 5 pm GMT (6 pm local time). I was with Accra, Bamako, and Abidjan Country and Station Managers.

The company bus was already waiting for us. We all collected our bags for some that had. Me I was just with my hand luggage, so I got quickly into the bus.

Once at the hotel, we picked up our keys, and everyone went to their room. I was tired and just wanted to sleep, but before then, I called my oyinbo gal.

Dring! Dring! Dring!

Her phone was ringing. She did not pick; maybe, she too was as tired as me, so I decided to call back later.

I called T & Domi to say HI and let them know that I have arrived in Lagos safely. As soon as I dropped my phone on the bed, it just rang back… I knew who was calling me…

Me: “Allo”

Yul: “Hello, Tomiwa, welcome back! I hope you had a nice flight!”

Me: “Hi! Yeah, it was nice…. But at the same time, I am so tired…am trying to sleep now.”

Yul: “Ok but in case you need something, don’t hesitate, just call me at any time.”

Me: “ok, I have heard.”

Yul: “ good night, beautiful lady. “

Click!

Hmm this man. I have a strange mixed feelings when it comes to his matter. I need to sleep now to be in good shape tomorrow.

bye for now my fanmily.

@dees26stories @thestoryoftomiwa

Facebook: Storyoftomiwa.

L’APPEL !

C'était lundi matin. Je ne travaillais pas ce jour-là, alors j'ai décidé de rester à la maison pour nettoyer et trier certains de mes vêtements à offir en don pour l'ONG Caritas tout en écoutant de la musique.

<Enife woseju
<akan a pe leti omi
<Isale oro teriyen
<iyen le’gbin
<Motigoke yin na O
<now am drinking Dom Perignon
<Motigoke yin na O
<Now am drinking Dom Perignon

<If you dey wait for my downfall
<You go dey there till you go die there
<If you dey wait for my next move
<You go dey there till you go quench there
<No me do am na baba God so e’ole fade e
<I dey here so let’s go there
<Anywhere e dey happen I will be the baale
<Whether you like am or not dem don pay
<Oga ta oga o ta, owo alaru ape
<Kin’ toko orinlasan won ti sanwo mi
<Appearance fee egberun lona mewa ni

J'étais en train de fredonner une de mes chansons préférées, "Enife" de 9ice, que j'ai découverte lors de mon dernier voyage à Lagos. Dès que je l'ai entendu, j'ai aimé le son.

En fait, j'ai toujours aimé les chansons ou les films en dialecte yoruba. Je n'y comprends rien, mais je les aime bien.

Entre mes sœurs, mon frère et moi,(je vous ai dit au début de mon histoire que j'avais trois sœurs aînées, un frère cadet et moi), j'étais la seule à essayer d'avoir plus d'informations concernant notre dialecte, notre famille et pays de provenance de notre mère.

J'ai toujours voulu en savoir plus d'où elle venait et je voulais apprendre son « Yoruba ».

Je connaissais quelques mots de salutation comme :

Ẹ Káàárọ pour dire bonjour le matin
Ẹ Káàsán pour dire bonjour dans l'après-midi
Ẹ Káàlẹ pour dire bonjour le soir ou bonne nuit

C'était stressant pour nous. C'était difficile et le protocole qu'il contenait n'arrangeait pas les choses.

Ah ! euh ! juste pour dire bonjour... Il faut d'abord s'agenouiller ou se pencher ou même saluer le sol avant de regarder la personne que l'on veut saluer lol.

Le plus drôle était l'attitude à avoir en le disant et tout dépend de votre familiarité avec la personne que vous saluez ou non, si la personne est plus âgée que vous ou non.

« Hum… vous, Yoruba pipo, vous aimez trop les protocoles et la tradition »….. Je le disais toujours à ma mère chaque fois qu'elle commençait ses enseignements.

Notre mère nous parle toujours en yoruba, mais mon père, quand il était encore en vie, lui disait de nous apprendre le « Fang » (sa langue locale au Gabon) au lieu de forcer ses enfants à parler yoruba.

Je pense que ce n'était pas juste venant de lui. Comment pouvait-elle nous apprendre sa propre langue à lui? Je ne pouvais pas le comprendre.

Ma mère parle fang. Je n'en disconvient pas. Cependant, elle ne pouvait enseigner et nous parler que sa langue maternelle à elle, ou bien.

En fait, pourquoi appelons-nous notre dialecte *langue maternelle* ? C'est parce que, une mère est la principale ou permettez-moi de le dire ainsi, à l'époque, une mère était la principale personne interagissant avec ses enfants et donc les enfants apprennaient la langue que leur mère parlait.

***************

Ma mère et mon père se sont rencontrés à l'Université Queen Mary de Londres, nous a-t-elle dit.
Il était son premier petit ami. Ils sont sortis ensemble pendant 03 ans avant qu'elle ne tombe enceinte pendant sa dernière année d'université, alors que mon père travaillait déjà dans une compagnie pétrolière à Londres.

Ces jours-là, parce qu'il était noir et originaire d'Afrique, la compagnie pétrolière l'avait engagé comme stagiaire malgré le fait qu'il avait été diplômé d'une université réputée. Il s'est vu refuser les avantages liés à l'offre d'emploi. Il n'a pas obtenu toutes les indemnités liées au poste. Mais il a quand même travaillé pour l'entreprise pendant près de 04 ans.

Les parents de ma mère étaient contre cette relation amoureuse et ils sont devenus furieux au moment où ils ont appris qu'elle était enceinte. Ils étaient furieux parce que ma mère et mon père n'étaient pas mariés.
 C'était son oncle, qui vivait également à Londres, qui avait informé ses parents qu'elle était enceinte.

En parlant de mariage, je comprends (et ce n'est que mon point de vue) qu'au Nigeria, la société considère et respecte sérieusement l'institution du mariage. Ce n'est pas le cas au Gabon ou dans les pays francophones.

Au Nigeria, si une femme a un enfant sans être mariée, c'est une honte pour sa famille, ce qui était le cas pour ma mère. Mais la c'était quand meme extreme voir de l'abus.

Son père a décidé de la ramener à Lagos. Il ne voulait plus qu'elle poursuive ses études. Il avait dit, puisqu'elle n'est pas allée à Londres pour étudier mais plutôt pour chercher un mari, elle se devait de rentrer à la maison et laisser son soi-disant petit ami venir l'épouser, sinon elle devrait oublier sa famille et serait déshériter.

Ma mère a défié son père et a refusé de retourner à Lagos sans diplôme. Mon père l'a convaincue et lui a promis qu'il viendrait l'épouser et s'assurer qu'elle termine ses études universitaires. Elle fut donc de retour sur Lagos cette même année avec une grossesse de six mois.

Ma grand-mère n'était pas contente de ce que mon grand-père avait décidé, mais elle avait dit à ma mère de le comprendre car elle devait être un excellent exemple pour ses plus jeunes soeurs.

Son père avait l'habitude de dire, ce qu'un homme peut faire, une femme devrait le faire mieux à cause de ce que les gens diront. Ma mère aurait dû être suffisamment consciente de son éducation, avoir un bon travail et avoir un homme de famille royale comme l'a fait sa sœur aînée avant de songer à faire un enfant.

Les choses d'avant… C'est ça la la… Je ne comprendrai jamais leurs manières. A quoi pensait-il ? Eh bien, je ne pense pas que c'était les plans de ma mère parce qu'elle a attendu mon père jusqu'à ce qu'elle donne naissance à ma sœur Abidemi Adekanmi.


Alors son père donna à l'enfant Abidemi qui signifie : né avant l'arrivée du père. Laissez-moi vous dire quelque chose, les noms ont un sens au Nigeria… Mais je vous expliquerai le comment du pourquoi une autre fois……

Adekanmi est le nom de mon grand-père.

Nous avons compris plus tard pourquoi il était si agacé par la désobéissance de notre mère envers lui. Ils sont issus d'une famille royale, Adekanmi veut dire : j'ai droit à la couronne…. Et dans leur famille, tous devaient se marier avec une personne « de sang royale ».

Tradition encore et encore.

« … mais un Gabonais, c'est qui lui? Il sort d'ou? Connaissez-vous sa famille, peut-être ne sont-ils que des mendiants dans leur pays… savez-vous qui vous êtes, ma fille ? Non… oh putain non car si tu savais, ce n'est pas un lascar comme lui tu serais allé prendre a un mari… de toute ma vie, je n'ai jamais vu un soi-disant gabonais. Qui est populaire là-bas que vous pouvez nommer? Je l'attends ici. Qu'il montre son visage ici dans "Eko" et je lui apprendrai le vrai sens du respect" C'était cela le discours de son père. Ma mère me le racontait chaque fois qu'elle parlait de son histoire.

Mon père est ensuite allé à Lagos 8 mois après la naissance de ma sœur, avec son père et 02 de ses oncles pour se présenter…07 mois plus tard, il est revenu pour le mariage traditionnel et 02 mois plus tard pour le mariage à la mairie. Il avait dépensé de l'argent, mis le paquet pour etre à la hauteur. 

Ce n'est qu'après tous ces mariages que ma mère a eu l'autorisation de suivre son mari et que le nom de ma sœur a changé pour devenir Keyia Abidemi Laureen Ekomie. Comment cela a-t-il pu être fait ? Vous vous demandé peut etre si elle avait un certificat de naissance, puis si elle en a eu un avoir un tout nouveau, n'est-ce pas ?

eh bien, le certificat de naissance de ma sœur n'a été établi qu'après que mon père ait payé son nom. Encore une histoire de tradition...

*******************
Comme je l'ai dit, j'écoutais la musique… je nettoyais la maison, et ainsi de suite jusqu'à ce que…

Marimba ! Marimba ! Marimba !........... c'était mon téléphone qui sonnait.

Moi : "Allo ma !"

Maman : "Allo K-T ! Comment vas-tu?"

Moi : « Bien maman, et toi ?

Maman : « Très bien, merci ma chère ? et le travail ? »

Moi : » Le travail, c'est rellax tout doux maman, j'ai juste trop de formation depuis un moment maintenant, mais ça va !

Maman : "J'espère que ton frère et ta soeur vont bien !!!!"

Moi : « Oui, ils vont bien. »

Maman : "J'espère qu'ils se comportent bien ?"

Moi: "Eh bien, pour l'instant, rien de spécial, ils se comportent comme j'aime, et parfois je regrette juste la raison pour laquelle je parlais mal d'eux..."

Maman : « Ne t'ai-je pas dit de ne pas juger les enfants à cause de ce que fait leur maman ?

Moi : "Mais tu ne peux pas m'en vouloir mum... de toute façon, dis-moi l'essentiel, qu'est-ce qui se passe là-bas à Libreville ?"

Maman :" hum…. Oublie cette ville, et si tu veux des nouvelles, viens voir toi-même. Je ne suis pas ta radio o.

Moi:" hummmm ma'a miiiiiii"

Maman : « La raison pour laquelle je t'ai appelé, c'est que tante Agatha (la sœur de ma mère) et son mari retournent enfin à Lagos. La mission de son mari est terminée.

Moi : " hum. Après combien d'années au Gabon ? C'est bien pour eux, mais qu'est-ce qui te préoccupe ? Ils veulent que j'aille les aider à faire leurs bagages là-bas à Port Gentil (une ville du Gabon) ou quoi ?

Maman : « elle veut que tu l'appelles. Elle t' expliquera en détail ce qu'elle attend de vous.

Moi : « Et tu attends que je la rappelle ? Hein madame mii…. ok et quand sont-ils sensés quitter le Gabon ?

Maman : "Eh bien, je ne sais pas encore. Elle a dit qu'ils n'avaient pas la date exacte. Je pense qu'ils attendent toujours quelques arrangements administratifs. Je pense qu'il vaut mieux que tu l'appelles dès que possible. Je ne sais pas de quoi elle veut te parler mais s'il te plait, ma chérie, appelle-la. Tu sais comment elle est toujours. Si vous ne la rappelez pas, vous savez comment elle est na…. elle va commencer à me wahalaing ooo "…. (le mot wahaling lol est créé par moi).

Moi : « Ok ne t'inquiète pas, ……. Ne t'inquiète pas, et je l'appellerai avant la fin de cette semaine quand je serai moins occupée… Mais maman attends, tu viens quand à Dakar na ? Vous avez dit quand vous prendriez vos vacances madame….

Maman : " Oui, qu'est-ce que j'en sais ? Laisse-moi bien m'arranger et récupérer mon argent auprès de mes clients….. ceux qui me doivent encore mon argent. Après, je vous appellerai pour vous informer de la date. J'espère que vous ne serez pas loin de Dakar au moment où je serai prêt à venir vous rendre visite ?

Moi : « hum… ok, ooo. Je veux de la nourriture, s'il te plaît…. Amene tout le marché du Mont Bouet…. tu devras t' assurer de me le dire avant…. Dans trois semaines, je serai à Lagos pour une autre formation. Je serai absent pendant deux semaines"

Maman : « Toi avec tes formatons la-même, toujours entrain de viyager…. Je vais commencer à t'appeler <Ajala la voyageuse> o. Quand tu vas dans tes viyages la o, pense au moins rencontrer un homme ? apporte-moi aussi mon gendre gué….lol.

Moi : « Ma’aaaa mi, je savais que tu diras çela. Mami, mami, mami…. oubliez ce sujet pour l'instant s'il vous plaît. Mon homme juste viendra au temps de Dieu…. Je ne suis pas pressé."

Maman : « D'accord, ce que je voulais dire, c'est que tu  devrais y réfléchir o. l"age passe ma fille.

Moi : "hum..."

Maman : « Alors au revoir pour le moment. remercie ton frère et ta sœur pour moi.

Moi : " au revoir, maman, je t'aime. "

Maman : " Je t'aime aussi. "

Click!

…………………………………………….

Ma mère avec cette histoire de mariage. Elle n'était pas contente du tout. Le fait que je sois encore célibataire à mon âge la dérange sérieusement. Chaque fois qu'elle m'appelait, elle me parlait de trouver un homme à épouser.

Dites-moi oooo…. Est-ce une femme qui va chercher un homme pour se marier ? Hum…

Qu'est-ce qu'elle pense que je fais? je me rends disponible et attrayante pour les hommes mais je ne vais pas aussi jouer la désespérée hein.

Chaque jour, j'y pense. Je suis prêt au cas où je verrais quelqu'un, mais en même temps, je crois que le temps de Dieu est le meilleur.

Laissez-moi vous dire la vérité les gars, pour l'instant, je ne suis pas pressé de me marier. J'ai dit que si je trouvais quelqu'un, d'accord, mais je ne veux pas me marier et regretter ma décision. J'ai 28 ans, OUI, ET ALORS ?

J'ai encore du temps…. Même à 40 ans, je trouverai quelqu'un, ne vous inquiètez pas pour moi, j'y arriverai….. lol….

S'il vous plaît, aidez-moi à expliquer cela à ma mère. Si c'est moi, elle ne comprendra pas et commencera à me parler de mes sœurs qui sont déjà mariées et heureuses dans leur foyer… et bla bla bla
Chacun a son propre destin et le mien est différent du leur.; alors, s'il vous plaît, elle devrait me laisser tranquille.

Après avoir parlé avec ma mère, je suis allé cuisiner. Quand la nourriture était prête, j'ai mangé, je me suis détendu puis je me suis préparé pour le bureau de l'ONG Caritas.

Sur le chemin de la ville, quelque chose me tracassait concernant ce que maman m'avait dit au téléphone. Elle a demandé à appeler ma tante… D'accord… mais pourquoi ? Pourquoi était-ce si vital pour moi de l'appeler ? Elle appelle régulièrement ses enfants… pourquoi ne peut-elle pas demander à son fils de me passer le téléphone pour que je puisse lui parler.

Je pense que quelque chose ne va pas quelque part…..

Ne pensez-vous pas? Eh bien, vous ne comprenez peut-être pas parce que vous ne connaissez pas encore ma tante. Ne vous inquiétez pas, très bientôt je vais vous en dire plus sur elle….



C'est bon pour aujourd'hui et la suite pour bientot....

les liseurs sous marins la commentez un peu ....

CHAPTER 9: THE CALL

Hiya here! I hope you guys are doing well… Sorry about my silence. I have had terrible news frying left, right, center about relatives who got Covid 19 and losing some. Please do continue to respect the Covid 19 measures.

Only God is our protector and I pray that we all are safe.

***************

Here is my new chapter go read, share, like and comments please. Thank you.

It was Monday morning. I was not working that day, so I decided to stay at home to clean my house and sort some of my clothes out for Caritas NGO while listening to music.

<Enife woseju
<akan a pe leti omi
<Isale oro teriyen
<iyen le’gbin
<Motigoke yin na O
<now am drinking Dom Perignon
<Motigoke yin na O
<Now am drinking Dom Perignon

<If you dey wait for my downfall
<You go dey there till you go die there
<If you dey wait for my next move
<You go dey there till you go quench there
<No me do am na baba God so e’ole fade e
<I dey here so let’s go there
<Anywhere e dey happen I will be the baale
<Whether you like am or not dem don pay
<Oga ta oga o ta, owo alaru ape
<Kin’ toko orinlasan won ti sanwo mi
<Appearance fee egberun lona mewa ni

I was humming to one of my favorite songs, “Enife” of 9ice, that I discovered during my last trip to Lagos. Immediately I heard it, I liked the track.

Infact, I always liked songs or movies in Yoruba dialect. I don’t understand a damn word of it, but I like them.

Between my sisters and my brother ( I told you at the beginning of my story that I have three elder sisters, a younger brother, and me), I was the only one trying to get more information concerning our Mum dialect, family, and country.

I always wanted to know more about where she was from and wanted to learn her “Yoruba”.

I knew some few greetings words like:

Ẹ Káàárọ to say hello in the morning
Ẹ Káàsán to say hello in the afternoon
Ẹ Káàlẹ to say hello in the evening or good night

It was stressful for us. It was difficult and the protocol in it did not help matters.

Ah! ah! just to say hello… You have to kneel down or bend down or even greet the floor first before looking at the person you want to greet lol.

The funniest thing was the attitude to have while saying it and all depending on how familiar you are to the person you greet or not if the person is older than you or not.

“Hum… you, Yoruba people, you like protocols and tradition too much”….. I was always telling my mum whenever she started with her teachings.

Our mum always talks to us in Yoruba, but my father, when he was still alive, used to tell her to teach us “Fang” (his local language in Gabon) instead of forcing his children to speak Yoruba.

I think it was not right coming from him. How could she teach us his own language? I could not figure it out.

My mum speaks fang. I don’t deny it. However, she could only teach and speaks her mother tongue to us.

Actually, why do we call our dialect mother tongue? It’s because, a mother is the main, or let me put it this way, back in the days, a mother was the main person interacting with her children.


My Mum and Dad met at the Queen Mary University of London, she told us.
He was her first boyfriend. They dated for 03 years before she got pregnant during her last year of university, while my father was already working in an oil company in London.

Those days, because he was black and from Africa, the oil company hired him as a trainee despite the fact he graduated from a well-known university. He was denied the benefits attached to the job offer, He did not get all the allowances attached to the position. But still, he worked for the company for almost 04 years.

My mum’s parents were against the relationship and they got furious the moment they knew about the pregnancy because my mum and dad were not married.
Her uncle who also lived in London informed her parent that she was pregnant.

Talking about marriage, I understand (and that’s only my point of view) that in Nigeria, society considers and seriously respects the institution of marriage. It is not so in Gabon or French-speaking countries.

In Nigeria, if a woman has a child without being married, it is a disgrace to her family, which was so for my mum.

Her father decided to get her back to Lagos. He did not want her to continue her education anymore. He said, since she did not go to London to study rather she went to look for a husband, she had to come back home and let her so-called boyfriend come and marry her, if not she should forget about her family and he will disinherit her.

My mum challenged her father and refused to go back to Lagos without a degree. My father convinced her and promised he would come to marry her and make sure she finishes her university. She got back to Lagos that same year with six months old pregnancy.

My grandma was not happy with my grandpa, but she told my mum to understand him because she had to be an excellent example for her younger ones.

Her father used to say, what a man can do, a woman should do it better because of what people will say. My mum should have been conscious enough about her education, get a good job, and get a man from a royal family as her senior sister did.

Olding days… That is it… I will never understand their ways. What was he thinking about? Well, I don’t think that was my mum’s plan because she waited for my dad till she gave birth to my sister Abidemi Adekanmi.

So her father gave to the child Abidemi which means: born before the arrival of the father. Let me tell you something, names have meaning in Nigeria … But that is another chapter for the story……

Adekanmi is my grand’pa’s name.

We understood later why he was so annoyed with our mum’s disobedience to him. They come from a royal family, Adekanmi means: I am entitled to the crown…. And in their family, nobody has to get married to “a non-royal” person.

Tradition all over and again.

“… but a Gabonese, who is he? Do you know his family, maybe they are just beggars in their country… do you know who you are, my daughter? No … oh hell no because if you knew, it is not a lascar like him you would have gone to take has a husband… for my entire life, I have never seen one of this so-called Gabonese being. Who is popular there that you can name? I am waiting for him here. Let him show his face here in “Eko” and I will teach him the real meaning of respect” That was her fatherès talk. My mum used to tell me whenever she was talking about her story.

My father later went to Lagos 8 months later my sister’s birth, with his father and 02 of his uncles for introduction…07 months later, he returned for the traditional wedding and 02 months later for the court wedding. He spent money. A serious amount of cash went down in Lagos.

It was only after all those weddings that my mum had the authorization to follow her husband and my sister’s name changed to Keyia Abidemi Laureen Ekomie. How could that have been done? You might ask if she had a birth certificate then got a totally new one, right?

well, my sister’s birth certificate was established only after my father paid for his name. Tradition again…


As I said, I was listening to the music…cleaning the house, and so on until…

Marimba ! Marimba ! Marimba !……….. it was my phone ringing.

Me:” Allo ma !”

Mum:”Allo K-T! How are you?”

Me: “Fine ma, and you?

Mum:” Fine, thank you, my dear? How is work?”

Me:” Work is fine ma, just having too much training for a while now, but it’s ok!

Mum:” I hope your brother and sister are doing well!!!!”

Me:” Yes, they are fine.”

Mum: “I hope they are behaving ?”

Me: “Well, for now, nothing special they are behaving the way I like, and at times I am just regretting the reason why I was talking bad about them…”

Mum:” Have I not told you not to judge the children because of what their mum is doing?”

Me:” But you can’t blame me na… anyway, tell me the gist, what is happening there in Libreville?”

Mum:” hum…. Forget about this city, and if you want the gist, come and see by yourself. I am not your gist radio o.”

Me:” hummmm ma’a miiiiiii”

Mum: “The reason why I called you is that aunty Agatha (my mum’s sister) and her husband are finally going back to Lagos. Her husband’s mission has come to an end.”

Me:” hum. After how many years in Gabon? Well, that’s good for them but what is my concern with that? Do they want me to go help them pack their luggage there in Port Gentil (a city in Gabon) or what?”

Mum: “she wants you to call her. She will explain to you in detail what she expects from you.”

Me: “And you expect me to call her back? Hein ma’am mii…. ok and when are they supposed to leave Gabon?”

Mum: “Well, I don’t know yet. She said they don’t have the exact date. I think They are still waiting for some administrative arrangements. I think it is better you call her as soon as possible. I don’t know what she wants to tell you about but please, my dear, call her. You know the way she always is. If you don’t call her back, you know how she is na…. she will start wahalaing me ooo”….( lol wahaling word is created by me)

Me: “Ok don’t worry, ……. Don’t worry, and I’ll call her before the end of this week when I am less busy… But mum come o, when are you coming to Dakar na? You said when you’d take your holiday na….”

Mum:” Yes, what is it? Let me arrange myself well and collect back my money from my customers….. those still owing me my money. After, I’ll call you to inform you about the date. I hope you won’t be away out of Dakar by the time I am ready to come pay you a visit?”

Me: “hum… ok, ooo. I want food, please…. Bring the whole market of Mont Bouet…. You should make sure you tell me before…. In three weeks’ time from now, I’ll be in Lagos for training. I’ll be away for two weeks”

Mum: “You with your training self, always traveling up and down…. I’ll start calling you < Ajala the traveler> o. When you travel like that for your training, can you just meet a man, at least? bring me my son-in-law too na….lol.”

Me: “Ma’aaaa mi, I knew you will say that. Mami, mami, mami…. just forget this topic for now, please. My right man will come at God’s time…. I am not in a hurry.”

Mum: “Ok o., what I meant is that you should think about it o. you are not getting younger.

Me: “hum…”

Mum: “So bye for now, o. greats your brother and sister for me.”

Me:” bye, mum, love you.”

Mum:” Love you too.”

Click…………………………………………….

My mum with this her story of me getting married. She was not happy at all. The fact that I am still single at my age is seriously bothering her. Each time she called me, she would talk about me finding a man to marry.

Tell me oooo…. Is it a woman that will now look for a man to marry? Hum…

What does she thinks I’m doing? It is not that am gonna look for them as a desperate woman …..

Every day my mind is on it. I am ready in case I see somebody, but at the same time, I believe that God’s time is the best.

Let’s me telling you the truth guys, for now, I am not just in a hurry to get married. I said if I find somebody, OK, but I don’t want to fall into marriage and regret my decision. I am 28 years old, YES, AND SO WHAT?

I still have time…. Even at 40, I’ll find someone, don’t worry about me, I’ll get there….. lol….

Please help me explain that to my mum. If it is me, she will not understand and starts telling me about my sisters that are already married and happy in their home… and bla bla bla
Everyone has his or her own destiny and mine is different from theirs.; so, please she should let me be.

After talking with my mum, I went to cook. When the food was ready, I ate, relaxed, and then got myself ready for the Caritas NGO office.

On my way to town, something was bothering me concerning what mumsy told me on the phone. She asked to call my aunty … Ok … but why? Why was it so vital for me to call her? She regularly calls her children… why can’t she ask her child to give me the phone so I can talk to her.

I think something is wrong somewhere …..

Don’t you think so? Well, you may not understand because you don’t know my aunt yet. Don’t worry, very soon I am gonna tell you more about her….

« Please Like, Comment and Share-
Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @storyoftomiwa » K-T

CHAPITRE 8: LE CARTEL

Moi : " Allo ! A-salamalaikum ”

Sylla : « Malekum salam. Nangadef»

Moi : « Salut Sylla ! Comment vas-tu aujourd'hui?"

Sylla : « Mangui fi rekk ! (Très bien en wolof), Et vous ?

Moi : "Bien, merci ! Je veux passer une commande urgente s'il vous plaît, et j'aimerais que vous personnellement m'aidiez avec celle ci s'il vous plaît. Ma collègue n'est pas là (vous voyez comment je dois couvrir la fille stupide si non). Je veux 150 repas économiques + 10 végétariens, 12 repas pour BC (Business Class) + 04 végétariens, et 12 pour l'équipage.

Sylla « Eh ! Euh ! Euh ! K-T c'est beaucoup pour un dimanche matin comme celui-ci. Quel avion attendez-vous aujourd'hui, et pourquoi commander vous si tard ? Quoi qu'il en soit, je vais vous donner les packs standards 3 et 4, le pack spécial que vous commandez habituellement ne suffira pas, ok !
Moi : « D'accord, Sylla ! C'est le Boing 767- Faucon pèlerin qui arrive aujourd'hui… S'il vous plaît faites de votre mieux comme d'habitude et dépêchez-vous !

Sylla : " D'accord ! Au revoir!"

Il est 10H30, merde !!!!!! Une heure et 30 minutes de retard sur notre commande !!!!!!.

Cette soi-disante Aminata n'a pas commandé les repas, ni envoyé le PNL à nos manutentionnaires AHS, n'a pas informé le "SERVICE PRESTIGE" pour notre passager en classe affaires et le "SALON D'HONNEUR" pour le passager diplomatique que nous avions. Que faisait-elle pendant tout ce temps ? Elle parlait juste avec « Monsieur, je sais tout ».

Tous nos manutentionnaires et entrepreneurs étaient maintenant entrain d'appeler en même temps, me demandant pourquoi les documents et les informations n'étaient pas encore disponibles. Et le plus drôle, aujourd'hui notre vol était à l'heure, donc pas de temps de *jouer*.

J'ai demandé à cette fille pourquoi rien n'était fait et elle a eu l'audacité de me dire qu'elle avait oublié quand le faire.

Regardez moi celle la !

Je connaissais son plan, mais cela ne fonctionnerait pas pour moi. Si elle cherchait des ennuis, alors j'étais préparé à les lui servir sur un plat chaud.

J'étais énervé et sous pression en même temps. M. Moy me criait dessus, disant que j'aurais dû superviser tout cela assez longtemps avant cette heure. Mais est-ce la première fois ? C'était comme ça qu'on opérait. L'agent au sol doit commander les repas à l'arrivée au bureau le jour du vol et envoyer les documents necessaires aux differents bureaux. Je ne lui ai même pas répondu parce que je savais juste le jeu auquel cette fille voulait jouer.
J'étais tellement furax. la journée commençait « bien » pour moi. J'essayais de me calmer. Ce n'était pas facile avec toutes les femmes d'affaires nigérianes, qui n'aiment pas payer leurs excédents de bagages. Elles viennent ici pour gagner de l'argent, alors elles doivent aussi comprendre que nous essayons simplement de gagner de l'argent. C'était du win win.

Aujourd'hui, je n'étais pas prête pour des conneries.

Une fois que tout le nécessaire avait été fait pour le vol et les e-mails envoyés, je me rendi au comptoir. Arrivée à la salle d'enregistrement, je remarquais d'emblée qu'elle était noire de monde.

Comme d'habitude, je suis allé directement au comptoir de la classe affaire. J'ai assisté à l'enregistrement de deux passagers qui était là à ce moment-là, puis je suis allé au comptoir 02, où Nafi, un autre membre de notre personnel au sol essayait de donner des kilos à un passager.

J'ai vu Aminata au 3e comptoir se quereller avec 02 femmes, et je suis directement allée à leur rencontre.

Moi : "Aminata, qu'est-ce qui se passe ici ?"

Aminata, ne me regardant pas continua sa conversation avec la cliente : « Madame, je vous ai demandé de payer 200 milles CFA. Nous n'acceptons pas de naira ici, alors va changer l'argent et viens avec du CFA. »

Femme 1 : » ma sœur, s'il vous plaît, je comprends, mais je n'ai plus le temps de changer cet argent. Je veux que vous m'aidiez avec 10KG; la somme que j'ai pourra payer mes excédants de bagages si vous m'enlevez 10 kilos. »

Femme 2 : « S'il vous plaît, madame, nous voulons que vous nous enregistriez ensemble comme ça, ça nous aidera… Pourquoi êtes-vous durs comme ça aujourd'hui ? Nous sommes vos clientes habituelles non? Na wa oooo, ééé, comment allons-nous faire maintenant ooo"
Qu'est-ce que je vous disais ? Les femmes nigérianes sont des sketcheuses surtout quand il s'agit d'argent,d'affaires et tout ça…

Moi : « Aminata ! Que se passe-t-il?" c'était la deuxième fois que je lui posais cette question, et elle n'osait pas me regarder ni me donner une fichue réponse. Alors je lui ai juste demandé de me laisser gerer les dames et d'aller directement au point d'embarquement parce que je voulais gerer la situation.

Elle s'est fâchée mais s'en alla tout de même en murmurant quelque chose que je n'ai pas capté. Je m'en fichais éperdument et j'attendais le départ du vol pour m'occuper d'elle.

Je me suis rapidement occupé des deux femmes d'affaires car d'autres passagers m'attendaient, et Dieu merci, tout s'est bien passé.

A 11h45, nous avons fermé notre comptoir, et je suis retourné à mon bureau. En entrant, j'ai vu Yul. Oh donc, c'est là qu'il était tout ce temps, mais je ne me souvenais pas de l'avoir laissé au bureau.

En tous cas, J'ai fait comme si je ne l'avais pas vu. Je me suis assise, j'ai ouvert mon laptop, j'ai imprimé des document, et continué à travailler jusqu'à ce que les opérations AHS m'apprenne que notre avion avait atterri.

C'était à ce moment-là que cet homme me stoppa pour maintenant me parler. Non mais oh! Regardez comment le diable avait planifier ma chute libre aujourd'hui….. D'abord cette stupide fille, Mr Moy et maintenant celui-ci devant moi…… hummmm…

Yul : « Tomiwa, je sais que tu es en colère en ce moment, je peux le voir sur ton visage » Regardez moi cet homme ; il pense qu'en ce moment j'ai son temps...
Yul : « Ne t'embête même pas avec cette petite fille ; Elle ne m'intéresse pas… Oublie la….. Je voulais juste  aussi t'informer que tu viens à Lagos dans 03 semaines pour une formation.

Moi gonflée : « T'es vraiment sérieux, Yul ? Et c'est quoi tout ce jeu que tu fais avec Aminata ? Tu vois, si tu es coureur de jupon, il ne se passera rien entre nous, tu comprends ? En fait, il ne se passera rien du tout, je ne suis pas là pour perdre du temps avec un homme comme toi.

Et deuxièmement, veux tu me dire que tu ne savais pas depuis qu'une formation était programmée à Lagos? Est-ce que tu as juste reçu l'info maintenant ? Eh bien… laisse-moi te dire quelque chose… Je ne vais pas être à votre soi-disante formation à Lagos, et vous pouvez le dire à Mr Moy, ce ne sont pas mes affaires.

Je suis sortie de mon bureau en claquant la porte et en le laissant là. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Cet homme pouvait me faire perdre mon sang-froid en un seul clin d'oeil. J'étais vraiment enervée. Pour moi, rien n'avait encore commencé comme relation intime entre nous, et je me lassais déjà de lui. Mais en même temps je commençait l'aimais davantage. Je ne pouvais pas appeler ça de l'amour ; c'était trop tôt. C'était trop tôt pour moi.

Je fuis Yul depuis le premier jour où nous nous sommes rencontrés. Ah oui, une femme peut vite savoir quand un homme l'aime ou pas, même s'il ne veut pas le montrer, nous les femmes nous avons un sixieme sens clair. Et laissez-moi vous dire quelque chose, les gars, j'étais au courant de son intention à partir de ce moment-là durant l'entretien.

La façon dont il parlait, me regardait, tout cela se faisait d'une manière particulière comme si nous étions à un rencart... en rendez-vous et non en entretien. C'était juste ça sans être ça. L'entretien n'a pas duré longtemps. Je pense que c'était juste environ 15 minutes. Mais sous ce laps de temps, j'ai eu à analyser ses faits et geste.
En ce moment, j'avais des sentiments mitigés en moi. Je suis une fille très émotionnelle quand il s'agit d'amour et de relations sentimentales. Pourtant, en même temps, je n'aime pas rester trop longtemps dans une relation. Je n'aime pas quand quelqu'un vient prendre le contrôle de mon espace et ma vie ou changer ma routine de vie, oui, j'ai l'air d'être une personne controversée, mais c'est tout moi ça.

Comme je l'ai dit, je l'ai laissé derrière moi et je suis allée au tarmac. Mon avion était au sol.

Tout s'est bien passé et nous sommes tous retournés au bureau. A 15h30, nous étions sur le point de quitter le bureau ; c'est à ce moment que j'ai rappelé Aminata pour avoir une petite conversation avec elle.

Moi : « Ecoute Aminata, depuis que nous avons commencé à travailler ensemble dans cette entreprise, tout se passe bien donc je veux que ça continue ainsi. Je ne veux pas que ce qui s'est passé aujourd'hui se répète. Ce qui se passe dans ta vie privée ne devrait pas affecter ton travail, d'accord ! Ai-je été claire ?


Aminata : « Et puis quoi encore ? Tu crois que tu peux me faire quoi? Tu veux agir en tant que SM (Station Manager) mais laissez-moi te dire quelque chose, tu ne seras pas nommé ok ! Tu es peut-être mon superviseur pour le moment mais se n'est plus pour longtemps. Tu crois que le Cartel te recruteras? Oups ! Dit-elle en tenant sa bouche comme si elle disait quelque chose qu'elle n'était pas censée dire.

Moi: Ferme la... et ne me menace pas, d'accord ! Je t'avise pour la première et la dernière fois. Si tu te comportes à nouveau comme aujourd'hui avec moi hmmm…. On verra comme tu dis!!!!”

Si je la gifle maintenant, que fera-t-elle.

Je l'ai laissée là-bas et suis allée directement au bus. Je n'ai pas parlé jusqu'à ce qu'ils me déposent devant ma maison parce que j'ai pensé à ce qu'elle a dit.
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira »
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira »
« tu penses vraiment que le Cartel te choisira.»

Hum. C'était quoi encore tout ça ???

Mes cousins n'étaient pas à la maison quand j'arriva et je penses qu'ils étaient surement à l'école ou à la bibliotèque. Même le weekend ils bossent à cause des examens je crois. J'appela Terry pour savoir.

Moi : "Bonjour, T."

Terry : « Bonjour Yaya K-T, oh, tu es déjà à la maison ?

Moi : « oui, c'est pour ça que je t'appelle. Je voulais savoir où vous êtes ? Et aussi je veux que Domi m'achète des choses. S'il te plaît, dis-lui de me rappeler, d'accord !

Terry : « D'accord ! Aucun problème."

J'alla dans ma chambre et prendre ensuite une longue douche. Je voulais éliminer tout le stress que j'avais accumulé depuis hier soir. Domi m'appela plus tard et je lui demanda d'acheter du plantain, de l'atiéké et de l'igname pour la maison. Puis je m'assoupis comme un bébé.

Marimba ! Marimba ! Marimba ! c'était la sonnerie de mon iPhone………………. Lol …….. Ceux qui ont un iPhone connaîtront cette sonnerie.

Moi : " hummm….. "

Elle : « yéyé girl ! Cela fait deux semaines maintenant. Tu ne prends même pas la peine de m'appeler, han !

Moi : « ééé ma oyinbo gal ! Comment ca va?"

Ihuoma : A mouf va la bas. Non tu n'es pas sérieuse oo. Tu ne peux même pas m'appeler pour me dire que tu es bien arrivé et tout ça. Comment s'est passée la formation ? J'ai vérifié mon courrier aujourd'hui. Je viens de recevoir un e-mail disant que nous commençons une formation demain lundi matin, et que votre station l'avait déjà terminée. Pourquoi ne m'as-tu pas appelé… humm Tomiwaaa !

Moi:"eh eh eh mama freine un peu gué... regarde comment tu speed en parlant. non, mais ce n'est pas ce que tu penses ooo. Rappele-toi ce jour-là Yul venait aussi à Dakar, nous l'avons rencontré à l'aéroport. C'est le même jour que j'ai eu connaissance de la formation. Aha ma chere crois moi na. Alors on dit ? Comment ça va là-bas en Afrique du Sud, comment va mon beau »

Ihuoma : " ! Lequel?

Moi : » lequel encore ? Ne me dis pas que tu as trouvé un autre jackpot là-bas ? Ah ah ah ah! tu devrais te retenir ooo ! La vie ne fuit pas gué!
Ihuoma : » Ah quitte moi là ! Abeg! Parle moi des vraies choses. Alors qu'est-ce qui se passe avec Yul ! ? »

Moi:" Cette fille même quoi, tu es bête je jure."

C'est ainsi que j'ai commencé à lui raconter ce qui s'est passé depuis le jour de mon retour à Dakar jusqu'à aujourd'hui, en évoquant la boîte de nuit et l'hôtel. Mais je ne sais pas pourquoi je ne lui ai pas relaté ce que Yul a dit concernant l'entreprise et toute le "charabia" du poste et le cartel parce que rappelez-vous que je vous ai dit qu'elle est la station Manager à Jo'burg.

Si ce que Yul m'a dit est vrai, cela signifie qu'elle est membre du cartel. Je voulais avoir plus d'informations à ce sujet et être sûr de ce qui se passait. J'avais une petite idée sur la façon d'obtenir cette information. Yul serait le numéro un à me filer la doc, et Aminata aussi.

Je devais juste bien la gérer. C'est le genre de fille qui peut parler de toute façon sans s'arrêter. Elle n'a pas de secret, je pense donc pouvoir commencer mon enquête avec elle puisqu'elle est avec moi ici. N'est ce pas?

Après avoir discuté avec Ihuoma, qui a promis de venir frapper Aminata pour moi, lol, je suis allée dans la cuisine. Terry et Domi étaient de retour à la maison. Domi a acheté tout ce que je lui avais demandé et nous avons commencé à cuisiner.

C'était le moment que j'aimais le plus ; passer du temps à cuisiner avec eux Domi et T. T était tellement drôle parce que T nous dérangeait en prenant toute la viande à goûter et voir si nous faisions la cuisine en tant que chef comme nous prétendions être selon lui et Domi parce qu'elle voulait apprendre mon façon unique de cuisiner comme elle disait.

Ces moments nous permettaient de devenir complices. Je commença à regretter pourquoi j'étais sur la défencive à leur sujet. Je pensais qu'ils avaient le même comportement que leur mère, mais j'ai appris à mieux les connaître avec le temps.

Après avoir cuisiné, T a dressé la table à manger, et nous avons mangé. Quand nous avions fini, je suis monter vers 20h30 pour me coucher. Vous savez que je dors tôt et que je me lève tôt même quand je sais que je ne travaille pas le lendemain.
30mns après que je sois dans mon lit, Marimba ! Marimba ! Marimba !..

Moi : " Allo ! " J'ai répondu sans regarder le numéro qui m'appelait.

…:" Bonjour!" hum… je savais qui c'était… mais j'ai fait comme si je ne le savais pas.

Moi : " ouais ! A qui est-ce que je parle, s'il vous plaît ?

Lui : « moi, Yul ! Ne me dis pas que tu n'a pas reconnu ma voix ! …

Moi : … (roulant des yeux comme s'il me voyait)

Lui : En tout cas ! Comment ca va? J'espèreque je ne te dérange pas"

Moi : » hum…, j'allais justement dormir, mais c'est bon, tu peux parler. Qu'est-ce que tu veux?"

Yul : « Toujours agressif ! Tu ne peux même pas demander comment s'est passé mon retour à Lagos ;

Moi : … (roulant encore des yeux)

Lui : Eh bien, je sais que tout cela va bientôt changer, crois-moi. "

J'ai agacé : « Que veux-tu dire, Yul ? Va droit au but.

Yul : "Je voulais juste t' informer que la formation durera 02 semaines à partir du mois prochain, et qu'elle se déroulera à Abuja."

Moi : « C'est tout ?

Yul : » … et que je voulais entendre ta voix avant de dormir ce soir. N'oublie pas non plus que nous devons cloturer le chapitre qui s'est ouvert hier… mais ne t' inquiétez pas, je sais quand et où cela se produira… Mais pour l'instant, fait de beaux rêves.

Click

Audacieux hein! Non mais ce gars... qu'est-ce que je peux lui faire…… pfff,

Je pense que je ferai mieux de l'oublier et de dormir ou bien?

Pardon audez moi!

******

Salut la gang!

Je veux des likes... commentaires et des partages!

Merci😊🥰

Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa"

CHAPTER 8: THE CARTEL

Hiya Les gens! I hope you guys are ready for the weekend. Here you go with a brand new chapter.

Me like comments so to your keyboards Please.

**************** *************** **************

Me:” Allo! As-salaamu Alaikum ”

Sylla:” Malekum salam.”

Me:” Hi, Sylla! How are you today?”

Sylla:” Mangui fi reek! (Fine in Wolof), And you?”

Me:” OK, thanks! I want an urgent order, please. I will like you to help me with it, please. My colleague is not around (see how I need to cover the stupid girl). I want 150 meals economic + 10 vegetarians, 12 meals for BC (Business Class) + 04 vegetarians, and 12 for the crew.”

Sylla” Eh! Eh! Eh! K-T that is much for a Sunday morning like this. Which plane are you expecting today, and why so late to order? Anyway, I’ll give you Pack 3 and 4 standards, the special one you usually order will not be enough, ok!”

Me:” OK, Sylla! It is Boing 767- Peregrine Falcon coming today….. Please do your best as usual and hurry up!”

Sylla:” ok! Bye!”

This is 10H30am, Damn! We were late for one hour and 30mns with our order.

This so-called Aminata f***ing girl did not place order to the catering service agency, send the PNL (list of passengers) to our handlers AHS, informed the “SERVICE PRESTIGE” for our business class passengers and the “SALON D’HONNEUR” for the diplomatic passenger we had. What was she doing all that time? Just talking with “Mr, I sabi everything”.

All of our handlers and contractors just called the office one after the other, at the same frame of time, asking me why the documents and information were not available. And funny enough, today our flight was on time, so no time to game.

I asked that stupid girl why orders were not made and information sent, and she had the mind to tell me she forgot to do it.

Can you imagine!

I knew her plan, but that wouldn’t work for me. God forbid bad things. If she was looking for trouble, then I was prepared for to give it back to her Bpass Bposs.

I was nettled and under pressure at the same time. Mr. Moy was shouting at me, saying that I should have supervised all that long enough before this time. But was it the first time? That was how we used to do it na. The operation agent should order and send documents. I did not answer him because I just knew the game that girl wanted to act.

I was so upset… the day was starting “well” for me. I was trying to cool my temper down. That was not easy with all Nigerian businesswomen, who don’t like to pay for their excess luggage. They come here to make money, so they should also understand that we are just trying to make money.

Today, I was not ready for any bullshit.

After all the necessary was done for the flight and the emails sent, I went downstairs to the checking point area. As soon as I just got to our counter, see pipo ! Didn’t I tell you?

As usual, I went straight to the business class checking counter. I attended the 02 PAX that were there at that moment and then went to counter 02, where Nafi (another of our operation staff) was trying to wave out some excess KG for one passenger.

I saw Aminata at the 3rd checking counter quarreling with 02 women, and I went to meet them.

Me:” Aminata, what’s going on here?”

Aminata, not looking at me talking to the lady:” Madam, I asked you to pay 200K CFA. We don’t accept naira here, so go change the money and come with CFA.”

Woman 1:” my sister, please, I understand, but I don’t have time again to change this money. I want you to help me with 10KG; that is the amount I have to change the naira will take time.”

Woman 2:” Please, madam, we want you to check us in together so like that it will help us… Why are you people hard today like that? We are your customers na… a a what is happening with you today? Na wa oooo, ééé, how we go do am now ooo”

What was I telling you? Nigerian women know how to act movies especially when it involves money, business, and all that…

Me:” Aminata! What’s going on?” it was the second time I asked her that question, and she did not dare to look at me or give me a damn answer. So I just asked her to leave us and go straight to the boarding point.

She got angry but still went murmuring something I was not hearing. I did not care and was waiting for the flight to depart to deal with her.

I quickly attended to the two businesswomen because other PAX were waiting, and thank God, everything went well.

At 11h45am, we closed our checking counter, and I went back to my office. As I entered in the room, I saw Yul. So, that where he was all that time, but I didn’t remember leaving him back in the office.

Anyway ……. I did as if I did not see him. I sat down, opened my mail, printed out some documents, and so and so until the AHS operation informed me that our plane had landed.

That was when this man now wanted to talk to me. can you see how the devil wants to work today? First that stupid girl, now this one in front of me…… hummmm….. If he dares try me today, I swear papa…. i will show him pepper

Yul:” Tomiwa, I know you are not happy right now, I can see it on your face” Look at this man; he thinks that, right now, I have time for him…

Yul: “Don’t even bother yourself with that small girl; I am not interested in her…. Forget….. I just wanted to let you know that you are coming to Lagos in 03 weeks’ time from now for training.” he mentioned Lagos + training and me. My mind just spined so did I, turned 180 degree to now face him.

Me snorting:” Are you fricking serious, Yul? And what is all that game you’re doing with Aminata? See, if you are a player, nothing gone happen between us, do you understand? In fact, nothing will happen, I am not there to waste time with a man like you.” i spat in front of his face.

And secondly, do you want to tell me that you didn’t know about this so called training I am invited to way before today? Are you just getting the info now? Well… let me tell you something… I’m not going to be at that your so-called training in Lagos, and you can tell that to CM, that is not my business.”

I went out of my office, slamming the door and leaving him there. I didn’t understand what was happening to me. That man could make me lose my temper. I was truly hurt. For me, nothing had yet started, and I was already getting tired of him and at the same time liking him the more. I could not call it love; it was too early. It was too early for me.

I ran away from Yul since that first day we met. Oh yeah, a woman can quickly know when a man likes her or not, even if he does not want to show it. And let me tell you something, guys, I knew about his intention from that time.

The way he was talking, looking at me, all that was just done in particular ways as if we were in a rendezvous and not an interview. It was just that without been that. The interview didn’t last for long. I think it was just 15mns or so. But under that period, I had the time to analyse his gesture.

Presently, I had mixed feelings down inside me. I am an emotional girl when it comes to matters of love and relationship. However, at the same time, I don’t like to stay long in a relationship. I wouldn’t like when somebody comes to take control or change my routine of life, yeah its looks as if I am versatile, but that’s me.

As I said, I left him behind and went to the ramp for my plane that was already on ground.

Everything went well, and we all went back to the office. At 3h30pm, we were about to leave the office; that was when I call Aminata back to have a small talk with her.

Me:” Listen Aminata, I am not going to talk for long. You and I don’t have any problem and have never had problems since we started working together in this company, so I want it to continue to be. I do not want what happened today to repeat itself. What happens in your private life should not affect your job, ok! Have I been clear?”

Aminata:”Et puis quoi encore? What can you do to me? You want to act as an SM (Station Manager) but let me tell you something you will not be appointed ok! What do you think and who do you think you are? You may be my supervisor for now but not for long! We shall see. You think the cartel would want you”….

Oops! She said holding her mouth as if she said something she was not supposed to say.

Me:” he! He! He! Don’t threaten me, ok! I am warning you for the first and last time. If you behave again like today with me hmmm…. We shall see like you said, hisssss!!!!”

If I slap her now, what will she do?

I left her there and went straight to the bus. I did not talk until they dropped me in front of my house because I thought of what she said.

” You think the cartel would want you.”
” You think the cartel would want you.”
” You think the cartel would want you.”

Hum. What was all that again???

My cousins were not home, and I believed they were still at school or somewhere. On Sundays afternoon, they used to go study with their classmate to the library and school. You know students ways right? I called Terry to find out.

Me:” Bonjour, T.”

Terry:” Bonjour Yaya K-T, oh, are you at home already?

Me:” Yes, that is why I am calling you. I wanted to know where you guys are? And also I want Domi to buy some stuff for me. Please tell her to call me back, ok!”

Terry:” Ok! No problem.”

I went to my room and had a long shower. I wanted to remove all the stress I accumulated since last night. Domi called me later, and I asked her to buy plantain, atiéké, and yam for the house. Then I slept off like a baby.

Marimba! Marimba! Marimba! it was my iPhone ringtone………………. Lol …….. Those that have an iPhone will know that ringtone.

Me:” hmmm…..”

She: “yéyé girl! It’s been two weeks now. You don’t even bother to call me, han!”

Me:” ééé my oyinbo gal! How are you?”

Ihuoma: See you. You no be serious person oo. You cannot even call me to say you arrived well and all that. How was the training? I checked my mail today. I just received an email saying we are starting another training tomorrow Monday morning, and your station had already finished it. Why didn’t you call me… humm Tomiwaaa!”

Me:” no, it is not what you think ooo. Remember that day Yul was also coming to Dakar na, ché we met him at the airport. It was that same day I knew about the training. Aha my dear, believe me na. So how far? How wrongs over there in SA, how is my in-law”

Ihuoma:” hisss! Which one?

Me:” which one again in SA? Abi u don get another jackpot there? Ahahahah! My friend, you should hold yourself ooo! Life no be so o!

Ihuoma:” you dey craze! Abeg let me hear a better word from your mouth. So what’s happening with Yul!?”

Me:” This girl self, you are very crazy o.”

That was how I started telling her about what happened from the day I got back to Dakar till today, mentioning the nightclub outing and the hotel stuff. But I don’t know why I did not tell her about what Yul said concerning the company and all the “charabia” concerning the position and That CARTEL story and so on because remember I told you she is the SM of SA station.

If what Yul told me about is true, that means she is a member of the cartel. I wanted to have more information concerning that CARTEL matter and be sure of what was going on. I had a little idea of how to get that information. Yul will be the number one way, and Aminata also.

I just had to handle her well. She is the kind of girl that can talk anyhow. She does not keep a secret, so I think I can start my investigation with her since she is with me here. Right?

After talking with Ihuoma, who promised to come and fight Aminata for me, I went to the kitchen. Terry and Domi were back at the house. Domi bought everything I asked her to and I refunded her money. We started cooking for diner.

That was the moment I liked most; spending cooking time with them. Cooking time with my Domi and T. T was so funny because T was disturbing us while taking all the meat to taste and see if we are doing the cooking as the chef we claimed to be according to him and Domi because she wanted to learn my unique way of cooking as she used to say.

We were getting closed to each other. I even started regretting why I did not want to accept them in my house at first. I thought they had the same behavior as their mother, but I got to know them better with time.

After cooking, T dressed the dining table, and we ate. When we finished, I left around 08h30pm going to bed. You know how I sleep early and wake up early even when I know I am not working the next day. In fact, tomorrow I am off.

30mns after I got in my bed, Marimba ! Marimba ! Marimba !..

Me:” Allo!” I answered without looking at the number that was calling me.

…:” Hello!” hum… I knew who it was… but I did as if I knew not.

Me:” yeah! Who am I speaking with, please?”

Him:” me, Yul! Don’t tell me you didn’t know! …

Me: … (rolling my eyes as if he was seeing me)

Him: Anyway! How are you? Hope I am not disturbing you?”

Me:” hum… not at all, I was just about to sleep, but it’s ok, you can talk. What do you want?”

Yul:” Always aggressive! You cannot even ask how was my trip back to Lagos;

Me: … (rolling my eyes again)

Him: Well, I know all this will soon change, trust me. ”

I was annoyed:” What do you mean, Yul? Please go straight to the point.”

Yul:” I just wanted to inform you that the training will last 02 weeks from next month, and it going to be in Abuja.”

Me:” Is that all?”

Yul:” … and that I wanted to hear your voice before sleeping tonight. Also, don’t forget we need to close the chapter you opened yesterday… but don’t worry, I know when and where that will happen…So bye for now, take care.”

Click

I dropped the call. … This guy, what can I do to him…… Which chapter was he talking about? did I opened something? where? at the nightclub or at the hotel?

pfff, I think I need to sleep first before my head scatters….

« Please like, Comment and Share- and come and help answer those questions na.


Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa

K-T

CHAPITRE 7: L’ATTIRANCE

Hiya mes chers lecteurs et lectrices !  

J’espères que votre semaine a bien débuté ! 

Voici la version en Français du chapitre 7 est en ligne. 

Je veux des like et des commentaires ko … 

Nous sommes arrivés à l’hôtel environ 15 minutes après avoir quitté la boite de nuit. Arrivés dans la chambre. Il mit la clim et la télé. Je me suis assise sur l’une des chaises. Il s’en alla ensuite prendre sa douche. Immédiatement, après qu’il ferma la porte de la salle de bain ; J’alla m’allonger sur le lit. 

 Je m’endormi aussitôt. 

******************************************** 

 Le lendemain matin, je me réveillai vers 06h00 avec un mal de tête atroce. En regardant autour de moi, je ne reconnus la pièce dans laquelle je me trouvais. Je sentis aussitôt des bras forts autour de moi qui me donnaient une douce chaleur. Cela m’apaisait sous cette fraicheur qui était répandue dans la pièce. 

C’est à ce moment-là que je me suis rappelé où j’étais. Hôtel Lagoon, chambre n°A32LII de M. Ekeh Yul Peter. 

Oh merde !  

Qu’est-ce que je foutais encore ici ? Qu’est-ce qui c’était passé hier ? Ma tête me faisait de plus en plus mal. J’avais besoin de paracétamol… Immédiatement je me suis levée. Je voulais m’en aller mais en me retournant sur le lit, je me suis rendu compte qu’il était déjà réveillé. 

Moi : « Pourquoi tu ne m’as pas réveillé ? » Je lui demandais pendant que je me touchais pour voir si je n’étais pas nue. 

Yul a juste souri… hum. Ce mec est tellement mignon…. Oh mon Dieu! Euh, à quoi je pense ! K-T, tu dois sortir de cette pièce si tu ne veux pas d’ennuis, est-ce que je pensais encore… 

Yul : « Relaxe ! ma chérie ! Je n’ai rien fait qui puisse t’embarrasser. 

Moi : 0_0…………. 

Yul se leva du lit et vint se positionner juste devant moi. 

Yul : « Tomiwa » Boom ! C’était la première fois qu’il ne coupait pas mon nom ni m’appelait bébé, Machin chose là. Ceci voulait dire qu’il était sérieux et voulait réellement discuter sur un sujet important.   

Je ne prendrai pas de ton temps ; le temps ne me le permet plus. Continua-t-il.  

 Il resta silencieux pendant quelques secondes, puis il dit…. 

« Je t’aime et je te veux dans ma vie. Je veux que tu sois à moi et moi à toi sans partage, sans demi mesure. 

« Je suis tombé amoureux de toi depuis le premier jour où je t’ai vu, et je n’ai jamais cessé de penser à toi. Te souviens-tu… mon voyage à Dakar a commencé immédiatement après le jour où vous êtes tous venu pour votre entretien à Lagos, n’est-ce pas ?  Et là je parle des candidats au poste.» 

J’ai dit oui. » 

Yul : « J’ai prévu depuis lors de faire partie de n’importe quelle mission sur Dakar, que mon travail soit directement lié ou non. 

Moi: Et pourquoi? » Hum K-T, c’est quel genre de question ? Je ris de moi-même, c’est vrai, je n’ai même pas su quoi dire 

Yul : « Parce que tu es… il disait ça en se rapprochant de plus en plus de moi…. Parce que tu es… Il s’est assis et m’a mis sur ses cuisses… hum…Parce que c’est toi qui fais battre mon cœur ! Il rit et me toucha le nez !!!! 

Cet homme… Est-il sérieux ? Ou il veut se moquer de moi. Comme s’il ne savait pas que je dois être à l’aéroport à 9 heures du matin. 

Yul plus sérieux : « Laisse-moi te dire quelque chose, la principale raison pour laquelle j’ai bloqué ta candidature est que, ce poste est très spécial et je ne pense pas que tu sois suffisamment préparée pour le gérer…. 

Moi : « De quoi parles-tu ? Et voilà les grands mots. Va droit au but, et laissez-moi partir de cette chambre parce que j’ai un vol à gérer dans moins de 02 heures ! 

J’étais en colère contre lui… C’est quoi ce genre de bêtises ? 

Yul : » Écoutez Tomiwa, cette compagnie est une entreprise très bien cotée sur le marché. Nous traitons avec les plus grands actionnaires du monde entier, nous sommes en partenariat avec de grandes entreprises et en accord avec de nombreuses compagnies aériennes. 

« Tu sais à quel point il est difficile pour une compagnie aérienne africaine d’avoir un tel partenariat et de tels accords, même si l’IATA les réglemente et donne l’autorisation dès la signature de la licence d’opérer, c’est pas évident. » 

« Tu sais aussi que tout ce qui est écrit sur les documents n’est pas toujours appliqué sur le terrain. » 

« T’es-tu déjà demander d’où provenaient tous les nouveaux avions et équipements neufs que nous avons dans notre flotte ? 

Moi : « hein… parce que sûrement vous avez pris un prêt ou demandé un fonds à certaines banques à Lagos… » lui ai-je répondu. 

Yul : « T’es-tu déjà demandé comment nous sommes arrivés à ouvrir 15 stations les unes après les autres en moins de 06 mois ? T’es-tu déjà demandé pourquoi les agences gouvernementales nous ont accordé le statut de compagnie aérienne gouvernementale alors que nous sommes qu’une entreprise privée ? » 

Moi : « Ecoute, Yul, ce n’est pas ma putain d’affaire. Crache le morceau et laisse-moi partir » 

Il ne m’a pas entendu et a continué. 

Yul : « Tout cela parce que nous sommes membre du plus grand cartel de l’industrie auquel vous puissiez penser. Nous avons une charte contenant des closes inconnues aux employées hormis ceux qui occupent un poste de grade P ou G. » 

« Dès que vous signez votre contrat pour le poste en question, ils vous font signer les documents faisant référence à la charte du cartel. » 

« Que cela vous plaise ou non, vous rejoignez le groupe. Vous n’êtes pas obligé de donner votre avis. Ils pensent qu’en signant les documents, vous les avez lus alors qu’on sait que les gens n’ont pas le temps de les lire car ils signent sur place. 

Moi : « Waouh ! » 

C’était la seule chose qui pouvait sortir de ma bouche à ce moment-là. 

J’étais nerveuse et mon énervement se transforma en peur à ce moment… Je me demandais pourquoi il me disait toutes ces choses. Je voulais comprendre la relation entre mon désir de l’offre et le fait qu’il ne voulait pas que j’obtienne cet emploi. 

Comment a-t-il appris tout cela, pour qu’il occupe ce poste dans l’entreprise, j’ai tout de suite conclu qu’il était également membre de la soi-disant C.A.R.T.E.L. 

Je me suis soudainement levé de ses jambes. Je voulais aller à la salle de bain, mais il m’attrapa par bras et m’e ramena à lui. Il me teint ensuite le visage avec ses mains et m’embrassa sur le front. 

Yul : » Je sais que tu as un million de questions, mais avant de continuer…. Il est allé chercher un verre d’eau et me donna ensuite des comprimés. 

« Bois ça… ta tête te fait mal. 

J’ai secoué la tête pour dire oui. J’ai pris le verre et je l’ai regardé comme si j’avais peur qu’il me donne quelque chose d’étrange. 

Yul me montrant le paquet de paracétamol : « Ce n’est pas de la drogue, rien d’autre que du paracétamol, crois-moi Tomiwa, 

Yul se pencha près de moi, son souffle chatouillant mon cou, et dit : 

« Je ne veux pas te faire de mal. Je te protégerai et je pourvoirai à tout ce qui est en mon pouvoir pour toi dans votre vie ; Je prendrai soin de toi et je t’aimerai comme aucun autre homme ne l’ai jamais fait pour toi. 

« Je serai là pour nous à tout moment. » 

Moi : « Tu es basé à Lagos ? Comment cela serait-il possible ? » Je lui ai demandé. 

Yul : « Tout est possible si seulement tu crois. » 

Les lèvres de Yul se sont soudain écrasées sur les miennes alors qu’il tenait ma taille. Il ne m’a pas laissé le temps de répondre ou d’y réfléchir. Il possédait ma bouche. 

Automatiquement, j’enroulai mes mains autour de son cou. Il me souleva et j’enroula mes jambes autour de sa taille. En me soulevant, il me mit contre la porte. 

Puis il mit sa main sous ma robe, saisissant de l’autre main mon sein droit. Il quitta ma poitrine, descendit, tirant sur ma culotte. 

Je savais que j’étais mouillé comme jamais. Il frotta mes parties intimes. 

Moi : « hmmm mmmm……..Yul, » je gémissais à haute voix…. Hmmm le gout. 

Yul : « Bébé » 

Moi : « Arrête ; Je suis très en retard et je manque de temps maintenant. 

Il me remit sur mes pieds en hochant la tête. Pas question que je fasse les choses d’impolis… lol,  pas maintenant. J’ai un vol à gérer dans peu de temps. 

*************** 

Yul me déposa devant chez moi à 08h15. Le bus était déjà passé. Ils m’ont appelé quand nous étions en route pour Sacré Cœur 3 et je leur ai dit de me devancer et que je les retrouverais au bureau. 

Je pris mes chaussures en main : « Bye Yul ! dis-je en lui donnant un baisé sur la joue. C’est tout ce que j’aurais pu faire. Il le méritait, du moins pensais-je. Je ne sais pas pourquoi je me sentais comme ça. Mais j’étais contente de l’avoir embrassé. 

« Au revoir. » Il souleva mon menton et me donna un baisé à son tour mais cette fois sur les lèvres. Puis il me fit un clin d’œil. Je ne peux pas vous dire le nombre de papillons qui battait dans mon bat ventre. 

Yul : » Bébé, réfléchis à ce que je t’ai dit à l’hôtel. Oublie cette position ; c’est pour ton bien. 

Moi : Tu es avec eux ? 

Yul :  » Non  » 

Moi :  » alors comment ça se fait ?  » 

Yul : « un jour, tu comprendras. » 

Je descendis de la voiture et j’entrai chez moi. 

Terry et Dominique dormaient toujours. Alors je suis directement allé dans ma chambre, j’ai pris ma douche, je me suis habillé, je me suis maquillé, j’ai mis mon parfum Diesel femme, puis j’ai sauté dans le premier Taxi que j’ai arrêté. 

J’ai pris la peine de ne pas discuter le tarif du trajet jusqu’à l’aéroport. Je n’avais pas ce temps à perdre. 

Dès que je suis arrivé à l’aéroport, je payai le taximan et alla directement au bureau. M. Moyosore n’était pas dans son bureau, mais par contre j’étais surprise de voir ses deux discuter comme des amoureux : Yul et Aminata qui riaient l’un contre l’autre en se faisant des blagues. 

Que diable faisaient-ils ensemble ? Dès qu’ils constatèrent que quelqu’un venait de rentrer dans le bureau, ils s’écartèrent l’un de l’autre.  Il fit comme si de rien n’était. Ce qui m’attrista le plus était le fait de le voir se comporter comme si rien ne s’était passé entre nous il y avait à peine trois heures de temps. 

Je brûlais en moi. Je pense que ma température était montée à 40′. Je me suis tranquillement assise, j’ai allumé mon ordinateur et j’ai ouvert l’écran d’Amadeus pour voir si Accra m’avait déjà envoyé le *PNL*, la liste des passagers et j’ouvris aussi mon courriel Outlook pour voir le *Close Out*. 

Quelques minutes plus tard, « M. Je savais tout ». Quoi ? Laisse-moi tranquille. Ouais j’ai commencé à le rappeler comme ça. J’étais *furax* énervé comme pas possible. 

Aminata s’est retournée vers moi et m’a salué. 

Aminata : « Bonjour K-T. On dit quoi ? Nous sommes passés chez toi, mais tu n’étais pas chez toi. Elle tourna ensuite son regard vers  Yul, elle lui dit : Je pense qu’elle n’était pas avec toi… » 

Yul n’a rien dit. Il sourit plutôt en me regardant. Il s’est levé et nous a dit qu’il allait retrouver M. Moyosore. 

Moi : « Et qu’est-ce que c’était ce petit échauffement que voulait faire devant Yul ? Demandai-je à Aminata. 

Aminata : Quoi ? Ecoute ! Je voulais vraiment que tu me fasses le topo avec  Yul, mais je me rends compte que tu le veux aussi. OK ! D’ACCORD ! Donc, à compter de maintenant, je te considère comme ma rivale. Tu n’es pas une bonne fille. 

« Je pensais que nous étions des amies. Mais non, tu m’as trahi, et je ne te laisserai pas l’avoir parce que je le veux aussi et ça tu le sais très bien. Et si vous voulez m’essayer, vous me trouvez sur le chemin, toi et toutes ses autres filles de l’aéroport la qui le tournent autour. Tu crois que je ne sais pas que tu étais avec lui, je t’ai appelé et tu n’as pas répondu… » 

Elle se leva, prit son dossier, son badge et son gilet de sécurité et sortit du bureau en claquant la porte. 

Putain !!!! Une grosse merde !!!! 

Oh! Oh! J’ai été très surprise de sa réaction. Je me demandais dans quelle merde tu t’es mises K-T. Regardez – moi ça ! 

On n’a même pas encore commencé à sortir ensemble que les problèmes sont déjà pointés à la porte. 

Tchouoooo! 

Pardon dites-moi d’abords, vous voyez tout ça comment ? 

Je fonce ou pas ? 

******* 

Je veux des likes et commentaires   

Suivez-moi sur 

Facebook @storyoftomiwa 

Instagram @thestoryoftomiwa »