CHAPTER 7: TEASING ME

Hiya dear readers!

I hope you guys are enjoying the story ! I have been generous with you guys lately these days right ! and I am giving you another chapter today.

Oya clap for me, dance for me, like and comment…….

****************

Yul and I got to the hotel around 15 mins later after leaving the nightclub; we entered the room. He put on the A/C and the T.V. I sat on the chair, and he went to take his shower.

Can you imagine! He could not even offer me a drink or ask me if I wanted something to drink or eat. Don’t mind me o. I don’t think I could have taken more drinks at this point. Immediately he entered the bathroom; I laid down on the bed.

Before I knew it, I slept off deeply.


I woke up that Sunday morning at about 06.00 am with one excruciating headache. I looked around and at first, I did not recognize the room in which I found myself.

Simultaneously, I felt strong arms around me that gave me gentle warmth that soothed me while we were still under the air conditioner.

It was just then I remembered where I was. Lagoon Hotel, room n°A32LII of Mr. EKEH Yul Peter.

Ohh shit!!!! What the FK was I still doing here? What the FK went down yesterday? My head was paining me more and more again. I needed some paracetamol…

Immediately I stood up. I turned back and found out that Yul was already awake.

Me:” why didn’t you wake me up?” I asked him while I was touching myself to see if I was not naked.

Yul smirked. This guy was so cute…. Oh my God! Huh, what am I thinking about! K-T, you need to get out of this room if you don’t want trouble. I was thinking.

Yul:” Calm down, my dear! I did not do anything that will embarrass me not to talk of you.”

Me: 0_0………….

Yul also stood up and came right in front of me.

Yul:” Tomiwa” this was the first time he did not cut my name nor call me babe Machin chose la. It means that the things he wants to tell me were very important. Here me out, ok! I’ll not stay long; the time does not permit me anymore.

He kept quiet for a few seconds and then said: “I like you, and I want you in my life. I want you to be mine and me yours.”

“I fell in love with you from the very first day I saw you, and I’ve never stopped thinking about you. Remember… my trip to Dakar started immediately after the day you came for your interview to Lagos, right?”

I said “yes.” wait a minute! what did he just say? he is actually in love with me since that very day we met in Lagos? Well, let him finish his story. we will talk about that love part later.

Yul:” I’ve planned since then to be part of any Dakar mission, whether my work was directly related to it or not.

Me:” Why?” Hum K-T, what kind of question is that? Laughing at myself, true, the thing is that I didn’t even know what to say.

Yul: ”Because you are… he was saying that while getting closer and much closer to me…. Because you are… He sat down and put me on his thighs… hum… Because you are the one who makes my heart beating!… He laughed and touched my nose!!!!

Was this man serious? Or he just wanted to play with my senses. As if he doesn’t know that I have to be at the airport by 9 am.

Yul on a more serious note:” Let me tell you something. The main reason why I blocked your application is that the position is a sensitive one and I don’t think you are prepared enough to handle it.

Me: “What are you talking about? Here we come again. Just come straight to the point, and let me get out of this place. I have a flight to handle in less than 02 f**king hours from now”

I was getting angry. What kind of nonsense is this?

Yul:” Listen Tomiwa, This Company is a very well-listed firm within the aviation industry in Nigeria. We are dealing with top people all around the world we are in partnership with big firms and agreement with a lot of Airlines worldwide.

“You know very well how difficult it is for an African Airline to have such partnerships and agreements, even though IATA regulates it and gives the authorization immediately the license is signed.”

“You also know that everything written on the documents is not always applied on the field.“

“Have you ever asked yourself where we got all the brand new tear rubber planes and equipment from?

Me: “huh… because surely you may have requested a loan from some banks…I guess ” I answered him.

Yul: ” Have you ever asked yourself how come we got to open 15 stations one after the other under 06 months? Have you ever asked yourself why Government agencies gave us the status of a Government airline when we know we are a private airline company?”

Me: “Look, Yul, that is not my f**king business.”

He did not hear me and continued.

Yul: “All because we are a member of the biggest Aviation Cartel you can ever think of. We have a charter containing closes that are unknown to employees except those who occupy a post at the P or G grade.”

“As soon as you sign your contract for the position, they make you sign the documents referring to the cartel charter.”

“You join the group whether you like it or not. You don’t have to give your opinion. They believe that by signing the documents, you have read them when we know that people don’t have time to read them because they sign on the spot.”

Me: “Wow!” That the only thing that could have come out of my mouth I that particular moment.

I was as nervous as f**k right now… I was wondering why he was telling me all these things. I wanted to figure out the relation between me wanting the offer and the fact that he did not want me to get that job.

To know all this, for him to have that position in the company, I concluded immediately that he was also a member of the so-called C.A.R.T.E.L.

I suddenly stood up from his legs. I wanted to go to the bathroom, but he grabbed my arm and drew me back to him. He held me with his hands and kissed me on my forehead then sat me on the bed.

Yul:” I know you have one million questions, but take this first…. He went to take a glass, put water in it, and gave me some tablets.

Drink this… your head is paining you. he said giving me the pack of tablets.

I shook my head to say yes. I took the glass and looked at him as if I was scared that he was giving me something unfamiliar.

Yul showing me the box of paracetamol: “It is drugs, nothing else, trust me Tomiwa. Yul leaned over close to me, his breath tickling my neck, and said:

“ I don’t want to hurt you, nor do you wrong. I’ll protect you, and I’ll provide anything affordable for me in your life; I’ll care and love you like any other man as never done for you.” “I’ll be there for you at all times.”

Me: “You been in Lagos? How would that be?” I asked him.

Yul:” Anything is possible if only you believe.”

Yul’s lips suddenly crushed into mines as he held my waist. He gave me no time to answer or think about that. He possessed my mouth.

Automatically I wrapped my hands around his neck. He wrapped my legs around his waist, lifting me and banging me against the door.

Then he put his hand up my dress, grabbing with the other hand my right breast. He left my breast, went down, tugging at my panties.

I knew I was wet as f**k. He rubbed my clit.

Me: “ hmmm mmmm……..Yul,” I moaned.

Yul: “Babe”

Me: “Stop; I am getting very late and running out of time now.”

He let me down, nodding his head.

What? I can see your big eyes opening now, you readers. What do you think! No way I’m not going to do it. I have a flight to handle soon.


Yul dropped me in front of my house at quarter past 08 am. The bus from the company that came to pick me up had already left. The driver called me while we were on our way to Sacré Coeur 3 and I told them to go and that I’ll meet them at the office.

I picked my shoes up: “Bye Yul!” I said, kissing his cheek. That all I could have done. He deserved it, at least was I thinking. I don’t know why I was feeling like that.

“Bye.” He lifted my chin, kissing my leaps softly. Then he winked. I can’t say I didn’t feel any sparks.

Yul:” Babe, consider what I told you at the hotel. Forget about this position; it is for your good.” he said

Me: Are you with them?” I was curious to find out about his position among the so-called CARTEL.

Yul:” No”

Me:” so how come?….” I was surprised by his answer.

Yul:” one day, you will understand.”

I went down from the car and entered my house.

Terry and Dominique were still asleep. So I went straight to my room, took my shower, dressed up, makeup, put on my Diesel Feminine, and then jumped into the first Taxi I stopped.

I bothered not to price the journey to the airport.

As soon as I got to the airport, I paid the Taximan and went straight to the office. Mr. Moyosore was not in the office, but I met them: Yul and Aminata playing and cracking jokes.

What the hell were they doing together? He did as if nothing just happened few hours before between him and me.

I was burning inside me. I think my temperature rose to 40’. I gently sat down and put my computer on and opened Amadeus’s screen to see if Accra had sent me the PNL and my Outlook mail for the Close-Out.

It was a few minutes later that “Mr. I sabi everything” what? Leave me alone. Yeah, I resumed calling him that nickname because I was not happy. Yul And Aminata turned back to face me then greeted me.

Aminata fairly speaks English so anytime she speaks with an English person, she mixes a lot with French. The thing is that our CM always imposes us to speak English even among us. But the Senegalese staffs we have are so against the rule saying we are not in an English-speaking country.

Me, I know the reason. It is because they like to use Wolof (local Senegalese language) everywhere they are. I like that rule. I don’t speak Wolof so I am comfortable speaking English all day.

Aminata: “Bonjour K-T. How do you do today? We came to carry you, but you were not at your house.” Looking at Yul, she said to him; I think she was not with you …”

Yul did not say Anything but smirked, looking at me. He stood up and told us he is going to meet Mr. Moyosore.

Me:” And what was that just now?” I asked Aminata.

Aminata:” What? Listen! I wanted you to help me with Yul, but I see that you want him too. OK! So, Now, I know that you and I are rivals. You are not a good girl.” she said pointing her finger at me.

“I thought we were friends. But no, you betrayed me, and I will not let you have him because I also want him. And if you want to try me, you will find me on your way. You think I don’t know you were with him, I called you and you did not answer…”

She stood up, took her file, badge, and security jersey, and went out banging the door.

Bulshit!!!! Big one sh*t!!!!

Oh! Oh! I was surprised she spoke to me in that manner.


Here we go guys with a new Chapter. Please like, comment and share.

See me see wahala o !

In what kind of shit am I finding myself into.

See me see wahala ooo!!!

Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa

CHAPITRE 6: IMPRÉVU

Salut la team! Le weekend était très ensoleillé ☀️

Cool …. J’espère que vous vous ètes bien reposé. Un nouveau chapitre de votre chronique préférée est fin prêt 🥰.

Et hop c’est publié!!!!

Je veux des like 👍🏼 et des commentaires 👏👏👏

L’histoire devient intéressante entre Yul et Tomiwa 🥰. Mais qu’est ce qu’il cache?

Allez-y lire !

⚜⚜⚜⚜

Après la formation, comme d’habitude, quand Yul est là, nous avons au programme une sortie. Soit d’aller en boîte de nuit pour l’équipe de l’aéroport ou d’aller au resto.

Aminata a immédiatement suggéré que nous allions à la boîte de nuit GOLDEN au «point E». Tout le monde était d’accord. Nous avons décidé de nous rencontrer directement au club, et Yul était censé venir directement de son hôtel avec son chauffeur.

Vers minuit, j’attendais l’appel de Yul parce que quand nous avons quitté le bureau, il m’avait envoyé un SMS disant  » bébé prépare-toi, à minuit je viens te chercher si ça ne te dérange pas « .

Vers minuit 30, il m’a finalement appelé en me disant qu’il ne pouvait plus venir car il devait être quelque part urgement et nous nous retrouverons à la discothèque TOP 10 au lieu de Golden.

Sérieusement, j’étais larguée… choqué quoi. Je n’en croyais pas mes yeux. Où est-ce que Yul pouvait se rendre ici à Dakar pour avoir un rendez-vous soudain? Connaît-il des gens ici ? Non…. seulement le personnel de notre compagnie… donc ça sonnait bizarre pour moi. Et pourquoi ce brusque changement de lieu ? C’était Golden et maintenant c’est TOP 10 la boite de nuit où on devait aller ? trop de questions juste à cause d’un seul homme…

Eh bien, ce n’était pas mon problème. Je suis arrivée en boite vers 2h30 du matin. Je savais qu’il me fallait du temps pour me préparer. Quand je suis arrivée, il y avait beaucoup de monde à tout les coins.

Certains me jetaient des regards mortels et d’autre des sourires. La boite était déjà plein à craquer. Mais ce n’est pas comme si j’avais remarqué ou reconnu quelqu’un.

Je suis rentrée et j’ai commencé à regarder autour de moi. Je n’ai pas eu à chercher longtemps car je les ai juste vus coller l’un à l’autre en dansant : Yul et Aminata.

Je savais qu’un jour il tomberait dans son piège. Hmm les Hommes … !!!!! Tous les mêmes… On ne peut jamais leur faire confiance.

Il me vit, et immédiatement, il se détacha d’elle comme s’il se reprochait d’avoir fait quelque chose de mal. Quel rigolo!

Yul embarrassée : » Hé babe, quoi de neuf ! Qu’est-ce qui t’a pris autant de temps?

Tomiwa agacé : « Rien. S’il te plaît, où est notre table? »

Yul : « Bien sûr ! » Il nous conduisit nous à la table. C’était la dernière table sur la droite en rentrant dans la boite. les gens ne pouvaient pas nous voir.

Je pris place ey me servi un verre Smirnoff grenade.

Tous mes collegues étaient présent comme d’habitudes. Ça rigolait ici et lá. Les bouteilles se vidaient en éclair. Yul avait dépensé ce jour plus d’un million de Fcfa.

Après un certain temps, nous sommes tous allés danser. Vers 4h30 du matin, le Dj n’était qui n’était pas si bon que ça à mon gout avait mis mon son préféré qui m’a fait perdre le contrôle, lol.

J’ai commencé mon show. Avec les quelques bouteilles de Smirnoff que j’avais bues, j’étais déjà pleine, ivre et j’ai commencé à faire ma danse sensuelle et sexy. Ce n’était pas du strip-tease. Il y avait une scène dans un coin de la piste que j’avais capté. Je décida alors de faire mon show sur la scène.

Les hommes se léchaient les lèvres et les filles me lançaient des regards noirs ; sérieusement, j’étais d’humeur à danser. Je m’en foutais du reste. Mais il y avait quelqu’un que j’avais remarqué en particulier.

C’était YUL.

Il était sexy. Son allure, son regard, ses sourcils taillés et même sa boucle d’oreille en diamant me donnaient des frissons au ventre. Il me regardait trop intensément.

Quand je descendis de scène, Yul est vint et m’attraper par bras. « Je veux une danse, douce dame » Il se pencha plus près, il était à quelques centimètres ey chuchota dans mes oreilles avec une voix sexy.

Il m’attira près de lui. Son parfum me rentrait dans la tête comme une drogue, et nous avons commencé à danser. C’était juste sensuelle. La danse était si intense, que je pouvais sentir son membre dur toucher mes fesses. Je souri.

Il m’a demandé de le suivre. On quitta la boite sans dire au revoir aux autres. Je priais au fond de moi pour être forte et ne pas tomber dans sa tentation. Mon corps voulait être dans sa chambre d’hôtel en ce moment, mais mon esprit disait non.

Quel dilemme !

Vous savez qu’il est toujours difficile de faire un choix intelligent et avec objectivité dans ce genre de situation.

Quand nous sommes arrivés devant sa voiture, Aminata était là, présente à squater.

Aminata furieuse : « Yul ! Heinnn c’est comme ça c’est ça? Comment pouvez-vous simplement vouloir partir comme ça sans nous faire signe !?

Aminata voulait devenir folle… pfff je m’en foutais. C’était son problème. Elle était furieuse.

Sincèrement, cette fille me faisait chier. Elle commençait à me taper sur les oreilles. Nous n’avons pas de problème particulier entre nous mais je commençais à remarquer qu’elle agissait toujours étrangement chaque fois que Yul était là comme si elle voulait me prouver qu’elle n’avait plus besoin de mon aide pour avoir un rendez-vous avec lui. Mais à vrai dire, je m’en foutais.

Yul: « Désolé ma chérie! Vous étiez tous tellement concentrés sur la piste que nous n’avons pas pris la peine de vous le faire savoir. Ne t’ inquiétez pas, avant de partir ce soir, je t’appellerai. » Et il l’embrassa sur la joue.

Oh le salaud ! Elle était toute contente de la bise du gars comme une petite fille qui viennait de recevoir un bonbon.

Fille facile va !

Yul ouvrit sa voiture et vint ouvris la portière passger pour que je m’installe. J’entrai et, envoya un « à demain » d’une voix à peine audible et sèche à Aminata.

Elle ne me répondit même pas. En tout cas c’était le cadet de mes soucis.

Une fois en route pour je ne savait où, Yul mit la radio et le son KPOM LOVE GI était la première chanson qui commença à jouer. Je me demandais où était son chauffeur.

Tomiwa : « Où est ton chauffeur, Yul ? »je demanda inteigué

Yul : « Je l’ai libéré parce que je savais que j’aurais une autre personne qui me montrerait le chemin. »

Moi : « Hum. »

Yul : « Tu ne demandes pas qui est cette personne ?

Moi : « Pas besoin. Je pense que j’ai ma petite idée de la personne ».

Certainement, oh ouais, je savais qui était la personne, et c’était moi. Yul conduisait comme s’il connaissait la ville. J’étais surprise par une telle confiance. Habituellement, chaque fois qu’il vient ici, il ne reste pas plus de trois jours. Cette fois-ci, sa mission était plus longue que d’habitude à cause de la formation qu’il nous avait donné.

Je ne savais pas ce qu’il faisait ou les endroits qu’il fréquentait à chaque fois qu’il est à Dakar sauf pendant l’heure du déjeuner et sauf le dernier jour où il nous emmène en boite d’ou ma surprise.

Je remarqua que nous dépassions le chemin de ma maison, et nous nous dirigions petit à petit vers son hôtel au Plateau. Je savais qu’il était à l’hôtel Lagon parce que je l’avait entendu dire en parlant au téléphone un jour au restaurant.

Moi : « Yul, où m’emmènes-tu ? »

Yul : « Tu viens avec moi à l’ hôtel. Rappelle toi tu m’avais promis un rendez vous… juste pour parler et que je t’explique… Tu as promis à Lagos de m’accorder un seul rendez-vous pour parler.

Moi : « Et qui t’a dit que je voulais te suivre là-bas ? Ne sais-tu pas que j’ai un vol à préparer? J’ai déjà rater l’église à cause de cette sortie. J’ai besoin de repos pour être en forme pendant l’opération du vol.

Yul : « Ne t’inquiète pas, on va parler seulement » Après avoir dit ça Il n’ajouta plus un autre mot.

Malgrés mon état d’ivresse, je savais ce que je faisais. Mon cœur s’est mis à battre vite. Pas parce que j’avais peur de lui ou de quoi que ce soit, même s’il était un collègue pour moi.

Mais mon coeur commença à battre la chamade parce que moi et lui dans une chambre !!!

Hummmmmmmmmmm…

Je rompu avec mon denier gars il y a six mois. Depuis, je n’ai plus eu de relations sexuelles. La raison de mon long célibat aussi est que j’ai beaucoup voyagé. Je n’ai pas le temps de sortir m’amuaer du coup j’ai pas le temps pour ça. Donc lalala ça va chauffer. Lol

Nous sommes arrivés à l’hôtel environ 15 minutes plus tard. Quand nous rentra dams sa chambre, il alluma la clim et la télé et ensuite alla prendre une douche.

Je m’assoupi sur l’un des fauteuil. Dès qu’il ferma la porte de la salle de bain, j’alla m’allonger sur le lit.

Deux secondes plus tard, je m’endormis profondément.

⚜⚜⚜⚜

🤣🤣🤣🤣 nonnnn mais Tomiwa c’est une fausse fille quoi. Elle s’est endormi sans même donner la chance à Yul de s’expliquer.

Allé à vos plumes

« Liker, commenter et partager-

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa

CHAPTER 6 : LAST MINUTE

 Hiya here !

I hope you guys had a nice week. 🌼

Mine was very busy but enjoyed it. We’re in summer now 🎉🦋💙.

Now I want likes and comments. The story is getting very interesting 🤗

This is a fictional story copyrighted. Please do not joke with my stuff😎

⚜⚜⚜⚜⚜⚜

After all the training, as usual, when Yul is around, we decided to go to a nightclub with the airport staff.  Aminata immediately suggested we go to GOLDEN night club at “point E.”

 Everybody agreed. We decided to directly meet at the club, and Yul was supposed to come from his hotel with his driver.

 Around midnight I was expecting Yul’s call because when we left the office, he sent me an SMS saying ” babe get ready at midnight, am coming to pick you up if you don’t mind.”

 Of course, i was not minding my business to stay at home and peacefully enjoy my weekend. No, i was excited to go out with him but still did not want to show it and accepting that i was falling in love with him. We women, at time we just don’t know what we want, right ☺️

Around 12.30 am, he finally called me saying he could no longer come pick me up because he had to be somewhere. A last minute and urgent meeting came up and told me , we will meet at the nightclub TOP 10 either.

 Do you guys believe him? Me, I don’t because where can he urgently go to here in Dakar? Does he know people here? No…. only staff so? And why the sudden change of venue? It was Golden and now it’s TOP 10 club where we’re going ? too many questions just because of one man…

 Well, that’s not my problem.. I got to the club around 2.30 am. I knew it took me time to get ready. When I arrived, a lot of people were all over the place. Some gave me deadly glares and some smiles. The club was already packed. But it is not like I noticed or recognize anybody.

 I entered and started looking around. I did not have to search for long because I just saw them stick to each other dancing: Yul and Aminata.

 I knew that one day he would fall into her trap.

 Men … !!!!! All the same, and they can never be trusted. He saw me, and immediately, he turned away from her as if he blamed himself for doing something bad.

 Yul embarrassed:  “Hey babe, what’s up! What took you so long?

Tomiwa annoyed: “Nothing. Please can you show me the table?”

 Yul: “Sure!”

We went straight to the table. It was the last table on your right when we entered in the club. A place where people could not see us. The place was full. I started drinking my Smirnoff Pomegranate…

 After some time we all went dancing.  Around 4.30 am, The Dj was not that good, but he put on one track that made me go out of control. The Smirnoff was now getting me befuddled.

 I started my show. With the few Smirnoff bottles I drank, I was drunk and started a very sexy dance (it was not like those striptease girls, please please don’t carry my name in your mouth o).  There was a stage in one corner just for those who wanted to dance and have fun.

 How high was I? Guys, I cannot tell you, but I just found myself on the stage. As soon as I got there, I saw boys licked their lips and girls’ giving me glares; seriously, I was in the mood to dance. 

 But there was someone I noticed in particular, who licked his lips also. It was YUL.

 He was suddenly looking more than sexy in my eyes. His swag was on point, and his slit eyebrow, which I think he just did, turned me on so did the gold diamond in his ear. He was staring at me just so too intensively. 

 When I was getting off the stage, Yul came and grabbed my arm.  “I want a dance, sweet lady” He leaned closer, so he was inches away as he whispered in my ears with a sexy voice. He held out his hand, and I took it.

 He pulled me close to him. His perfume was getting into my head like a drug, and we started dancing together.  It was just sexy. I was “twerking,” we were grinding, you name it as you like, we were only moving to the beat.

Butterflies 🦋🦋 were all over my stomac.

The dance was so intensive, and I knew it because I could feel his hard member touching my ass. I smirked. Then he asked me to follow him.

 I was praying within me to be strong enough not to fall into this temptation. My body wanted to be in his hotel room right now, but my mind was saying no.

 What a dilemma!

You guys know that it is always hard to make a smart choice with objectivity in this kind of situation.  When we got in front of his car, I just noticed Aminata standing and waitingfor who? Only Gid knows.

 Aminata annoyed: “Yul! How can you guys just want to leave like that without telling us.”

Aminata wanted to go crazy… pfff I did not care a damn. That was her problem. She was furious.

pfff… that girl pisses me off.

 We don’t have any particular problem with each other, but I noticed that she always acts strange anytime Yul is around as if she wants to prove to me that she does no longer need my help anymore to get an arrangement date with him.

 But truthfully speaking, I was not interested in making any arrangement for her. You and I know why.

 Yul answered as she was getting closer to us: “Sorry dear, but you guys were so concentrated on dancing that we didn’t bother to let you know. Don’t worry, before I leave this evening, I’ll give you a call.” And he kissed her on her cheek.

 Oh le salaud ! Oh my gosh!

She was happy for the kiss like a small girl who just received a sweet. Cheap girl!

 Yul opened his car with his automatic key. I entered and, I was telling Aminata “à demain” with a barely audible voice. She didn’t even dare to answer me, and that was the least of my business.

 He put on the radio and played good tracks, and KPOM LOVE GI was the first song that started playing.

 hmm

 I was wondering where his driver was,

 Tomiwa: “Where is your driver, Yul?”

 Yul: “I released him because I knew I’d get another person who will show me my way out.”

  Me: “Hum.”

Yul: “Are you not asking me who the person is?”

 Me: “No need. I think I have my little idea about the person”. Definitely, oh yeah, I knew who the person was, and it was me. This guy will never ceased to amaze me.

 Yul was driving as if he knew the town. I was a bit surprised with such confidence. Usually, each time he comes here, he does not stay more than three days. This time around, he stayed longer than the usual time because of the training course. I don’t know what he does each time he is in Dakar except during lunchtime and except on the last day when it takes us to club or to eat.

 I noticed that we passed the road to my house, and we were gradually heading towards his hotel in Plateau. I knew he was at Hotel Lagon because I heard him say that while talking on the phone one day at the restaurant.

 Tomiwa: “Yul, where are you taking me to?”

 Yul: “To my hotel, to talk. You promised in Lagos that you would allow me just one rendezvous to talk. » Is he for real? So what was he doing with during our lunch bresk then? This guy is seriously mad, I swear.

Tomiwa: “And who told you I wanted to follow you down there? Don’t you know I have a flight today? I have already miss church because of this outing. I need rest to be in good shape during the flight’s operation.”

 Yul: “Don’t worry, we’re gonna talk only” He did not say much after that.

 Even if I was a bit drunk, I knew what I was doing.

 My heart started beating fast. Not because I was afraid of him or anything, even though he was a colleague to me. But because me and him in a room!!! Hummmmmmmmmmm…

 I broke up from my last relationship six months ago. Since then, I had not sex. The reason also is because I traveled I lot. I don’t have time to socialize and i am not a fan of dating site so no time to look for a boyfriend.

 We got to the hotel 15 mins later after leaving the club. We entered in his room. He put the A/C and the TV on. I sat on the chair, and he went to take his shower.

 Can you imagine! He could not even offer me a drink or ask me if I wanted anything. Immediately he entered into the bathroom, I just laid down on the bed.

 Before I knew it, I slept off deeply.

⚜⚜⚜⚜⚜⚜⚜

 yayyyyy I am imagine your thoughts now 🤣🤣🌷🌷 that is it for the day.

« Please Like, Comment and Share- what do you think will happen ? what do you think Yul wants to talk about?

He has a strange behaviour right?

Comment and like please !!!

Follow me on

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa »

CHAPITRE 5: ES-TU SÉRIEUX LÀ?

Salut la team! 

Etes vous en forme pour cette semaine? Moi je le suis et je vous lance un chapitre aujourd'hui 🤗🌼🌷

Le deuxieme s'en viendra Jeudi. Restez connecté👍🏼

******

M. Moy, notre repésentant nous avait réunit tôt ce matin à cause de la formation qui était programmée et qui devait être donnée par Yul. vous savez comment j'aime donner des surnoms aux gens, n'est ce pas? Et ben lui je l'avais rebaptisé "Mr Moy".

Mr Moy : " Nous aurons une brève réunion avec M. Yul Peter Ekeh, je ne vous l'ai pas dit avant, mais il est ici pour un formation programmée qui n'a été approuvée que vendredi après-midi dernier." Il explica.

Je sais maintenant pourquoi je n'étais pas au courant. Je quitta Dakar pour Lagos vendredi matin dernier et je n'avais même pas vérifié mon courriel quand je suis arrivé à Lagos. Le plus embêtant, c'est que Yul ne m'avait rien dit. Je sais que vous allez me dire qu'il voulait me parler mais j'ai rejeté ces avances oui. Il aurait toujours pû trouver une occasion de me le faire savoir.
Ma collègue Aminata par contre était heureuse de voir Yul. Non, le mot heureuse est trop faible pour qualifer son excitation quant à la présence de Yul à Dakar. Elle est aux anges. Elle n'arrète pas de me parlé de lui et me demande à chaque fois de lui faire le "topo" genre arranger un "rancart"..  un rendez-vous avec lui.

Yul :"Bonjour tout le monde, la raison de ma visite, comme M. Moyosore vient de le dire, est pour l'atelier de formation mais aussi, je profiterai de l'occasion pour rencontrer nos fournisseurs, les agences gouvernementales et nos sous traitants.

Aminata :"Bonjour, Monsieur Yul! Nous sommes tous treees ravis à chaque fois que vous ètes à Dakar." Elle traînait les lettres et tournait ses cheveux en prononçant ces mots. Signe de séduction.

Yul :"Mais pour l'instant, j'aimerais que nous évoquions quelques problèmes concernant votre station à savoir; les défis que nous rencontrons avec nis fournisseurs ici à l'aéroport, les services d'assistance au sol et tout autre problème quelconque.

La réunion commenca à 09h15 et n'avait pas pris fin avant 13h30.

J'étais plus que fatigué. Dieu merci pour le café ; je pris plus de tasses que d'habitude.

Pendant la pause, je décida d'aller déjeuner hors du bureau, car il n'y avait pas de vol. Je voulais juste m'éloigner du restaurant de l'aéroport.

Yul :" Hey Tomiwa ! Ça te dis d'aller déjeuner?! Ok on y va! , je veux que tu m'emmenes au fameux resto Nigerian" Ses propos ressemblaient plus à un ordre qu'à une requête.

Je savais qu'il me proposait cela devant mon CM, pour que je ne dise pas non. Il voulais un rendez vous pour s'expliquer. Et ben il l'aura. Et en plus, ça n'allait pas être long, que juste le temps de la pause déjeuner. mais je savais que la raison principale était qu'il voulait être avec moi.

Je voulais lui proposer d'y aller avec Aminata quand elle s'approcha de nous. Mais la façon dont il me regarda semblait dire, "n'ose même pas essayer de me suggérer cette fille"


J'accepta son offre, et nous nous en allâmes au restaurant d'Emeka à Médina. Tenez vous bien! Il avait une voiture et un chauffeur à sa disposition. S'il y a une chose qui me désole sur cette compagnie, C'est ce genre de chose. La gestion des ressources me rendait furax.

Chaque fois que quelqu'un venait en mission à Dakar, il louait toujours une voiture + un chauffeur.

Pour quelle raison? juste dépenser de l'argent quand nous savons que nous avons un bus et un chauffeur de disponibles. Je trouvais cela absurde!

Au restaurant d'Emeka.
Serveuse : " Bonjour Monsieur ! Bonne journée madame ! "

Nous : " bonjour!"

Serveuse : " Puis je prendre vos commandes "

Yul: "qu'est-ce que vous avez au menu ?"

Serveuse:" nous avons du riz jollof, de la soupe d'okra et de la soupe d'okazi avec des pattes de boeuf, du poulet, du poisson et de la farine.

Yul : hum… Je vais prendre de la soupe Okazi avec des pattes de boeuf et du Coca.
Tomiwa: s'il te plait donne moi du riz jollof et du poisson et du Fanta.

La serveuse nous ramena nos plats 15 minutes plus tard.

Moi : pourquoi ne m'as-tu pas dit qu'on aurait un rendez-vous ici à Dakar vendredi dernier quand on s'est vu ?

Yul : aha. Tu es drole ma chérie.

Regardez moi cet homme, je lui parle de quelque chose de sérieux, et il se moque de moi…

Tomiwa:" es-tu sérieux lá?"

Yul : Désolé, je voulais juste te détendre. Il y a trop de tension électrique entre toi et moi. Détens-toi, ma chère! Premièrement, je ne savais même pas que je serais présent à la fête de fin d'année à Lagos."

Tomiwa : "hum…"
Yul : "Je te dis la vérité. Je suis aérieux là. Ce jour-là, je venais d'arriver de Monrovia. J'y suis allé pour la même formation pour laquelle je suis venu ici, et je ne savais même pas que vous n'étiez pas au courant… J'avais un autre vol ce même jour pour Paris que j'ai dû annuler..."

Tomiwa : "peu importe !

Yul : "oublie le travail pour le moment… regarde, Tomi…"

Tomiwa : "WA !"

Yul : "ok TO.MI.WA… tu vois bébé, pourquoi te comportes-tu comme ça ? Pourquoi ne veux-tu pas me pardonner ?"

Moi : "n'ose même pas aller sur ce battement de *bébé avec moi*, après ce que tu m'as fait ! Tu savais à quel point je voulais ce poste. Ce n'est pas la première fois que vous venez ici à Dakar. J'ai travaillé comme une folle, pas de vacances, pas d'absences, pas d'autorisations de déplacement, de congés, missions / rarement en tout cas pourke boulot bien evidement, et tout ça…. Vous connaissez tous le travail que je fais ici. Alors pourquoi?" Alors là j'étais à bout.
Yul : "laisse moi te dire quelque chose…" il pris ma main dans les siennes. Oh les Naija aussi pouvaient être romantiques? Hmm je ne pensais pas...lol

Tomiwa :" J'en ai assez de toutes tes explications absurdes, tu comprends ! Pour vous, rien n'a été bien fait. Tous les rapports, manifestes de vol, etc.… devaient encore être re-examinés après chaque vol.

Yul : "vois-tu Tomiwa, je veux que tu sois parfaite dans ton travail. Le conseil d'administration considère Dakar comme une station très sensible. Il n'est pas facile de traiter avec le gouvernement et les agences aéronautiques ici. Les règles et procédures sont très compliquées dans les pays françophones. Nous avons besoin de quelqu'un comme toi, mais tu dois t'améliorer davantage dans ton travail. C'est pourquoi je devais juste mettre dans mes commentaires que t'es trop jeune pour le poste.
Il avait beau parlé, encore et encore cette fois. Mon esprit avait déjà transcendé. Je n'étais plus concentré sur ce qu'il essayait de m'expliquer. Je regardais ses levres. Et oui ... Quoi ? Ne me faites pas le bruit. Le gars est beau.

Je sais que vous allez me crier dessus. Mais quoi, Yul est un homme beau, plus grand que moi, sexy avec de beaux yeux. J'adore son teint de peau. Quand je le vois, mon cœur danse toujours AZONTO.

Mais je cache mes sentiments parce que je ne veux pas que les gens disent que je sors avec lui pour avoir le poste. Je ne suis pas ce genre de fille… obtenir une promotion couchée au travail n'était pas fait pour moi. C'est pas mon genre.

Je suis de celles qui se battent en fournissant des effort dans mes tâches pour obtenir ce dont j'ai droit et que j'aspire être bénéfique pour ma carriere.

Nous avons quitté le restaurant vers 15h15.

La formation s'est poursuivi le même jour jusqu'à 18 heures. Je suis rentré plus que fatigué. J'étais épuisé.

En rentrant, Je saluai Terry et Domi et allai directement dans mon lit.

Le lendemain, nous avions un vol, ce qui signifiait qu'aucune formation pour le personnel du bureau de l'aéroport n'était programmée mais uniquement le personnel de l'agence en ville au plateau. Nous avons trois vols par semaine, les mardis, jeudis et dimanches. Les autres jours de formation étaient donc le mercredi et le vendredi.

Ce vendredi, tout s'est bien passé jusqu'à la fin de la formation.

M. Moy :" Merci beaucoup, M. Ekeh pour vos efforts et cette formation. Nous l'apprécions et je tiens à vous assurer que nous ferons de notre mieux pour améliorer nos services.

Je suis ravi des commentaires du conseil d'administration concernant nos performances et notre évaluation. Nous avons fait un excellent travail et je tiens également à remercier toutes les personnes présentes ici.

Tous les efforts sont à vous, et nous pouvons voir l'augmentation de nos revenus et du nombre de passagers." Monsieur le CM fut un petit discours pour remercier Yul pour ses efforts.

Je l'avoue qu'il était très professionnel et compétent.

Après tout ça, comme d'habitude, quand Yul est là à Dakar, pour l'équipe de l'aéroport, nous allons toujours soit en boite de nuit, soit au resto. Cette fois-ci, nous avons décidé d'aller au night club.

Hum... si j'avais su ce qui devrai se passer, je ne serais pas allé avec eux...


***********


Et C'est tout pour aujourd'hui!


Veuillez aimer, commenter et partager-

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa"

CHAPTER 5: ARE YOU FOR REAL?

Hiyah guys!

Getting ready for the weekend? Here is a new chapter you’ll hopefully enjoy .

Let me know what you think about Yul attitude towards Tomiwa. Do you think he is being truthful giving her his reasons why he denied her that promotion?

Tomiwa is falling for him day by day … awww isn’t she cute ? Let me know what you think.

****** Here you go ******

Mr.Moy, our Country Manager, you know how I like to give names to people right?. Yeah our Country Manager’s nick name was Mr Moy. His name was so long to pronounce. So i decided to cut it short.

As soon as he got to the office, he called for a quick meeting.

Mr Moy: « we will have a brief meeting with Mr. Yul Peter Ekeh. I did not tell you this before, but he is here for a training that was a last minute plan approved last Friday afternoon by the board management.

Now I know why I am not aware of it. I left that Friday morning, and I did not even check my mails when I got to Lagos. The Groove was so intense over there. I forgot about work.

My colleague Aminata was excited about the fact that Yul was in town. She was happy to see Him. From the very first time he visited Dakar station, she had always told me she likes him and kept talking about him. She even told me at some point, to arrange a rendezvous between him and her. But nahhh I can’t do that.

Yul: « Good morning everybody, the reason for my visit, like Mr. Moyosore just said, is to train you guys.. »

Aminata: » Good morning, Sir! » She was dragging on the letters and turning her hair.


Yul: « But for now, I’ll like us to talk about some issues concerning your station’s Airport ground services. » He Continued ignoring her.

The meeting started at 09.15 am. The first part ended around 01.30 pm. I ate meetings.

I was more than fatigué. Thank God for the coffee that I took. I am not a coffee person but i had to take it more than usual.

During break time, I decided to go for lunch. Without flight on Mondays, that gave me room to have a proper break and got to eat. So, since no flight scheduled, I decided to go to the restaurant.

Yul: « hey Tomiwa! Are you going for lunch? » He asked.  » Please, I want you to take me to that your Naija restaurant… » Mr Moy was looking at us because we were just standing in from of his office.

I knew he just asked that question in front of Mr Moy , so I won’t refuse but I know something is up to. the main reason was to be with me. Abi I lie? * that’s a pidgin English* 🤷🏽‍♀️

I was about to suggest Aminata to him. The way he looked at me said it all. « don’t even dare trying suggesting that girl to take me to that place. » He murmured.

I gave up, and we went to Emeka restaurant in Medina. We entered in his car (he had a driver). That’s one thing about this company that was always making me upset.

Each time somebody was on a mission outside Lagos, they always had to rent a car and a driver.

For what? They were looking for all avenue to spend money anyhow when we know that we have a bus and driver available here. Nonsense!

At Emeka’s restaurant.

Waitress: “Good day Sir! Good day ma! “

We: “good day:”

Waitress: « wattin you wan chop! »

Yul: « wattin you get? »

Waitress: « we get jollof rice, okra soup and okazi soup with cow leg, and fish and farine. »

Yul: « hum… I go take Okazi soup with cow leg and Coke. »

I can’t say that I know Yul very well. But hearing him speaking pidgin English was surprising me. it was the first time I heard him speak pidgin English, which sounds strange in my ears.

Tomiwa: « please give jollof rice and fish and Fanta. »

The waitress left us and brought our food back 15mns later.

Tomiwa: « why didn’t you tell me we would have a meeting here in Dakar last Friday when we saw each other? »

Yul: « aha. Your English has improved. It definitely sounds better than my French, still making some mistakes though but you try. » He said making fun of me.

Look at this man, I am telling him about something serious, and he is laughing at me… Seriously?

Yul: » Sorry, I just wanted to lighten your mood. Relax, my dear! First, I didn’t even know I’ll be around for the end-of-year party at HQ. »

Tomiwa: « hum… »

Yul: » I am telling you the truth. That day I just arrived from Monrovia. I went there for the same training am gonne give you guys here, and I didn’t even know you were not aware… »

Tomiwa: « whatever! » He is so cute when he tries to explain himself for something he did not do. Awww

Yul: « forget about work for now… look, Tomi… »

Tomiwa: » What! » I shouted. The guys at the other tables turned looking at me.

Yul: » ok TO.MI.WA… see babe, why are you behaving like that? Why don’t you want to forgive me? » He asked.

Tomiwa: « after what you did to me! You knew how mad I wanted that position.
It is not the first time you have come to Dakar. I have been working like a mad person, no holiday, no permission, leave and all that…. You know the work and how stressfulit is… So why? »

Yul: « lets me tell you something… »

Tomiwa: » I had enough of all your nonsense explanations, you understand! For you, nothing was well done. All reports close out etc.… still had to be reviewed after each flight. Who does that? Micro-managing… I don’t… »

Yul: » see Tomiwa, I want you to be perfect at what you do. The board takes Dakar station as a very sensitive station. It’s not easy to deal with government office and aviation agencies here. Rules and procedures are very complicated in French countries. We need somebody like you, but you need to improve and be perfect at your work. That’s why I just had to put in my feedback that you are too young for the position. » He really narrated.

He was talked and going on and on. It became so long, I lost focus and concentrated on his lips. What’s?

I know you guys will shout at me. But mhennnn, Yul is a fine man, a little taller than me, sexy with beautiful eyes…. When I see him, my heart always dances AZONTO.

I hide my feelings because I don’t want people to say that I am dating him with him because of the position.

We left the restaurant around quarter to 3 pm.

The training continued that same day till 6 pm. I got home more than tired. I was sold out. I greeted Terry and Domi and went straight to my bed.

The next day we had a flight so no training for airport office staffs but only town office staffs. We have three flights per week, Tuesdays, Thursdays, and Sundays. So the other training days were Wednesday and Friday.

That Friday, everything went well till the end of the training.

Mr. « Moy: thank you very much, Mr. Ekeh for your effort, availability and for this training. We appreciate it, and I want to assure you that we will do our best to improve our services. I am thrilled with the board’s feedback concerning our performances and evaluation. We’ve done an excellent job and I also want to appreciate everyone present here. The efforts are all yours, and we can see the increase of our income and pax. »

When we were done at the office, we had an afterwork partyyyyy! As usual, when Yul was around, he was always taking all airport team somewhere around in town. Today we decided to go to club.

Hum… if I knew, I would not have gone with them…

Like 👍🏼

Comment ⌨

Share ✔

Follow me on Instagram 😊💃

@Thestoryoftomiwa

CHAPITRE 4: CONTRE MA VOLONTE

Bon weekend à tous….. Un nouvel épisode pour vous aujourd’hui😊

***

Je suis rentrée à la maison fatiguée et émotionnellement débordée. En ouvrant la porte d’entrée de mon appartement, ce que j’ai vu me choqua.

 Ma maison était sale et en désordre. C’était toujours la même chose à chaque fois que j’étais hors de la ville en mission. C’était mon grand défi avec les gens avec qui je vivais. Je vivais avec deux de mes cousins, Terry et Dominique ; ils étaient mes cadets ; les enfants de la sœur aînée de ma mère.

 Terry, le garçon, était le plus agé et était arrivé à Dakar un an avant Dominique, sa sœur cadette. Cela fait deux ans qu’il habite avec moi. Quant à sa sœur, cela fait un an maintenant qu’elle nous a rejoint.

 Quand ma mère m’a dit qu’ils venaient étudier au Sénégal, je n’étais pas enthousiaste à l’idée de les recevoir chez moi.

 Je suis le genre de fille qui aime ses habitudes et son environnement calme sans imposteur. J’ai ma routine, et je veux que personne ne vienne me déranger.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis toujours célibataire jusqu’à présent, et je ne reste pas plus de 06 mois dans une relation ; Je suppose que c’est en partie à cause de mes mauvaises manières. Je crois hein… oui je pense…

 J’ai immédiatement appelé ma mère. quoi ? Ne me dis même pas que je ne peux pas gérer mes problèmes toute seule sans appeler maman ! On se connaît ici.

Ma mère : « KT (c est le diminutif de Katreen, prononcé ketty, c’est le nom que ma mère aime toujours utiliser pour m’appeler) je ne pense pas que tu dois être si négatif et impoli avec eux », dit elle, se référant à mes cousins et c’était la même chose qu’elle me répétait à chaque fois depuis qu’elle m’avait annoncé qu’ils voulaient venir à Dakar. En fait avant l’arrivée de Terry à Dakar. Elle me demandait toujours de ne pas être supesticieuse.

 Moi : « Maman, toi et moi avons déjà discuté longtemps à ce sujet. Je pense que ce n’est plus une bonne idée de les garder chez moi. Tu sais très bien que ta sœur et moi ne sommes pas vraiment en bons termes et il n’y a rien à cacher à ce sujet. »

 Maman : « oui, KT, je sais, mais s’il te plaît, fais-le pour moi. Tu sais comment ma sœur va encore parler si tu mets ses enfants dehors, hors de chez toi. Elle dira sûrement ça à tout le monde ici comme elle le fait d’habitude chaque fois que nous avons une querelle. »

 Moi : « c’est pas grave, maman. Laisse! pour moi, elle peut aller parler à la lune si elle le souhaite. Cela m’est égal. »

Maman : « s’il te plait, ma chérie, fais-le pour moi… »

 Moi : « Maman, après tout ce qu’elle t’a fait subir ! »

 Maman :  » s’il te plait, KT, n’en parlons plus. C’est bon, et je sais que tu peux les gérer… »

 Moi : » hummm. »

 Ma mère, après cela, n’a rien dit d’autre et on changea de sujet. J’ai décidé de ne plus en parler moi aussi. Cela devenait épuisant de me plaire à chaque fois.

Et depuis la première fois que j’en ai discuté avec maman, j’avais accepté d’ acceuillir mes cousins chez moi avec la conviction qu’ils n’auront que 04 ou 05 ans ici à Dakar et après basta. Déhors !

J’ai aussi décidé de les traiter comme mes frères et sœurs. Notre défunt père nous disait toujours que :

« Les problèmes entre frères et sœurs dans une famille ne devraient pas affecter leurs enfants. Si j’ai un problème avec ma sœur ou mon frère, que cela prenne du temps à être résolu ou non, mes enfants ne devraient pas en faire partie, et ils devraient respectez toujours leur oncle ou leur tante. » Et ce sont ses propos qui furent en sortent que je puisse passer l’éponge sur certaines situations.

 C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de laisser tomber et de recevoir mes cousins dans ma maison.

 Moi, agacé : « TERRY, DOMI, O ÊTES-VOUS LES GARS ? »

Eux: ….

 Moi plus fort :  » TEEERRRYYY, DOOOOOMIIII ! C’EST QUOI TOUT CE BORDEL? » PUTIN DE MERDE ! MAIS VOUS ETES OU BON SENS ?

 Terry sorti le premier de sa chambre : « Oui YAYA KT ! » (dans mon pays le Gabon, on appelle nos ainés… grand frère ou grande sœur en mettant YAYA devant le prénom).

 Moi : « Combien de fois vais-je vous dire que je n’aime pas voir ma maison en désordre ? »

 Domi, suivie par une amie à elle, sortit de la cuisine : « Bonjour Yaya KT ! Désolé pour tout ça. On était sur le point de tout arranger. »

 Moi : « Et putain, qui vous a permis de faire la fête chez moi ce week-end ? Avant mon départ vendredi dernier, je vous avais bien dit que je ne voudrais pas voir de bordel à mon retour ! »

 

Eux : « oui c’est vrai Yaya KT ! »

 Moi : « alors ? Quelqu’un peut-il expliquer ce qui se passe ici?. Je ne continuerai pas à vous crier dessus tout le temps concernant cette maison. Nous sommes tous des adultes ici, et je veux aussi un peu de votre contribution. Nous avons une femme de ménage qui est la du lundi au Vendredi, donc de Grace, au moins les week-end, vous devriez essayer de vous comporter comme des adultes et non comme des enfants et faire votre part de ménage hein. »

 Eux : « Okay. D’accords ! »

 Imaginer moi ça?

 de grands garçons et filles comme ça qui se comportent comme des bébés. Je ne vais plus le tolérer. Après le voyage fatiguant que j’ai eu à cause de ce vol surbooké, je reviens à la maison pour affronter ce genre de merde. Absurdité! Quand je pense à ce qui s’est passé ce matin ! J’ai juste la migraine

 *************************************

 Lundi matin.

05h30

Je me suis réveilla très fatigué ce matin-là. Quelque chose d’inhabituel car je dors toujours à l’heure, tôt, pour être en parfaite forme le matin. Notre métier à l’aéroport nous oblige à être à 100% solide car c’est trop rapide.

 Après avoir pris mon bain, m’être maquillée, j’enfila mon uniforme. une mini robe verte avec un dessin africain autour du cou, des poches en avant. J’enfila mes chaussures, pris mon sac à main assorti vert, mis mon parfum 212VIP.

 J’étais prêtre pour le travail !

Le bus de la compagnie passsa me prendre à 08h00. le travail débutait à 09h00. mais nous devons également aller ramasser les autres membres du personnel.

 Voyager Airlines est une compagnie privée africaine appartenant à un homme d’affaires nigérian. Ils ont un bon standard professionnel, mais c’est simplement parce la majorité des dirigeants sont des blancs britanniques et australiens faisant parti du conseil d’administration de l’entreprise.

 Nous avons plus qu’assez de flotte et essayons de maintenir nos services à un bon niveau compétitif sur le marché mais ce n’est pas facile, la compétition est rude. Lol, c’est l’Afrique !

 Arrivé au bureau, après avoir déposé mon sac, je suis allée directement à la machine à café car je savais que la journée serait longue.

 

 Et c’est tout pour ce chapitre…. les choses sérieuses vont bientôt commencer dans la vie de Tomiwa.

Mais dites moi… qu’aurez-vous fait à la place Tomiwa face à l’attitude de sa tante et ses cousins?

 « likez👍🏼,

commenter …et

partager ✔

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @storyoftomiwa »

CHAPTER 4: AGAINST MY WILL

I got back home tired and emotionally overwhealmet . As I just opened the door, I was shocked by what I saw.

My house was dirty and messy. It was always the same thing each time I was out of town, i was always coming back to a dirty house.  That was my big challenge with the people I was living with. I was leaving with two of my cousins, Terry and Dominique; they were my junior cousins; my mother’s elder sister children.

Terry, the boy, was the first born and came to Dakar a year before Dominique, his younger sister. Its’ two years now that he has been living with me, as for his sister, it has been a year now that she joined us.

When my mum told me about them coming to study in Senegal, I was not enthusiastic about receiving them in my house.

I am the kind of girl who likes that her habits and quiet environment are not interfered into. I have my routine, and I don’t want anybody to come and disturb me.

One of the reasons I am still single up till now, and I don’t stay more than 06 months into relationships; I guess part of it is because of my bad manners. I guess… yes I think…

Immediately I called my mum. Please, Don’t even tell me that I cannot handle my problems alone without calling mumsy! We know each other here.

Mum: « KT (short name of Katreen, pronounced as ketty, that’s the name my mum always likes to call me) I don’t think you have to be so negative and rude with them, » she said, referring to my so called cousins and it was the same thing she was telling me each time ever since she announced me that they want to come to Dakar. Infact before the arrival of Terry in Dakar.

Tomiwa: « try and understand me mum. I don’t think it is a good idea to keep them in my house anymore. You know very well that we are not really in good term with your sister. We are trying to settle our problems but she is not helping it. And now her kids are just a mess and there is nothing to hide about it.

Mum:  « yes, KT, I know, but please do it for me. You know how my sister will talk again. She will surely say that to everybody as she used to do if you don’t accept them… that my child is in Dakar, and her children cannot live with her that we are family yet we treat her like a stranger. » She started begging me.

Tomiwa: « it does not matter, maman. Left for me, she can go to talk to the moon self if she likes. »

Mum: « KT! please, my dear, do it for me… » She pleaded. I hate it when I am asked to do something against my will.

Me: « Mum are you serious right now? After everything she did to you? » I was flabbergasted. My mum won’t change.

Mum: « please, KT, let’s not talk about it again. It is well, and I know you can handle them… »

Me: » hmmm.

My mum, after that, did not say anything else and changed the topic. I decided not to talk about it anymore too. 

And Since the first time I discussed that matter with my mum, I decided to receive my cousins in my home with the conviction that they have 04 or 05 years here in Dakar and after basta. Out!

I also decided to treat them like my brother and sister. Our late father used to tell us that:

« The problems brothers and sisters have in a family should not affect their children. If I have an issue with my sister or my brother, whether it takes time to be solved or not, my children should not be part of it, and they should always respect their uncle or aunt. »

That the reason I decided to let it go and receive my cousins in my house.

Tomiwa: « TERRY, DOMI, WHERE ARE YOU GUYS? » I shouted very loud expressing my anger.

Them: ….

Tomiwa louder: « TEEERRRYYY, DOOOOOMIIII! WHAT’S THE F IS ALL THIS? »

Terry came out first from his room: « Yes YAYA KT! « ( in my country Gabon, we call our senior brother or sister by putting YAYA in front of the first name)

Tomiwa: « how many times will I tell you guys that I don’t like my house in a mess? »

Domi, following behind by her friend, came out from the kitchen: « Good morning Yaya KT! Sorry about all this. We were about to arrange it all. »

Tomiwa: « And who the fuck permitted you to do party in my house this weekend? When I travelled to Lagos last Friday, I told you that I would not want to see any mess when I’ll return! Isn’t it?

Them: yes it is Yaya KT!

Tomiwa: » so? Can someone explain what is going on here?. I’ll not continue to shout at you all the times concerning this house. We are all adults here, and I want you guys to contribution too. We have house help, so at least on weekends, you guys should try and behave like adults and not kids.

Them: D’accords!

Can you imagine that?

Big boys and girls like them behaving like babies. I am not going to tolerate it anymore. After the tiring journey I had because of this overbooked flight, I am coming back home to this, to face this kind of shit. Nonsense! When I think of what happened this morning, i am just too exhausted.

Monday morning.

05.30 am I woke up very tired that morning. Something unusual because I always sleep on time to be in a perfect shape the next day. Our job at the airport requires us to be 100% in good form because it’s too fast. We’re working in a fast pace environment.

After taking my bath, makeup, I put on my uniform, a mini green dress with an African design around the neck, pockets and down. I put on my shoes, carry my green bag, put my perfume 212VIP on.

I was ready for work! The company’s bus picked me up at 08.00 am. We resume work by 09am, but we have to pick other staff on duty up too.

Voyager Airlines is an African private company owned by Nigerian businessman. They have a good standard, but that is just because we have many white British and Australian members on the company’s board.

We have more than enough fleet and try to maintain our services to a good standard, but it’s not easy. Lol, its Africa, you know!

We got to the office. After dropping my bag, I went straight to the coffee machine because I knew that the day would be long.

Thank you guys for reading my stories.

« Please Like, 👍🏼👍🏼👍🏼

Comment and Share- I need your comments 🙏🏼🙏🏼🙏🏼

Follow me on

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa

 

CHAPITRE 3: SURPRISE

De retour à l’hôtel vers 20 heures, j’étais épuisée. Nous sommes allées manger avec la clique Kunle et après nous avons fait le tour du centre commercial. Nous étions aussi au marché et ceci parce que je voulais acheter des denrées alimentaires, la bonne bouf nigérianne. Vous nous connaissez, les femmes avec les achats nous sommes devant.

En plus à Dakar pour faire un bon plat du Nigeria comme « mamaput Nigerian Restaurant » basée à Dakar le fait, il faut avoir les bon ingrédients. Croyez moi ça coute chers à Dakar.

J’ai dû convaincre Ihuoma de me suivre au marché. Nous sommes donc allés au marché Aguégué à Ikeja. Nous sommes également allés au village informatique pour acheter des logiciels pour mon cousin Terry qui vit avec moi à Dakar.

Arrivée dans ma chambre d’hôtel, je commençai à faire mes bagages. Je ne voulais pas être pressé. Je fini de ranger mes valises vers minuit. Wow !!! En regardant ma montre, je savais que je n’avais que 02 heures pour dormir.

J’alla prendre une douche éclaire de 10mns. Pardon ne me criez pas deçu. L’eau et moi parfois c’est chien et chat. Après, quand je fini, en sortant de la salle de bain, mon téléphone sonna.

Lui: « bonjour, bébé! »

C’est qui vous connaissez… tout au long de la journée, j’avais décidé de rejeter ses appels. Mais il n’arrêtait pas d’appeler alors j’ai décidé de prendre cet appel.

Tomiwa: « ouais! Dis-moi, que veux-tu au juste, qu’attends-tu de moi? » Je répondais au téléphone en roulant des yeux.

Yul: « Je veux juste avoir 30 minutes de ton temps pour te parler et t’expliquer clairement ce qui s’est passé à ce moment-là. » Il dit en soupirant.

Tomiwa: « Écoute Yul, ne te dérange même pas. Ne te fatigue même pas mon cher. Je ne suis pas de bonne humeur pour parler, mon vol est dans moins de 8 heures, et j’ai besoin de me détendre. »

 Yul: « S’il te plait Tomiwa. J’insiste vraiment. Je tiens à m’excuser. Ok, j’avoue que j’ai tout merdé… Tout ce que je veux c’est te voir… accepte mon invitation s’il te plait… dit oui… please. » Il aligna ses mots sans même me donner la chance de refuser.

 Tomiwa: « ok, oui! » Je répondis rapidement en acceptant son invitation. Je n’avais pas mesuré l’ampleur de ma réponse. Mon vol était pour bientôt. Je me disais que je n’allais pas le voir d’ici peu de temps. Et que si cela arrivait, ça allait me prendre au moins six mois avant de revenir à Lagos ou qu’il vienne à Dakar.

Yul: « ok, bébé! Merci. Prends soin de toi! »

Tomiwa: « fais attention. »

 Yul: « bisou! »

 Click…… Il coupa la communication sans transition.

 Hum. Laissez-moi vous dire, et je ne le nierai pas. J’aime cet homme, bon aimer c’est peut-être trop prononcé, je dirais peut-être que j’ai de l’affection pour lui mais il s’est passé quelque chose l’année dernière qui m’a mise en colère contre lui et je le suis toujours jusqu’à présent.

 Yul Peter Ekeh est le responsable du dispatching des vols de la compagnie encore appelé « space control officer ». Il est responsable de la répartition des vols intérieurs et internationaux et de la coordination des vols de correspondance avec les autres compagnies aériennes avec lesquelles nous avons un accord pour toutes nos stations.

Alors que s’est-t-il passé? C’est une longue histoire mais il faut que je vous la raconte pour que vous aillez une compréhension claire de la haine que je lui porte.

En début d’année passée, le chef d’escale de Dakar démissionna, et le représentant de Dakar m’avait demandé d’assurer l’intérim de ce poste jusqu’à ce qu’une nouvelle personne soit embauchée. Il nous avait même dit qu’il se pourrait que la Direction Générale affecte un employé depuis Lagos pour venir couvrir cette position.

A l’époque, j’occupais le rôle de superviseur des opérations. Lorsque qu’on me proposa de couvrir le poste de chef d’escale, j’accepta et le fis pour une durée de six mois jusqu’à ce que la direction des ressources humaines basée à Lagos m’appella pour me demander si j’étais intéressée pour une promotion.

Imaginez quelle était ma joie!

Le fait de recevoir cet appel me donna espoir. Je pensais avoir eu le poste d’emblée. Je me disais qu’il ne pouvait pas juste m’appeler comme cela pour le plaisir de juste me demander si je voulais le poste ou pas.

Mais ensuite, la dame dans la conversation me demanda quand est ce que j’étais disponible à passer un entretient. Je lui donnai ma disponibilité et le vol suivant j’étais au rendez-vous d’entretien à Lagos.

Pour moi, ce n’était que des vacances. Je voyais cette session comme étant que de la formalité. Je travaillai pour Voyager Airlines depuis maintenant cinq ans. Rien n’était nouveau pour moi.

Oui, j’étais un simple agent d’opération à l’époque quand j’ai commencé à travailler à l’aéroport avec Voyager Airlines. Mais néanmoins, j’accumula de l’expérience. C’est qui me m’était en confiance et je m’étais mis en tête que ce poste était déjà le mien. Grande fut ma surprise quand les choses ne résultèrent pas comme je l’avais imaginé.

Donc comme je vous disais, j’étais arrivée à Lagos. Grande fut ma surprise quand je rentrai dans la salle pour passer le test. Il y avait dans la salle 10 autres candidats. Je reconnu certains parmi eux et les autres ne m’étaient guère familiers.

Je réussis tous les tests. Il ne restait plus que l’entrevu final avec « M. je sais tout » Yul Peter Ekeh. Quand mon tour arriva, je rentrai dans son bureau et il me demanda de m’assoir en face de lui. Lorsque je fus installé, Il me demanda juste de lui donner mon âge.

Erreur…

Je commençai à donner mon cursus scolaire et professionnel. J’étais littéralement à côté de la plaque. Il me regarda en ayant un air de dédains. Cet à cet instant que je réalisai que je devais premièrement lui donner mon âge. «boum» il m’arrêta.

 Yul: « Eh bien, merci pour votre présentation. C’est bon, mais pour moi, je pense que vous êtes trop jeune pour occuper le poste. Mais nous vous répondrons dans les plus brefs délais. »

 J’étais choqué. Je ne m’attendais pas à avoir ce genre de commentaire.

 Oui, je suis jeune, certes. Mais j’ai prouvé par mon travail et mon engagement que je pouvais bien gérer le poste. Alors ce jour-là, je les ai juste quitté et je suis retourné à Dakar.

 Le fait est que, depuis ce moment où je suis allé pour l’entrevue jusqu’à maintenant, cela fait six mois ou huit, le siège social n’a pas envoyé une autre personne pour prendre le poste. Je suis donc toujours le chef d’escale par intérim de Voyager Airlines au Sénégal.

Après cette séance d’entrevu, Yul a commencé à venir régulièrement à Dakar en mission. J’ai même pensé qu’il bloquait ma candidature parce qu’il voulait mettre une de ses relations ou postuler pour lui-même. Mais non.

Le gars m’avait dit un jour qu’il n’était pas intéressé par le poste. Il a commencé à me poser des problèmes à chaque fois qu’il était à Dakar, concernant la façon dont je traitais affaire avec nos partenaires, nos prestataires de services et même avec les agences gouvernementales comme l’ASECNA, l’ANACS et même la société Total pour l’approvisionnement en carburant, en disant que je retardais le vol en faisant le plein de l’avion et que je devrais faire une telle action assez tôt pour que l’avion parte à l’heure et tant d’autres choses …

Non mais oh attendé. Je devais faire la magie pour mettre le carburant dans l’avion avant son atérrissage ou bien🙄.

Il me gonflait mais alors la vous ne pouvez meme pas imaginer.

 Et un jour, nous avons eu un affrontement sévère, et depuis, je ne veux même plus le voir. Il s’est excusé, mais je m’en fous. Je lui ai dit que je m’en tapais de ses excuses.

 Après l’appel de Yul, je me suis simplement allongé sur mon lit pour me détendre. Dieu merci, Ihuoma m’a réveillé. Sinon, j’aurais dormi jusqu’au lendemain.

 *****************************

 Tôt ce dimanche matin, vers 2 heures, Ihuoma et moi, ainsi que quelques autres collègues, avons quitté notre hôtel pour l’aéroport. (Ouais, je peux voir vos grands yeux ouverts; nous avions un bus qui nous conduisait à l’aéroport).

 L’enregistrement commençait vers 05h30 am, mais nous devions partir tôt pour être à l’heure à l’aéroport. Vous connaissez Lagos, avec la longue distance. On n’était jamais sûre de ce qui pouvait arriver en chemin.

 Le vol était complet de Lagos avec plus 200 PAX (passagers) revenant de leurs vacances. Je partais ce dimanche tôt le matin pour Dakar;

 J’ai dû opérer le vol depuis Lagos et avec l’aide du chef d’escale de Lagos, Mme Bukky Ademola, j’envoya les informations nécessaires à notre représentant. C’est-à-dire le manifeste des passagers, l’heure de décollage de Lagos, et aussi l’heure estimative d’atterrissage à Dakar EAT, et la demande de fauteuil roulant pour un passager.

 Après cela, j’alla directement en salle d’embarquement.

 Ihuoma: « ok ma chérie, Il est temps pour nous de partir. Je t’appellerai quand j’arriverai à Jo’burg, ok! »

 Tomiwa: « ok, ma belle! Prends soin de toi et faites un bon voyage. »

 Elle me laissa là où j’étais assise, et dès qu’elle franchi la porte d’embarquement, quelqu’un vint s’asseoir près de moi.

 Lui: Tiens tiens ma belle! Qu’on se retrouve, hein! Tomi, comment ça va? Il entama la conversation.

 Je me retournai pour voir qui était la personne.

Que dois-je faire à cet enfant eh Dieu? Grrrrr!

Tomiwa s’il te plait, pardon retiens toi. Cogitai-je dans ma tête.

 Tomiwa: « oh pffff! Pas toi encore! T’es la dernière personne à qui j’aimerai parler ce matin. » Je sorti ces paroles de ma bouche, surprise de le voir là, à l’aéroport, en salle d’embarquement.

 Yul: « ma chère, je crois que tu n’auras pas le choix. Je suis dans ce vol car laissez-moi te dire quelque chose, nous allons être sur le même vol jusqu’à l’arrivée. » il sourit en me narguant du genre, trop tard, tu m’auras à ton dos tout le trajet du voyage.

 Tomiwa : « quoi? Ne me dis pas que tu vas sur Accra! » je criai. Les gens assis derrière nous se retournèrent pour me regarder.

 Yul: « Point of correction ! je vais à Dakar en mission ma belle ! » il était tellement sûr de lui.

 Tomiwa: « Attends, ah! ah!  Et c’est juste maintenant que tu me le dis? » J’étais stupéfaite. Je ressassais dans ma tête notre dernière conversation.

 Yul: « J’ai essayé de te le faire savoir, mais tu ne m’as pas permis… »

 Tomiwa: « peu importe… »

L’annonce d’embarquement interrompu notre conversation.

Je me levai le laissant derrière et alla embarquer. J’avais toute idée que mon vol n’allait pas être paisible.

Cet homme savait pourquoi il me demandait un rendez-vous hier. Il savait qu’il allait à Dakar, et j’ai accepté de le voir comme une idiote !

 *************************************

Nous avons décollé de Lagos à 08h00. Après 34mns de vol, nous atterrissions à Accra.

 Avant de partir d’Accra.

 Le pilote passa son annonce habituelle:

 « Bonjour, chers passagers. Le capitaine Richard COOK aux commandes.

Tout d’abord, je souhaite la bienvenue à bord à vous nos passagers du vol 86A de Voyager Airlines en destination de Dakar.

 Il est 8h34. Il fait beau et avec le vent de notre côté, nous prévoyons atterrir à Dakar à 3h15 environ, 45 minutes d’avance sur l’heure.

 Le temps à Dakar est clair, avec une température de 18 degrés cet après-midi.

Si le temps le permet, nous devrions avoir une vue magnifique sur la ville en descendant.

Le personnel de cabine viendra dans une vingtaine de minutes vous offrir une collation légère et une boisson, et le film en vol débutera peu de temps après.

 Encore une fois, nous vous remercions d’avoir choisi de voyager avec nous aujourd’hui et nous espérons que vous apprécierez votre vol. « 

 Et puis l’hôtesse:

 « Mesdames et messieurs, au nom de l’équipage, je vous demande de bien vouloir attirer votre attention sur les moniteurs ci-dessus tout au long de notre présentation.

Il y a six issues de secours sur cet avion.

Prenez une minute pour localiser la sortie la plus proche de vous.

Notez que la sortie la plus proche est peut-être derrière vous.

Comptez le nombre de lignes de sièges jusqu’à cette sortie. Si la cabine subit une perte de pression soudaine, restez calme et écoutez les instructions du personnel de cabine.

Les masques à oxygène tomberont du dessus de votre siège. Placez le masque sur votre bouche et votre nez comme ceci. Tirez sur la languette pour la resserrer.

Si vous voyagez avec des enfants, assurez-vous que votre masque est en place avant d’aider vos enfants. Dans le cas peu probable d’un atterrissage et d’une évacuation d’urgence, laissez vos bagages à main derrière vous.

Des gilets de sauvetage sont situés sous vos sièges et un éclairage de secours vous mènera à votre sortie et à votre toboggan les plus proches.

Nous vous demandons de vous assurer que tous les bagages à main sont rangés en toute sécurité pendant le vol.

Pendant que nous attendons le décollage, veuillez prendre un moment pour consulter la carte de données de sécurité dans la poche du siège devant vous.

Après le passage de l’hôtesse, j’ai tout de suite mis mes caches lumières et m’endormis.

Je l’ai fait parce que je ne voulais pas avoir de conversation avec Yul. Il était assis juste à mes cotés.

C’est le message du capitaine COOK qui m’a réveillé avant notre atterrissage à Dakar.

J’ai pris mon sac à main et je suis immédiatement allé voir notre Country Manager (CM), M. Moyosore qui était au sol, attendant que les passagers sortent de l’avion.

CM: « Hé, Liane! » Il aime m’appeler par ce nom parce qu’il dit que c’était la première fois qu’il entendait ce genre de nom. « Comment allez-vous? Bienvenue à nouveau! J’espère que vous avez fait un bon voyage! » Il s’écria en me voyant. Vous savez comment les naijjés aiment crier 🤣.

Tomiwa: « Très bien, Monsieur! » ouais, pas mal!

 CM: « ok. Prenez ces documents, déposez-les au bureau, et vous pouvez y aller. »

 Tomiwa: « Merci, Monsieur! » à demain au bureau.

Comme s’il savait que je ne voulais pas gérer le vol car j’étais très fatigué. Je l’ai laissé. J’alla déposer les documents et je rentra directement chez moi.

 J’habitais Sacré Cœur 3 derrière la « boulangerie Jaune » dans un duplex de trois chambres. En rentrant chez moi, grrr… Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai vu….

J’ai enfin publié aujourd’hui. 😊

Bonne semaine à tous.

« Veuillez aimer, commenter et partager-

Suivez-moi sur

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @Thestoryoftomiwa

CHAPTER 3: SURPRISE

Hiya! Hope ya’ll fine and enjoying my story, The Story of Tomiwa. I want to thanks all of those that have subscribed to my blog. I appreciate you all.

I want your likes and comments… let’s interact folks! Let me have your point of views. This will make me improve.

Apologies for mistakes.

*************************************

January 2013

We got back to our hotel room a bit late today, around 08 pm. I was exhausted because of walking around the malls and market just in the name of shopping.

I had to convince Ihuoma to follow me to market. So we went to Aguégué market at Ikeja. We also went to computer village to buy software for my cousin Terry who lives with me in Dakar.

As soon as I stepped back into my hotel room, I started packing my luggage. I did not want to be in a hurry. I finished arranging my bags around midnight. Wow!!! Looking at my watch, I knew that I just had 02 hours to sleep.

I went to bath, and when I finished, coming out of the bathroom, my phone rang.

Him: ”hello, babe!”

It’s was who you know… throughout the day, I decided to reject his calls. But he kept calling so I decided to pick this call.

Tomiwa: “yeah! Tell me, what do you want from me?” I answered the phone rolling my eyes.

Yul: “I want you to give 30mns to talk to you and clearly explain what happened at that time.” He said literally begging.

Tomiwa: “look, Yul, don’t even bother yourself. I am not in a good mood to talk, my flight is in less than 8 hours, and I need to relax” I replied giving him hope I guess because he kept begging.

 Yul: “ok, but I was hoping you could say yes to our next meeting.”

Tomiwa: “do you realise that this will happen the next time i’m in Lagos right? I asked.

Him: « … »

Tomiwa: »ok, yes!” I promptly answered accepting his invitation because I knew it would take me long before we see each other in Dakar or Lagos. However, his silence intrigued me. He is not the type of man to keep quiet.

 Yul: « ok, babe! Relax well. Take care! »

 Me: » take care. »

 Yul: kiss!

 Click……

 Hum. Let me tell you, and I will not deny it. I like that man, but something happens last year that has made me angry towards him up till now.

 Yul Peter Ekeh is the Space Control Officer of Voyager Airlines Ltd. He is the person in charge of dispatching domestics and international flights and coordinating correspondence flights with other airlines we have an agreement with for all our stations.

 Early last year, our Station Manager resigned, and the country manager of Dakar station asked me to be the acting station manager untill they send somebody from headquarters.

I was the Airport Services Supervisor and acted as Station Manager for 06 months until the HQ called for an interview to found out if I could handle the work.

 Can you imagine! I was disappointed with our HR team to tell you the truth. Under normal circumstances, in my opinion, they should have conducted a promotion process, and also follow the evaluation process or mid term review to evaluate my performance and see that i was qualified for the job.

Instead, they called me all the way from Lagos, and made me travel all over there, for me to take an interview and the only question that was asked was about knowing if I was available and willing to take that offer.

I have been working for Voyager Airlines for five years now. Nothing was new for me. I was a simple operation agent back then when I started working at the airport with Voyager Airlines. Still, I have been gathering experience since then. I got trained and even studied operation management and graduated. So I knew I was well prepared enough for the position.

 So when I eventually went to Lagos for that f*****g for the test and interview to be Dakar station manager, everything went well until the last step which was my meeting with « Mr. I know it all  » Yul Peter Ekeh. He kasked me only one question. « How old are you ? » I started introducing myself narrating my educational and professional background until I gave my age… and “bam” he stopped me.

Yul: » hum. Well, thanks for your presentation. It’s ok, but for me, I think you are too young to have this position. We will get back to you soon. » That said he stood up and left me.

 I was shocked. I did not expect to get that kind of comment. I am young, but I proved by my work and commitment that I could handle the position well enough despite my young age . So that day, from the office and went straight to the airport back to Dakar.

From the day of the interview till now, it has been six months now, the headquarter has not sent another person to take over the position. So I am still the « acting station manager » of Voyager Airlines in Senegal.

 After that interview session, Yul started to come to Dakaron a regular basis. I even thought he blocked my candidacy because he wanted to put his relative or apply by himself. But no.

I was frustrated and disappointed. I was not fully appointed, my salary was not matching yet i was doing the work and and going overtime because of flight delays and all.

At some point, The guy told me one day that he is not interested in the position. He started giving me trouble each time he was in Dakar, concerning the way I was dealing with our partners, service handlers, and government agency like ASECNA, ANACS, and even Total company for fuel supply, saying that I was delaying the flight while fueling the aircraft and that I should do such action early enough for the plane to leave on time and so many other things…

And one day we had a severe clash, and since that time, I don’t even want to see him anymore. I have been avoiding him as much as possible. He has been apologizing, but I don’t f*****g care about him and his excuses.

 After Yul’s call, I just laid down on my bed to relax. Thank God Ihuoma woke me up. If not, I would have slept till the next day.

 

*****************************

 Early this Sunday morning, around 2 am, Ihuoma and I, and some other colleagues left our hotel to the airport. we had a bus taking us to the airport.

 The checking was starting around 05h30am, but we had to leave early to be on time at the airport. You know Lagos, with the long-distance we never know what can happen on the road.

 The flight was full from LOS (Lagos) with PAX (passengers) returning from their holiday. I was departing that Sunday early in the morning back to Dakar, but I had to operate Our flight from LOS. With LOS station manager, Mrs. Bukky Ademola’s coordination,  I sent some information to Dakar like the PNL ( passengers name list), Lagos taking off time, Dakar EAT( estimate arrival time), and wheelchair request for one Pax.

 After that, I enter straight to the boarding room.

 Ihuoma: » ok, babe! It’s time for us to go now. I’ll give you a call when I get to Jo’burg, ok! Take good care and safe flight back to Dakar » she said hugging me.

Tomiwa: « ok, dear! Stay well and do have a nice trip too » i said.

 She left me where I was sitting, and as soon as she passed the boarding gate, someone came to a seat near me.

 Him: « eh! Tomi, how you doing? » Yul surprised me.

Me turning back to see who the person was.

Tomiwa: »Sheytetete! you again! You are the last person I will like to talk to this morning » I told Yul.

Yul: « my dear, you will need to because let me tell you something, we’re going to be on the same flight. » He said smiling back at me. I melted😊🤦🏽‍♀️

Tomiwa: « what the h*? Don’t tell me you’re going to Accra! » I completely turned to face him.

 Yul: « point of correction, I am going to Dakar on a mission dear ».

Tomiwa: « and you’re just telling me? » He could see my frustration. My mind went back to our last conversation.

 Yul: » I tried to let you know, but you didn’t allow me…. » He was right.

 Me: « whatever… » I ignored him and put on my sunglasses and position myself as if i wanted to sleep on the bench.

Few minutes later, I stood up and entered the plane, knowing fully that this guy would disturb me throughout the trip. This man knew why he was asking me for a rendezvous yesterday. He knew he was going to Dakar, and I accepted to see him like a real dummy!!!!!!!

 ***************************************

We took off from Lagos at 08.00 am. After 34mns, we were in Accra.

 Before departing from Accra.

 Pilot speaking:

 « Good morning, passengers. Captain Richard COOK speaking.

First, I’d like to welcome everyone on Voyager Airline Flight 86A onboard to Dakar.

 The time is 8.34 am. The weather looks good, and with the tailwind on our side, we are expecting to land in Dakar approximately at 3.15 hours, 45mns ahead of schedule.

 The weather in Dakar is clear, with a high of 18 degrees for this afternoon.

If the weather cooperates, we should get a great view of the city as we descend.

 The cabin crew will be coming around in about twenty minutes to offer you a light snack and beverage, and the inflight movie will begin shortly after that.

 I’ll talk to you again before we reach our destination. 

Once again, we thank you for choosing to fly with us today, and we hope you enjoy your flight. »

 And then the Hostess:

 « Ladies and gentlemen, on behalf of the crew, I ask that you please direct your attention to the monitors above as we review the emergency procedures.

 There are six emergency exits on this aircraft.

Take a minute to locate the exit closest to you.

 Note that the nearest exit may be behind you.

Count the number of rows to this exit. Should the cabin experience sudden pressure loss, stay calm and listen for instructions from the cabin crew.

 Oxygen masks will drop down from above your seat. Place the mask over your mouth and nose like this. Pull the strap to tighten it.

 If you are traveling with children, make sure that your mask is on, before helping your children. In the unlikely event of an emergency landing and evacuation, leave your carry-on items behind.

 Life rafts are located below your seats, and emergency lighting will lead you to your closest exit and slide.

We ask that you make sure that all carry-on luggage is stowed away safely during the flight.

While we wait for take-off, please take a moment to review the safety data card in the seat pocket in front of you.

 After the hostess passage, I immediately put on my headphones and glasses wind down the window cutting, and slept off.

 I did it because I did not want to have any conversation with that stupid man called Yul.

 It is Captain COOK again that woke me up once we landed in Dakar.

 I carried my handbag and immediately went to see our Country Manager (CM), Mr. Moyosore.

 CM: « Hey, Liane! » He likes to call me by that name because he said it is the first time he hears that kind of name. « How’re you doing? Welcome back! I hope you had a nice journey! »

Tomiwa: « Fine, Sir! » yeah, it was not bad! » I replied.

 CM: « ok. Take these documents, drop them at the office, after that you can go home. »he instructed me.

Tomiwa: « Thank you, Sir! » see you tomorrow at the office then. » I left.

 Mr Moy probably knew I did not want to handle the flight because I was very tired. I left him, dropped the documents, and went straight to my house.

 I was living at Sacre Coeur 3 behind the « boulangerie Jaune » in a three-bedroom duplex.

As I got home. grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr you can’t imagine what I saw….

 

Like, Comment and Share- 🙏🏼 I want to read your comments guys.😊

Follow me on

Facebook @storyoftomiwa

Instagram @thestoryoftomiwa

 

CHAPITRE 2: LUI

En me retournant, j’ai heurté la poitrine d’un homme. Cet homme… Mon homme… mais j’étais toujours dans le déni de ne pas avoir compris que mon âme et mon corps spirituel avaient soif de lui.

 Cependant, ma tête, oh oui ma tête pensait autrement. Ma tête rejetait toujours ce fait. Ma conscience refutait ce fait qui alla se camoufler dans mon subconscient.

 Tomiwa: « Oh noooonnn pas Lui Seigneur! O nooooon…. Dieu !!! pas lui! »

 Oma: « Ma cooo, devine quoi? Dit-elle quand elle revint me rejoindre au bar. »

Tomiwa: « Imagine un peu ce qui vient de m’arriver mama! » J’interrompu Oma dans son ellant.  » Peux-tu croire ça? N’est-ce pas cet idiot là-bas. » Je pointais du doigt en sa direction, lui montrant l’homme sur lequel je m’étais heurtée.

 Oma: » qui? Celui qui parle avec Kunle là-bas? » Elle pointa du doigt en leur direction.

 Tomiwa: » oui, Mr « je sais tout » ouais, comme je vous disais, j’aime donner des surnoms aux gens, 😜.

 Oma:  » Oh mais que s’est-il passé? » Demanda Oma.

 Tomiwa: « pff.. oublie, je ne veux même pas en parler, ni penser à cet homme stupide » je stoppais ses ardeurs.

 Oma: « hmm! OK, oo! Ma chérie, devine quoi? » Elle changea de sujet.

 Tomiwa: « quoi de neuf ???, quand tu commences comme ça, ça veut dire que tu «concoctes» quelque chose (créer ou organiser quelque chose de manière mystérieuse, louche).

 Oma: » qui moi? » Elle ouvrit ses yeux comme quelqu’un qui etait stupéfaite par ce que je venais de dire) « Kunle nous emmene en « teeub » et moi je suis partante. Si tu veux, reste dans cette soirée ennuyeuse, You’re on your own. Moi je suis Kunle » Ceci dit elle se leva et s’en alla.

 Tomiwa: » Ihuomaaaa…. Attend gué » je la retins par son bras. « Dans cette ville? En ce moment? Il fait déjà tard mama. Cet endroit où l’insécurité est au premier niveau dans le monde; tu veux faire le tour de la ville juste à cause du groove?! » Je me souciais de notre sécurité avant tout.

 Oma: « Abeg laisse-moi tranquille… et… de quoi tu parles? quelle ville est n° 01 en parlant d’insécurité dans le monde? Lagos? U dey craze! » Elle se détacha de ma prise et me fixa en me suppliant.  » ma co ne me laisse pas partir seule non; l’endroit n’est pas loin, c’est dans Victoria island. Pleaaaaseee. allons-y. »

 Elle me forca de la suivre à un night club de la place avec son *Kunle* nouveau jackpot, comme elle les appelle toujours. Et devinez qui était ce jackpot? C’était le directeur régional de la région d’Europe basé à Londres.

 Ce type qu’elle m’a demandé de regarder durant le discours de notre Directeur Général, M. Kunle Daniel Ayobami. Il n’est pas le London Country Manager comme je le pensais.

C’est ainsi que nous quittions la fête et nous randâmes dans une boîte de nuit avec Kunle. C’était juste super à la discothèque PICCOLO MONDO. C’est un restaurant, un salon de thé et une discothèque, très classe pour les grands «pipo» (signifiant les riches) de l’île Victoria à Lagos.

Sur le chemin en direction de la boite de nuit, à vous dire vrai, je n’étais pas à l’aise dans la voiture. Ce n’est pas mon premier voyage à Lagos mais, ah… qui n’a pas peur de Lagos? Cette ville où tout peut arriver à tout moment de la journée et encore pire la nuit. Entre les explosions de bombes avec Boko haram, kidnappeurs, voleurs, violeurs, coup de tir et autres ravisseurs et autres gangs qui se croient être aux États-Unis, rien n’est sûr dans ce pays.

 Comme disait Oma, le club n’était pas si loin que ça mais nous avions quand meme mis plus de 30mns pour y arriver ce qui veut dire que s’était quand même assez éloigné de la zone de fête. Ce n’est pas une petite ville comme Dakar. Je vous parles de Lagos, une ville de plus 25 millions d’habitants hein si je n’exagère pas, lol…

Nous arrivâmes finalement à destination. Dieu merci, ma tenue était correcte et convenable pour danser en discothèque. J’avais sur moi un haut marron avec des paillettes brillantes qui brillaient dans le noir, mon pantalon noir et des chaussures marron, ça allait. Ihuoma, comme d’habitude, dans une mini robe mauve claire avec le dos ouvert et sa poitrine mis ouverte était très belle.

 Nous sommes entrés dans le club, et comme vous connaissez les femmes, nous sommes d’abord allées aux toilettes pour une petite touche de maquillage.

Kunle avait déjà commandé la boisson et réservé notre «salon», comme on l’appelle. La table était remplie de Champagne, Jack Daniels et Martini, Coka … «M. trop d’argent » avait mit le paquet, et oui s’était son surnom (ouais, donner par moi, quoi, laissez-moi tranquille).

 Kunle: « ma reine africaine… (en s’adressant à Ihuoma)… j’espère que vous vous amusez… comment s’appelle encore ton amie? Je ne l’ai jamais vu! Elle vient de quel pays? »

 Oma: « Tomiwa…. Mais moi je l’appelle toujours Liane. Liane je te présente Kunle, Kunle voici Liane. » Oma fit les présentation en nous servant du champagne. Elle représente Dakar.

Kunle: »oh Dakar » French people yeah » ravie de vous rencontrer, belle dame, mais je préférerai vous appeler Tomiwa. J’espère que cela ne vous dérange pas.

Tomiwa: Ravi de vous rencontrer aussi; non, ça ne me dérange pas. Les Nigérians préfèrent ce prénom et m’appelle comme ça d’habitude.

 

Kunle: « ah oui, mais désolé de demander, êtes-vous nigériane?

 

Tomiwa: « moitié, moitié… »

 

Kunle: « oh vraiment! Alors, quelle moitié est de Naija?

 

Oma: hé, hé, hé… nous ne sommes pas là pour parler de ma vie de famille hein… nous sommes là pour s’amuser! Babe Oya, sers moi quelque chose à boire gué! Tu t’es servis et tu me laisse! » Je coupa cours vent à Kunle. Je n’étais pas d’humeur à lui raconter le pourquoi du comment j’avais du sang Nigerian.

C’est ainsi que nous nous dirigeames sur la piste de dance après avoir vidé nos verres en laissant Kunle discuter avec sa clique de potes qui s’étaient joint à nous.

La musique vibrait fort. Le DJ était bon et venait de faire passer mon son préféré. Nous apprécions la musique de DJ Elio et je dançais au son KUCHI KUCHI (oh bébé) de J’ODIE jusqu’à fatiguée.

 Ihuoma etait toujours pleine d’énergie; à ce moment, personne n’était assez fou pour lui dire de s’asseoir. Je la laissa donc sur la piste quand je m’apercu que Kunle était venu la rejoindre. La fatique commençait à me rattraper. Je décida donc de retourner m’assoir.

Etant à notre table, je buvais mon martini avec du jus d’orange. Une envi de me soulager vint. En me retournant pour me rendre faire le petit , je le vit …

 Lui: « eh bien, eh bien, toi encore? » Ehhh Dieu, qu’est-ce que je t’ai fait aujourd’hui pour que cet homme soit sur mes voies comme ça? » Pensais-je.

Lui: « je ne pensais pas te voir ici. Tu es sensationelle » Il était maintenant dans mon espace. La musique ne m’édait pas du tout. Parce qu’elle était forte, il fallait forcément qu’il effleure mon coup pour me parler. Le mec pour me parler devait s’abaisser jusqu’à mon oreille. Son odeur était comme un élixir. Il sentait la lavande parfumée avec un mélange d’Hugo Boss. Les papillons montaient au bas de mon ventre mais je me retenais de ne pas ssuter sur lui.

Le gars était frais. Son costume bleu nuit mettait bien en valeur sa silhouette. J’avais complètement oublié que j’avais une envie pressante de me soulager.

 

Tomiwa: « oui? Avec un sourcil levé, tu sais, comme ces filles américaines le font toujours.

 

Lui: » écoute moi, Tomi, donne moi…

Moi: « hé, hé, hé premièrement je m’appelle TO.MI.WA, deuxièmement, épargne moi de ton discours pardon. J’ai trop entendu de mots inutiles aujourd’hui! Je ne suis pas d’humeur à prendre des bêtises cette nuit. » Je l’interrompu

 Lui:  » pfff, je ne sais plus quoi faire encore pour que tu me pardonnes… ne me dis pas que tu es toujours faché à cause de ce qui s’est passé il y a 06 ou 08 mois?

Tomiwa: regarde Yul, cette histoire est passée, et je t’ai déjà pardonné OK! Alors peux-tu me laisser tranquille, je ne suis pas d’humeur? S’il ne s’agit pas de travail, je ne sais pas de quoi nous pouvons discuter d’autre, OK! »

Non il me soule celui-là! pfff

Après cette petite distraction avec Yul, j’alla me soulager et ensuite je rejoignis la piste de danse.

Avec Kunle et Ihuoma dans les parages, j’ai fait comme si tout allait bien. Mais je savais qu’après avoir vu Yul, je serais bouleversée et en colère pour le reste du temps. Ce sentiment était dans ma tête mais pour vous dire la vérité, j’étais plutôt contente de le voir ici. Ouais, je peux vous entendre rire. C’était bizarre, je sais.

J’étais tellement fatiguée. Je demanda à Ihuoma de quitter les lieux. Kunle décida de nous déposer à notre hôtel. Mais Ihuoma refusa, disant que l’hotel etait loin. Il proposa alors de nous loger dans un autre hotel plus proche et promis de nous prendre le lendemain matin.

Nous avons donc décidé d’aller dans un hôtel recommandé par Kunle, qui n’était pas loin de là où nous étions, et nous avons découvert plus tard que c’était l’hôtel de son ami. Les lieux étaient splendide.

Vue sur mer et la piscine avec de la lumière, etc. Je ne pouvais même pas imaginer que c’était Lagos. Hummmm, comme on dit ici… certains pipo s’amusaient vraiment ici aussi hein…la vie était vraiment belle dans cette partie de la ville. Quand je pense que dans d’autres parties de la ville, NEPPA (l’entreprise qui fournit la lumière au Nigéria), ne faisait même pas le nécessaire pour fournir de la lumière pendant au moins une journée entière surtout dans d’autres quartiers de la ville qui en avaient aussi besoin.

Quand «Mr too much money» Kunle est là, tout le monde profite de la belle vie. Nous avons donc décidé de suivre.

**************************

Le lendemain vers 11 heures.

Dring, dring, dring – mon téléphone sonna.

Tomiwa: Bonjour! (Avec une voix basse et en regardant ma montre qui était à côté du lit)

Oma: Ma seule et unique fille yoruba française…

Tomiwa: hmmm mmmm… Oma ?? Oh la la, celle-là, quoique je l’aime bien, c’est ma combi ici à Lagos et Jo’burg, mais parfois elle me gasait, mais mal mauvaisaix quoi!

Oma: Madame, leve toi joorr, tu dors encore ?

Moi: « ne me fatigue pas hein » c’est de ta faute si je suis amauchée comme ça. pas à cause de toi .

Oma: « ah bon? Pour du bien que je nous voulais » elle se mit à rire « préparez-toi ma co… le gars veut nous inviter au resto… dans un coin chic quelque part dans la ville.

Moi:  » toi et le groove ya pas moyen quoi… tu vois ce que je veux dire! N’es-tu pas fatigué? On doit se reposer ma belle! Tu sais qu’on a vol très tôt demain matin! … Nous devons nous détendre et profiter de cet hotel »

Oma: « ma sistaaaa oublie! Un groove comme celui-ci ne sera pas toujours au rendez vous tout le temps. Comprenez-moi ! »

Tomiwa: « hmm! Je ne viens pas… Et puis je viens de me rappeler que j’ai besoin d’aller au marché; Je veux acheter de la bouf et du tissu wax, du gélè et tout ça….

Oma: « Je t’en supplie! Attends Je viens dans ta chambre maintenant, commence à te préparer… tu entends? Pleaaaaaase mon seul et unique combis »

Tomiwa: »OK Ok Ok! Mais de grace, je ne veux pas voir cet idiot de son ami d’hier! »

Oma: »Ne t’inquiète pas » CLICK Elee racrocha.

Cette fille n’arrêtera jamais de me surprendre quoi. Mais je l’aime parce qu’elle est fidèle et loyale comme amie. Elle est toujours là quand j’ai besoin d’elle et ce pour quoi que ce soit; elle est ouverte, franche et sincère comme fille. Même si elle vit loin dans un autre pays, nous essayons toujours de nous voir, même si c’est pour une courte durée d’au moins 02 jours. Avec un vol direct Dakar Jo’burg, c’est plus facile pour nous.

Ihuoma est la représentante de nos bureaux de Jo’burg. Et elle me dit toujours qu’à cause de l’insécurité à Johannesburg, elle ne sort pas. Donc quand elle est en mission hors de sa station, elle doit groover et remplir ses journées d’activité à 100%.

Ce qui est triste c’est qu’elle est déjà en relation avec un sud-africain. Un homme bien je vous assure. Pourtant, elle dit toujours qu’il est pieux, un homme amoureux et réservé avec un bon boulot plein aux AS. Mais qui n’aime pas le groove… pas de boite de nuit qu’il fréquente, pas de plage, pas de fête, même pas réception de mariage ou cérémonie de baptême… même pour aller au restaurant c’est du genre une fois en passant et la c’est après un looonnng moment.

Comme vous voyez on ne peu pas avoir un partenair parfait dans une relation. Il faut se contenter de qui on a. L’essentiel c’est de se sentir aimé et d’aimer. Je ‘ai à plusieurs reprises porté conseille mais elle retorque toujours qu’elle m’écoutera le jour ou je je serais en couple. Depuis la donc j’évite ke sujet et prie pour elle que Dieu touche son coeur.

CO CO CO… CO CO CO on frappait à ma porte.

Il était déjà 13 h

Tomiwa:  » qui est ce? » Je demandai tout en regardant à travel l’oeil de chat. Des que je vis que c’était Oma, j’ouvri la porte. Elle entre dans ma chambre avec un gros sac.

Oma: héy copine! Es-tu prête? Ils nous attendent en bas. Allons-y. » Elle demanda en s’asseyant sur le fauteuil de la chambre.

Tomiwa: »attends d’abord un peu. Moi, j’ai faim hein! As-tu mangé? » Je regardais comment elle me fit un large sourire. » Hmm donc tu as déjà pris ton dej. Tu ne pouvais même pas commander quelque chose pour moi hein! »

Oma: « Je ne suis pas comme toi ma belle. vous les francophone vous manger comme les oiseaux. Vous c’est toujours du pain et du thé, lait ou chocolat chaud que vous prenez au petit-déjeuner, de la nourriture pour oiseaux comme ça. « 

Tomiwa: »en plus tu connais mon menu mama. Tu pouvais faire un gest non ! »

Oma: « et puis quoi encore. » Elle a répéta cette phrase avec son accent nigerian avec son accent anglais. Et tu sais? nous on ne blague pas avec la bouf tu ssis ça non, le petit dej est très important pour nous. On a tellement l’ embarras du choix avec tout ça…le petit dej c’est le repas le plus important de la journée c’est pour cela on ne blague pas avec mama. Et laisse moi te dire quelque chose, parce qu’on ne sais pas comment la journée va se passe…. donc mieux on manges bien »

Moi: « ahahahahah, » cette fille ne cessera jamais de me faire rire !

Etant donné que nous n’avons pas eu le temps de nous rendre à notre hôtel pour changer nos vêtements. Nous avons dû acheter des tenues dans l’un des magasins de l’hôtel V.I pour être prête lorsque le chauffeur de Kunle sera là pour nous prendre.

Je fini de m’habiller juste à temps quand le téléphone de ma chambre d’hotel sonna pour nous annoncer que le chauffeur était la.;

J’avais enfilé un legging blanc et une tunique verte et bleue et mes sandales bleues. J’ai pris mon sac vert Lancel, maquillage, parfum «Kenzo amour». Et j’étais pimpante.

Lagos, nous voilà !!!!!!