CHAPTER 2: HIM

As I just turned back, I bumped on a man chest. That man… My man… but I was still on denial not to have understood that my spirit soul and body was craving for HIM.

However, my head, oh yes my head was thinking otherwise. My head was still rejecting that fact.

Oh noooonnn pas Lui Seigneur ! O nooooo…. God !!! not him! shounting in my head I was not in the mood of talking to him. Like I told you, my head was still in rejection mood.

Oma: « hey babe, wassup? » she asked when she came to join me back at the bar.  » What’s wrong? Why are you squeezing your face like that? » she continued.

Me: « babe! You won’t believe what just happened to me. Can you believe this? Is it not that idiot over there » I pointed at his direction, showing her the man I bumped into.

Oma: « who? That one talking with Kunle overthere? » She pointed.

Me:  » yes, Mr “ I know everything” (yeah, that’s me, I like to give people nickname, lol) I did not expected him to be here. » I said.

Oma: « and what’s happened? »

Me: « forget, I don’t even want to talk about it, not to think about that stupid man. So gist me … » i said changing the topic.

Oma: « hmm! OK, oo! My dear, guess what? » She asked. I could see that she was excited.

Me:  » oya shoot. what’s again???, when you start like that, it means you are “concocting” something (create or organizing something mysteriously).

Oma: « Who me? (With her eyes open like somebody who is a surprise) forget! So as i was saying before you cut me off… Kunle wants us to go to club ». She said.

Me: « Ihuomaaaa…. In this city? At this time? » I shouted.

Oma:  » If you want to stay here at this boring party, I will leave you. Me… I’m off. » She stood up ready to go.

Me: « E be like say you no be Naija babe again o! jo’burg doesn’t even teach you life well as it’s supposed to be! Right?! This place where insecurity is level one globally; you want to go around the town just for club. » I said following here behind

Oma: « abeg leave me alone… and… what are you talking? which city is n°01 insecure city in the world? Lagos? U dey mad! Please don’t let me go alone na; the place is not even that far, it is in V.I (Victoria Island) here na, abeg let’s go. » She said dragging me by my hand.

She forced me to follow her to that club with her new jackpot, as she always calls her new date. And guess who that jackpot was? It was the Europe regional manager based in London.

That guy she asked me to look at the party, Mr. Kunle Daniel Ayobami. He was not London Country Manager as I was thinking.

That’s how we left the party to go to nightclub with Kunle. It was just super at the nightclub PICCOLO MONDO. It’s a restaurant, lounge & night club complex, Very class for big “pipo” (meaning people) living around Victoria Island.

On our way to the place, I was not comfortable at first in the car. It is not my first trip to LOS but, ah… who does not fear Lagos?
This city where anything can happen at any time in a day: bomb blast ooo with Boko haram pipo, Kidnappers, thieves, rapists, gunshot anyhow as if they think they are in United States of America.

45mns later, we arrived at the club. It was not that close as she said « around here ». It was still a bit far from the party area. Lagos is not a small city like Dakar. This is Lagos we are talking about a city of 25 million people hein if I am not exaggerating, lol… and trust me, when you drive for 45mns during the night when traffic has reduced in Lagos, this means that the place is far… for my liking.

We finally got to the place. Thank God my dress was OK and also decent for the nightclub. I had on me a black top with shiny sequins shining in the dark, my black trouser ¾ and brown shoes, I was just OK. Ihuoma, as usual, in a sexy light cream dress with the back open. She was very beautiful.

We entered in the club, and as you know women, we went first to the toilets for a small touch of makeup.
Kunle had already ordered for our “salon,” as they call it. The guy rated for Champaign, jack Daniels and Martini… “Mr. too much money,” was his nickname.yeah, giving by me again, what???, leave me alone.

Kunle: « my African queen » he said to Ihuoma. « I hope you,re enjoying yourself? what’s the name of your friend again? » He asking turning to my direction.

Oma: « Tomiwa…. But I always call her Liane. Liane meets Kunle, Kunle this is Liane. » She introduced us to each other.

Kunle: « nice to meet you, beautiful lady, but I’ll prefer to call you Tomiwa. I hope you don’t mind. » He said.

Me: « Nice to meet you too; and no, I don’t mind. I’m used to be called that way by Nigerians. » I replied.

Kunle: « yeah, but sorry to ask, are you Nigerian? » He asked.

Me: « half, half… » I responded vaguely.

Kunle: « oh really! Interesting! So which half is from Naija? » He said and laughed.

Oma: « hé, hé, hé … we are not here to talk about family life… we are here to enjoyyyyy! Babe Oya, serve us something make we drink small. » I said changing topic.

That how we left him after drinking some couple of champaign glasses. Then we moved on to the dance floor. We were enjoying the music of DJ Elio. The song I enjoyed most was KUCHI KUCHI (oh baby) of J’ODIE till I got tired.

Ihuoma was full of energy; at that time of enjoyment, nobody was mad enough to tell her to sit down. I was getting tired so I had to go back to our seats because my head started pounding.

I was drinking my martini gold with juice. As I just turned back, I saw HIM…

Him: « well, well, well, you again? » He grinned.

God, what did I do to you today to make this man be on my ways like that? I thought out loud enough.

Him: « You came to Lagos. »he said smirking.

Me: « so? » (With one eyebrow raised, you know, like those American babes always do..) I said shifting my body to one leg.

Him: » look, Tomi, let’s not… »


Me: « hé,hé,hé n°1 my name is TOMIWA, secondly, please save your words with too much story or grammar do you understand? I am not in the mood to take nonsense this night or listen to you ». I said passing by him.

Him: « pfff, I don’t know what to do again for you to forgive me… don’t tell me that you are still annoyed about what happened 06 or 08 months ago? » He pulled me by my arm.

Me: « look Yul, that story is old and forgotten, and I have forgiven you OK! So can you leave me alone? I am not in the mood! If it is not about work, I don’t know what we can discuss about, OK! » I stated.

Non il me soule celui-là! pfff

After that small distraction with Yul, I sat down for sometime. I needed to breathe.

Few moment later, I went back to the dance floor. With Kunle and Ihuoma around, I did as if everything was OK. But I knew after seeing Yul, I will be upset and angry for the rest of the time. That feeling was in my head but to tell you the truth, I was kind of happy to see him here. Yeah, I can hear you guys laugh. It was weird, I know.

Yul was not supposed to be around. When i new that i was attending the end of year party in Lagos, i asked some colleagues of mine in lagos who was attending the party too. Trust me i aslo investigated about HIM. I was told he was on leave and won’t be around. I was happy. Only for me to see him here.

I was invaded with mixed feelings.

After dancing all mix, I was so tired that I asked Ihuoma to leave the place. Kunle decided to drop us at our hotel. But Ihuoma refused, saying that the area was far.

We decided to go to a nearby hotel at V.I, that was not far from where we were, and we later discover that it was his friend’s hotel. Kunle’s one.

Guys! Check out the hotel, sea view, and swimming pool with light, and all beautiful. I could not even imagine that was Lagos. Hummmm, some pipo enjoy in that city too o, in that country sef. When I think that in other parts of the town, NEPPA (the company that supplies light in Nigeria), does not even border to provide light for one full day.

When “Mr too much money” Kunle is around, everybody enjoy the good life. So we decided to follow.


The next day around 11 a.m.

Dring, dring, dring – phone ringing.

Me: « Hello! » I answered with a low voice and looking at my watch that was beside the bed.

She: « My one and only French Yoruba babe… » she shouted.

Me: « hmmm mmmm… Oma? » I said slowly.

This babe sef, I like her coz she is my best friend here in Lagos and Jo’burg as well, but at times she was just too much, I can’t with her, she tires me.

Oma: « Madam, stand up, are you still asleep? » She asked.

Me: “ No I am playing football. Of course i was still asleep naaaaa. your father” I said cursing at her.

Oma: « Sowwwyyyy! Abeg get ready, make we enjoy well during this so-called mission we are in… the mumu man wan make we go chop somewhere around the town. » She informed me.

Me: « you see! Are you not tired? Make we relax small na! You do know that both of us are going back to our respective stations very early tomorrow morning right?! … we need to relax! » I stated. I was in pain. My legs could not stand what she planed.

Oma: « my sistaaaa forget! Enjoyment like this no be every time e go happen na. Understand me na! »

Me: « abeg! Go and siddon! Am not going… And I need to go to the market; I want to buy some food stuff and Ankara, gélè and all that…. »

Oma:  » no wahala. I beg ! I am coming to your room now ooo, start getting ready… you dey hear? Pleaaaaaase my one and only… »

Me: « OK! But please, I beg, I don’t want to see that his friend of yesterday! » I referred to Yul. I later got to know that Yul was part of the band. That is why i saw him at the club. Come to think of it, it was not surprising.

Oma: « before nko! Don’t worry… » she hanged

This friend of mine gets wahala sha, but I like her because she was loyal and always there when I needed her for anything; she is open, frank, and sincere as a girl. Even though she lives far in another country, we always tried to see each other, even if it’s for 02 days.

Ihuoma is the station manager of Jo’burg branch. And she always tells me that because of insecurity in Johannesburg, she does not go out. So when she is on a mission out of her station, she must tries to enjoy herself to the fullest. She makes sure she gets 100% in any activity, like she used to say, and that must happen before she goes back to her station…

Oma was dating a South African man for long now and was always complaining about him. She always says that he is acting holy holy man: No club, no beach, no party, even wedding or naming ceremony in church. They could go to restaurant once in a looonnng while. This babe gets wahala! This was her reason to enjoy before going back to prison.

I was not in support of that behaviour. I was always thinking that if one is not happy in a relationship, you should get out of it. It is not a do and die matter. We all need to be happy in our relationship. She was the type to complain about her age and needed to get married and have children. I was not agreeing to her motive. I was not ready for any type of relationship if happiness, love, trust and enjoyment were not part of it.

Happiness within a relationship is hard to define. Not only is each relationship different, but within each relationship, each person defines happiness in an individual way. Some people view happiness as a peaceful conflict-free life. For some, happiness involves a tremendous amount of fun, great intimacy or lots of laughter. Whatever your definition, it directly correlates to your expectations, desires, wants and needs—and those things can change over time.

CO CO CO… CO CO CO the knocks on my door got me out of my thoughts. I was about to dress up and get ready.

It’s was 01 pm

Me: « yeah! I am coming. » She entered in my room with a big bag.

Oma: « hey babe! Are you ready? They are waiting for us downstairs. Let’s go. » She sat on the chair.

Me: « babe, I am hungry oo! Have you eaten? You could not even call the room service for me. » I said

Oma: » I am not like you… you French pipo you always take bread and tea as breakfast, bird food like that. I ate » she grabbed her phone answering her call.

Me: « aaaaa mouf et puis quoi encore? » I said in french because she was making fond of French people.

Oma: « et puis quoi encore. She repeated with her English accent. we … Naija we eat oooo, concrete better food…. Yam and eggs, beans, pap and Akara, plantain, rice and stue and all that… because you no go know how the day go be o…. so better eat well » she said as she put on the TV in the room.

Me: « ahahahahah, this babe dey always makes me laugh! » I laughed

We did not have enough time to get to our hotel for taking new clothes. We had to purchase to outfits in one of the shops at the V.I hotel lobby so we could be ready when the driver comes.

I finished dressing up; I put on my white legging and one green and blue top I bought with blue sandals. I took my green bag Lancel, makeup, parfum “Kenzo amour.”


Me: « Lagos, here we come!!!!!! » I said closing the hotel room behind me.

Hmmm… my pipo na lie ooo, I can’t say it in this country.
The slogan rather is: “THIS IS LAGOS PAN PAN PAN, OPEN YOUR EYES….”

Please Like, comment and Share
Follow me on
Facebook @storyoftomiwa
Instagram @thestoryoftomiwa


CHAPITRE 1: LA RENCONTRE

L'histoire de Tomiwa: l'inévitable destin amoureux.

*****************************

«Au nom du conseil d'administration de Voyager Airlines,je voudrais adresser et souhaiter nos voeux de fin d'année à toutes les personnes présentes ici aujourd’hui et à vos chères familles.

Je n'oublierai pas de penser à ceux qui n'ont pas pû faire partie de nous aujourd'hui.

Nous vous souhaitons un très joyeux Noël et une nouvelle année prospère.

Merci d'avoir fait de VOYAGER AIRLINES la meilleure compagnie qu'elle est aujourd'hui.

Nous avons atteint de grands objectifs jusqu'aujourd'hui et cela est dû aux efforts de tout un chacun.

Il est difficile de croire qu'une autre année s'est écoulée et que nous sommes déjà à 05 ans d'opérations.

Avec le recul, je me souviens de notre humble début lorsque nous avons lancé notre premier vol entre Lagos et Abuja le 23 mars, il y a cinq ans… »

Le PDG du groupe avait debuté son discours en félicitant les employés de la compagnie. Comme de coutûme, depuis que j'ai commencé à travailler avec cette compagnie, tous les responsables de services et représentant des branches internationales étaient tous conviés à cette fête de fin d'année.


Moi:et c'est parti pour un autre discours à la con, pfff, chaque année c'est la même chose avec des mises à jours.

PDG: toujours en train de parler.

Moi: Quelle fête ennuyante, comme d’habitude ’… Qu’est-ce que je fais même ici, tchipp! Si je savais, j’allais pour moi, prolonger ma mission à Paris… faire mon shopping et du tourisme.

PDG: toujours en train de parler.

Moi: En plus il m’énerve ce mec, toujours en train de se la péter…. Vantard et arrogant, il se croit au dessus de tout le monde... Quoique à cause de son rang professionnel, il est vraiment le number 1.

Laissez moi vous avouer une chose. Notre PDG est un homme mais alors la ... beau. Le genre taillé comme un *dieu grec* et intélligent. Dieu en le créant était en forme je vous assure. Le genre s'il me faisait la cours, j'allais accepter les yeux fermés 😁. Les filles on suit l'argent ou bien?

Lui: "…. Nous débutons cette nouvelle année avec des beaux chiffres et je vous réitère mes souhaits de bonne santé, bonheur et succès. Je vous remerci encore et que la fête commence!

Et la fête commença comme il était de coutûme chaque année. De la musique, champagne à gogo, de la nourriture et des cadeaux pour tout le personnel… Vous savez à quel point les nigérians aiment faire la fête.

J'étais avec ma combie, ma complice, mon amie Ihuoma qui m'appelait toujours: «ma seule et unique fille yoruba- française» et moi je lui avait donné comme pseudo: «ma seule et unique oyinbo girl» parce qu'elle était très claire de teint. Oyinbo en jargon Nigerian signifit *être blanc* de teint.

Ihuoma: Ma co, regarde ce mec… dit-elle.

Ihuoma était une fille frivole, malgres le fait qu'elle était en couple. Je vous avoue. C'était le genre de fille à gérer plusieurs hommes dans savie. Elle avait un petit ami qui l'aimait comme un fou; mais cela ne l'empêchait pas denle tromper. Elle regardais toujours autour d'elle. D'après ses propos, elle n'avait pas encore trouvé son âme soeur.

Moi: humm Oma, pourquoi es-tu toujours comme ça hein, tu ne peux pas juste admirer un homme en silence?

Ihuoma: Pardon laisse ça comme tu entends là! Et alors quoi… tu agis toujours comme si tu ne faisais pas. yèyè fille… ahahah, tu verras quand les araignées vont construire une maison là-dessous tu te souviendras de moi… où bien tu veux devenir religieuse? dis-moi o je vais t'enregistrer moi-même chez les bonnes soeurs.

Moi: abeg, abeg, abeg ne me gâte pas la tête o, pour moi quoi, je suis une femme célibataire…

Ihuoma: Ma chère oublie…

Moi: humm… ok o,

Avant que je ne puisse ajouter un autre mot, elle m'avait déjà quitté pour aller parler au gars. C'était un grand boss de la place. Bel homme avec une belle coupe de cheveux. Vraiment dans cette fête il n'y avait que de bels hommes je jure. Le mec était frais. Sapé comme jamais avec des lèvres roses qui étaient juste douces à sucer, hummm…. Tomiwa arrête de fantasmer sur le pauvre gars.

Mais en regardant bien, Je me rendit compte que s'était le représentant de Londres et il parlait avec "Monsieur même- discours".

Et oui les amis, il y a une chose avec moi, j'aime donné des noms aux gens. vous l'avez compris, notre PDG, je l'avais surnommé *monsoeur même-discours*

Il y avait environ 150 personnes dans le hall du siège de notre entreprise. Toutes les branches à l'étranger étaient représentées et moi je représentais celle de Dakar au Sénégal. Je n'étais qu'adjointe. Mais pour une raison ou une autre cette année notre représentant m'avait dit qu'il devait être en congé en famille et que je devais couvrir sa place en tant que représentante adjointe.

Donc je disais. Dès qu'Oma m'avait quitté, je suis allée au bar prendre un verre. Je commençais à avoir soif. Celui que j'avais était presque vide. Je voulais en même temps me dégourdir les jambes.

Mais avant de vous raconter la suite, laissez moi me présenter.

Je m'appelle Katreen Tomiwa Liane Ekomi, j'ai 28 ans Ouais, ouais, ouais, je peux voir vos grands yeux s'ouvrir comme si... humm vous vous disez que je suis trop jeune pour être Représentante adjointe d'une succursale! Combien d'années ai-je comme expérience et bla, bla, bla… Eh bien ne vous inquiètez pas, je vais tout vous narrer. Restez juste connecté et allez lire le prochain chapitre.

Où en étais-je? Oh oui, donc je disais... J'ai 3 sœurs et 1 frère.

Mais pour l'instant, laissez-moi repartir m'enjailler et m'amuser parce que la fête ne faisait que commencer!

En me retournant, Boum! Je heurtais sur une poitrine d'un homme.

Moi:O nooooo…. Dieu !!! Pas lui


*****************************

C'est tout pour ce aujourd'hui.

Allez aimer, souscrivez et partager sans oublier de laisser un commentaire.

Suivez moi sur Instagram
@thestoryoftomiwa

Merci

THE STORY OF TOMIWA: THE INEVITABLE LOVE DESTINY

CHAPTER 1: The Party

« On behalf of the board of the company, I want to extend my warm season’s greetings to everyone here today and their family.

I will not forget to think about those that are not able to be part of us today. We wish you a very Happy Christmas and a truly prosperous New Year.

Thank you for making VOYAGER AIRLINES what it is today.We have achieved great goals up till today, and this is due to everybody’s effort. It is hard to believe that another year has passed, and we have completed 05 years of operations.

Looking back, I remember our humble beginning when we launched our first flight between Lagos and Abuja on 23 of March, five years ago… » The CEO started his speech.

Me (talking to myself) : et c’est parti pour un autre discours à la ouf, pfff, chaque année c’est la même chose… qui lui écrit ses *speech* Damn?.

CEO: still speaking.

Me : Quelle fête ennuyante, comme d’hab’… Qu’est-ce que je fais même ici ? Si je savais, j’allais pour moi, prolonger ma mission à Paris…

CEO: still speaking.

Me : En plus il m’énerve ce mec, toujours en train de se la péter….

CEO: “We welcome this New Year with a focus on health, happiness, with success. Thank you once again, and lets the party start.”

And the party began as it was planned each year. Music, drinks, food, and gift for all staff… You know how Naija people like to « party ».

I was with my friend Ihuoma who always called me: « my one and only French Yoruba babe, » and I call her: « my one and only oyinbo gal » because she is a very light skin girl.

Ihuoma: Babe, check out this dude.

Ihuoma is that kind of girl. Even though she has a boyfriend who loves her, she always looks around for other men. According to her, she is still looking for the perfect one.

Me: « hmm oma, why are you always like that hein? Can’t you admire a man silently? »

Ihuoma: « get out! And so what… you dey always act as if you no dey bang… yèyè girl… haha, you will see, when spiders go build house under there you will remember me… abi you wan turn to a nun? tell me o I will go register you myself »

Me: « abeg, abeg, abeg don’t spoil my head o, I am a single lady »

Ihuoma: « Exactly my point…. Wouooo, my dear, forget… »

Me: « hmm… ok o… »

Before I could add another word, she left my side to go and talk to the so called fine guy.  He was a fine tall dude, i must admit, with fine haircut, pink leaps that are just too sweet to suck, (Tomiwa stopped fantasying).  I think he was London Country Manager, and he was talking with « Mister same speech » lol, you got it, our CEO.

There were around 150 people in the hall at the headquarters of our company. All stations were represented. I represented Senegal’s Dakar station. Since last year, I was appointed as the Acting Station Manager. 

As soon as she left me, I went to the bar to get a drink for myself…

*** Let’s take a break here *** PAUSE ***

Hey guys! Well! Before I go forward in my story, I will like to introduce myself …

My name is Katreen Tomiwa Liane Ekomi; I have three sisters and one brother. I’m 28 years old; Yeah, yeah, yeah, I can see your big eyes opening as if I am too young to be a station manager! How many years do I have as experience and bla, bla, bla…. Well don’t worry about it, I am going to tell you everything. Just follow me to the next chapter…

But for now, let me go and enjoy myself cos the party don start oh!

*** Resume ***

As I just turned back, I bumped on a man chest.…

Boom !

Oh noooonnn pas Lui Seigneur O nooooo…. God!!! Not him

“Please Like, comment and share”

Follow me on instagram @thestoryoftomiwa

https://www.instagram.com/thestoryoftomiwa/

INSTALLER L’AMOUR

C’est l’histoire d’une jeune dame qui voulait installer un logiciel spécial. Elle appela alors le service après-vente pour l’assister.

L’agent technique: Oui, Madame … Comment puis-je vous aider?

La cliente: Eh bien, après mûre réflexion, j’ai décidé d’installer l’Amour. Pouvez-vous me guider tout au long du processus?

L’agent technique : Oui. Je peux vous aider. Êtes-vous prête pour l’installation?

La cliente: Eh bien, je ne suis pas très technique, mais je pense que je suis prête. Qu’est-ce que je dois faire en premier?

L’agent technique : La première étape consiste à ouvrir votre cœur. Avez-vous localisé votre cœur, madame?

La Cliente: Oui, mais plusieurs autres programmes sont actuellement en cours d’exécution. Est-ce ok pour installer l’Amour pendant qu’ils sont en cours d’exécution?

L’agent technique : Quels programmes sont en cours d’exécution, madame?

La Cliente: Voyons voir, j’ai des blessures passées, une faible estime de soi, de la rancune et des remords s’exécute en ce moment.

L’agent technique : Pas de problème, l’Amour effacera progressivement les blessures passées de votre système d’exploitation actuel. Cela peut rester dans votre mémoire permanente, mais cela ne perturbera plus les autres programmes. L’Amour finira par prendre le déçu sur la faible estime de soi avec une application qui lui est propre appelé « haute estime de soi ». Cependant, vous devez complètement désactiver la rancune et le ressentiment. Ces programmes empêchent L’Amour d’être correctement installé. Pouvez-vous les désactiver, madame?

La Cliente: Je ne sais pas comment les désactiver. Pouvez-vous me dire comment?

L’agent technique : Avec plaisir. Accédez à votre menu de démarrage et invoquez le pardon. Faites cela autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que la rancune et le ressentiment aient été complètement effacé.

La Cliente: OK, c’est fait! L’amour a commencé à s’installer. Est-ce normal?

L’agent technique : Oui, mais rappelez-vous que vous n’avez que le programme de base. Vous devez commencer à vous connecter à d’autres « Coeurs » pour obtenir les mises à niveau.

La Cliente: Oups! Je viens d’avoir un message d’erreur. Il dit: « Erreur – Programme ne fonctionne pas sur des composants externes. » Que dois-je faire?

L’agent technique : Ne vous inquiétez pas, madame. Cela signifie que le programme l’Amour que vous voulez télécharger aujourd’hui et qui est défini pour fonctionner dans les Cœurs internes et externes, doit d’abords être exécuté dans votre cœur. En termes non techniques, cela signifie simplement que vous devez vous aimer « Vous » avant de pouvoir aimer les autres. Voyez-vous, ce Logiciel l’Amour est très particulier selon l’appareil « Cœur » dans lequel il est installé. Quand il est installé dans un « Cœur » libre qui contient beaucoup d’espace, il peut facilement fonctionner en se connectant avec les « Cœurs » externes. Mais si l’appareil « Cœur » interne est saturé, il y aura facilement un bug informatique.

La cliente: Hmmm, belle explication. Alors, que dois-je faire?

L’agent technique : désinstallez l’application « faible estime de soi »; puis cliquez sur ce les fichiers suivants: « le pardon de soi »; « réalisez vos désirs »; « reconnaissez vos limitations.

La Cliente: OK, c’est fait.

L’agent technique : Maintenant, copiez-les dans le répertoire « Mon Cœur ». Le système va écrasez tous les fichiers en conflit et commencez à corriger la programmation défectueuse. De plus, vous devez supprimer l’autocritique verbale de tous les répertoires et videz votre corbeille pour vous assurer qu’elle est complètement débarrassée de son contenu.

La Cliente: Compris. Hey! Mon cœur se remplit d’autres application et de nouveaux fichiers. Le sourire, la paix, la joie, la sérénité, le contentement…. Oh! l’amitié, la fraternité. Est-ce normal?

L’agent technique : Parfois. Pour d’autres, cela prend un certain temps, mais finalement je vois que votre installation se déroule bien. Tout est enfin correcte. Donc, l’Amour est installé et fonctionne.

Oh je voudrai rajouter une chose avant de raccrocher. L’amour est un logiciel gratuit. Assurez-vous de le donner et

Ses différents modules à tous ceux que vous rencontrez. Ils le partageront à leur tour avec d’autres personnes qui en ont besoin et soyez sûr que le bien que vous faites-vous reviendra toujours.

La Cliente: Merci mon Dieu.

C’est ainsi que la femme raccrocha satisfaite de l’installation réussit du logiciel spécial qu’elle s’était procurée.

INSTALLING LOVE

Tech Support: « Yes, Ma’am… How can I help you? »

Customer: « Well, after much consideration, I’ve decided to install Love. Can you guide me though the process? »

Tech Support: « Yes. I can help you. Are you ready to proceed? »

Customer: « Well, I’m not very technical, but I think I’m ready. What do I do first? »

Tech Support: « The first step is to open your Heart. Have you located your Heart, ma’am? »

Customer: « Yes, but there are several other programs running now. Is it okay to install Love while they are running? »

Tech Support: « What programs are running, ma’am? Customer: Let’s see, I have Past Hurt, Low Self-Esteem, Grudge and
Resentment running right now. »

Tech Support: « No problem, Love will gradually erase Past Hurt from your current operating system. It may remain in your permanent memory, but it will no longer disrupt other programs. Love will eventually override Low
Self-Esteem with a module of its own called High Self-Esteem. However, you have to completely turn off Grudge and Resentment. Those programs prevent Love from being properly installed. Can you turn those off, ma’am? »

Customer: « I don’t know how to turn them off. Can you tell me how? »

Tech Support : « With pleasure. Go to your start menu and invoke Forgiveness. Do this as many times as necessary until Grudge and Resentment have been completely erased. »

Customer: « Okay, done! Love has started installing itself. Is that normal? »

Tech Support: « Yes, but remember that you have only the base program. You need to begin connecting to other Hearts in order to get the upgrades. »

Customer: « Oops! I have an error message already. It says, « Error – Program not run on external components . » What should I do? »

Tech Support: « Don’t worry, ma’am. It means that the Love program is set up to run on Internal Hearts, but has not yet been run on your Heart. In non- technical terms, it simply means you have to Love yourself before you
can Love others. »

Customer: « So, what should I do? »

Tech Support: « Pull down Self-Acceptance; then click on the following files: Forgive-Self; Realize Your Worth; and Acknowledge your Limitations. »

Customer: « Okay, done. »

Tech Support: « Now, copy them to the « My Heart » directory. The system will overwrite any conflicting files and begin patching faulty programming. Also, you need to delete Verbose Self-Criticism from all directories and
empty your Recycle Bin to make sure it is completely gone and never comes back. »

Customer: « Got it. Hey! My heart is filling up with new files. Smile is playing on my monitor and Peace and Contentment are copying themselves all over My Heart. Is this normal? »

Tech Support: « Sometimes. For others it takes awhile, but eventually everything gets it at the proper time. So Love is installed and running. One more thing before we hang up. Love is Freeware. Be sure to give it and
its various modules to everyone you meet. They will in turn share it with others and return some cool modules back to you. »

Customer: Thank you, God.

UN « RDV » AVEC L’AUTRE FEMME

Après 21 ans de mariage, j’ai découvert une nouvelle façon de faire vivre l’étincelle amoureuse. Il y a peu de temps, j’ai eu une occasion et la seule, de sortir avec une autre femme. C’était vraiment l’idée de ma femme. Ce rancart était spécial. je n’oublierai jamais ce jour.

«Je sais que tu l’aimes», dit-elle un jour, me prenant par surprise.

« Mais je t’aime, moi! » protestai-je.

« Je sais, mais tu l’aimes aussi. » retorqua t-elle.

Ma femme insistait que je rende visite à cette femme qui n’était nulle autre femme que ma mère. Cella faisait maintenant près de 19 ans qu’elle était veuve et aussi que je l’avais à peine vu malgré le fait que nous vivions dans la même vile.

Les exigences de mon travail et de mes trois enfants avaient permis de ne lui rendre visite qu’occasionnellement.

alors ce soir-là, je l’ai appelée pour l’inviter à sortir dîner et aller ensuite regarder un film.

« Qu’est-ce qui ne va pas mon chéri? ça va fils! » demanda-t-elle?

Ma mère est le genre de femme qui soupçonne qu’un appel de fin de soirée ou une invitation surprise soit un signe d’une mauvaise nouvelle.

«J’ai pensé que ce serait agréable de passer du temps avec toi», répondis-je. « Rien que nous deux. » ajoutai-je.

Elle observa un moment de silence en guise de réflexion, puis dit: « J’aimerais beaucoup ça. »

Ce vendredi-là, après le travail, je me mit directement en route pour aller la chercher. j’étais un nerveux. Je ressassais nos moments passés ensemble et redoutais en même temps ce qu’elle allait me dire.

Quand j’arriva chez elle, je remarqua qu’elle aussi semblait être nerveuse à propos de notre rendez-vous. Elle était là, debout devant sa porte d’entrée avec son manteau. Elle avait bouclé ses cheveux et portait la robe qu’elle avait portée pour fêter son dernier anniversaire de mariage. Elle sourit d’un visage aussi radieux que celui d’un ange.

«J’ai dit à mes amis que j’allais sortir avec mon fils, et ils étaient tous impressionnés à cette idée», dit-elle en montant dans la voiture. « Ils ont hâte d’entendre parler de notre petite sortie. » rajouta t-elle.

Nous sommes allés dans un restaurant qui, bien que pas élégant, était très agréable et confortable. Ma mère pris mon bras comme si elle était la Première Dame.

Après nous être assis, j’ai dû lire le menu. Ses yeux ne pouvaient lire que les gros caractères. À mi-chemin de l’entrée, j’ai levé les yeux et j’ai vu maman assise là à me regarder. Un sourire nostalgique était sur ses lèvres.

«C’était moi qui devais lire le menu quand tu étais petit», dit-elle.

«Alors il est temps que tu me laisse te rendre la pareille», ai-je répondu.

Pendant le dîner, nous avons eu une conversation agréable – rien d’extraordinaire – juste rattraper les événements passés et récents de la vie de chacun de nous. Nous avons tellement parlé que nous avons raté le film.

Comme nous sommes arrivés plus tard chez elle, et elle dit: « Je sortirai avec toi à nouveau, mais seulement si tu me laisses t’inviter. » J’ai accepté et je l’ai embrassée pour lui souhaiter une bonne nuit.

« Comment était ton dîner? » demanda à ma femme quand je suis rentré à la maison.

« Très sympa et enfin de compte je pense que c’était une bonne idée. Bien mieux que ce que j’aurais pu imaginer, » répondis-je.

Quelques jours plus tard, ma mère décéda d’une grave crise cardiaque. C’est arrivé si soudainement que je n’ai eu aucune chance de faire quoi que ce soit pour elle.

Quelque temps plus tard, je reçu une enveloppe avec une copie d’un reçu du restaurant où ma mère et moi avions dîné. Une note jointe disait:

« J’ai payé cette facture à l’avance. J’étais presque sûr que je ne pourrais peut être pas être là, mais, néanmoins, j’ai payé deux assiettes – une pour toi et l’autre pour ta femme. tu ne sauras jamais ce que cette nuit a signifié pour moi. Je t’aime et ne cesserai jamais de t’aimer. « 

À ce moment-là, je compris l’importance de dire «JE T’AIME» à temps et de donner à nos proches le temps qu’ils méritent.

Rien dans la vie n’est plus important que Dieu et votre famille. Donnez-leur le temps qu’ils méritent, car ces choses ne peuvent pas toujours être reportées à «un autre moment».

A DATE WITH THE OTHER WOMAN

After 21 years of marriage, I discovered a new way of keeping alive the spark of love. A little while ago I started to go out with another woman. It was really my wife’s idea.

« I know you love her, » she said one day, taking me by surprise.

« But I love YOU! » I protested.

« I know, but you also love her. »

The other woman my wife wanted me to visit was my mother, who has been a widow for 19 years. The demands of my work and my three children had made it possible to visit her only occasionally. That night, I called to invite her to go out for dinner and a movie.

« What’s wrong, are you well, » she asked? My mother is the type of woman who suspects that a late night call or a surprise invitation is a sign of bad news.

« I thought it would be pleasant to pass some time with you, » I responded. « Just the two of us. »

She thought about it for a moment, then said, « I would like that very much. »

That Friday, after work, as I drove over to pick her up I was a bit nervous. When I arrived at her house, I noticed that she, too, seemed to be nervous about our date. She waited in the doorway with her coat on. She had curled her hair and was wearing the dress that she had worn to celebrate her last wedding anniversary. She smiled from a face that was as radiant as an angel’s.

« I told my friends that I was going to go out with my son, and they were impressed, » she said, as she got into the car. « They can’t wait to hear about our meeting. »

We went to a restaurant that, although not elegant, was very nice and cozy. My mother took my arm as if she were the First Lady.

After we sat down, I had to read the menu. Her eyes could only read large print. Halfway through the entree, I lifted my eyes and saw Mom sitting there staring at me. A nostalgic smile was on her lips.

« It was I who used to have to read the menu when you were small, » she said.

« Then it’s time you relaxed and let me return the favor, » I responded.

During the dinner, we had an agreeable conversation – nothing extraordinary – just catching up on recent events of each other’s lives. We talked so much that we missed the movie. we planed going to the cinema after eating.

As we arrived at her house later, she said, « I’ll go out with you again, but only if you let me invite you. » I agreed and kissed her good night.

« How was your dinner date? » my wife asked when I got home.

« Very nice. Much nicer than I could have imagined, » I answered.

A few days later, my mother died of a massive heart attack. It happened so suddenly that I didn’t have a chance to do anything for her.

Sometime later, I received an envelope with a copy of a restaurant receipt from the same place mother and I had dined. An attached note said: « I paid this bill in advance. I was almost sure that I couldn’t be there, but, never-the-less, I paid for two plates –one for you and the other for your wife. You will never know what that night meant to me. I love you. »

At that moment, I understood the importance of saying, « I LOVE YOU » in time, and to give our loved ones the time that they deserve. Nothing in life is more important than God and your family. Give them the time they deserve, because these things cannot always be put off to « some other time. » 

Some of us find it weird saying the three magic words out of her mouth making them look feeble. the most important thing is to express those words out even if it is in gestures.

AMOUR INCONDITIONNEL

C’est l’histoire d’un soldat qui rentrait enfin à la maison après avoir combattu à la guerre. Il appela ses parents pour leur informer de sa venue.

« Maman et papa, Je rentre à la maison, mais j’ai une faveur à demander. J’ai un ami que j’aimerais amener à la
maison avec moi. »

« Bien sûr, » répondirent-ils, « nous serions ravis de le rencontrer. »

« Il y a quelque chose que vous devriez par contre savoir » le fils continua.

« Cet ami qui viendra avec moi est un blessé de guerre. Lors d’une explosion, il perdit un bras et une jambe. Il n’a nulle part où aller et je veux qu’il vienne vivre avec nous. « 

« Je suis désolé d’entendre ça, fils. Peut-être que nous pouvons l’aider à trouver un logement. » lui suggéra sa mère.

« Non mère, je veux qu’il vive avec nous. » le fils rétorqua.

«Fils», dit le père,

«tu ne sais pas ce que tu demandes. Quelqu’un avec un tel handicap serait un fardeau terrible pour nous. Nous avons nos propres vies à gérer, et nous ne pouvons pas laisser quelque chose comme ça interférer dans notre routine. je
pense que tu devrais juste rentrer à la maison et oublier ce type. Il trouvera un moyen de s’en sortir. « 

À ce moment-là, le fils raccrocha et coupa toute forme de communication avec ses parents.

Les parents n’ont plus eu de nouvelles de leur fils jusqu’au jour où ils reçurent un appel de la Police de la ville où se trouvait leur enfant. Leur fils avait été trouvé mort après être tombé d’un immeuble, leur avait-il été annoncé.

La police annonca que le fils s’était suicidé. Les parents affligés par le chagrin ont pris le premier vol pour cette ville. Allant à la morgue de la ville pour identifier le corps de leur fils. Ils l’ont reconnu, mais à leur grande horreur, ils ont également découvert quelque chose qu’ils ne savaient pas, leur fils n’avait qu’un bras et qu’une jambe.

LEÇON DE MORALE

Les parents de cette histoire sont comme beaucoup d’entre nous. Nous trouvons facile que d’aimer les belles personnes, riches et qui ont réussies dans la vie, mais nous mettons en marge les gens qui nous dérange ou nous mettre mal à l’aise. Nous préférerions rester à l’écart des personnes qui ne sont pas aussi saines, belles ou intelligentes que nous.


Heureusement, il y a quelqu’un qui ne nous traitera pas de cette façon. Quelqu’un qui nous aime
avec un amour inconditionnel et qui nous accueillera toujours dans la famille pour toujours,
peu importe à quel point nous sommes rejetté de la société.

Ce soir, avant de nous coucher, faites une petite prière et demander à
Dieu de vous donner la force et la grandeur d’esprit d’accepter l’autre quelque soit son rang social et tels qu’ils sont et
demandez qu’Il nous aide à mieux comprendre ceux qui sont différents de nous !!

Portez-vous bien et protégez-vous en respectant les gestes de distanciation social à cause de cette pandémie.

Dee

UNCONDITIONAL LOVE

A story is told about a soldier who was finally coming home after having
fought in Vietnam. He called his parents from San Francisco.

« Mom and Dad, I’m coming home, but I’ve a favor to ask. I have a friend I’d like to bring
home with me. »

« Sure, » they replied, « we’d love to meet him. »

« There’s something you should know the son continued, he was hurt pretty
badly in the fighting. He stepped on a land mind and lost an arm and a leg.
He has nowhere else to go, and I want him to come live with us. »

« I’m sorry to hear that, son. Maybe we can help him find somewhere to live. »

« No, Mom and Dad, I want him to live with us. »

« Son, » said the father, « you don’t know what you’re asking. Someone with
such a handicap would be a terrible burden on us. We have our own lives to
live, and we can’t let something like this interfere with our lives. I
think you should just come home and forget about this guy. He’ll find a way
to live on his own. »

At that point, the son hung up the phone. The parents heard nothing more
from him. A few days later, however, they received a call from the San
Francisco police. Their son had died after falling from a building, they
were told. The police believed it was suicide. The grief-stricken parents
flew to San Francisco and were taken to the city morgue to identify the body
of their son. They recognized him, but to their horror they also discovered
something they didn’t know, their son had only one arm and one leg.

The parents in this story are like many of us. We find it easy to love those
who are good-looking or fun to have around, but we don’t like people who
inconvenience us or make us feel uncomfortable. We would rather stay away
from people who aren’t as healthy, beautiful, or smart as we are.
Thankfully, there’s someone who won’t treat us that way. Someone who loves
us with an unconditional love that welcomes us into the forever family,
regardless of how messed up we are.

Tonight, before you tuck yourself in for the night, say a little prayer that
God will give you the strength you need to accept people as they are, and to
help us all be more understanding of those who are different from us!!

HISTOIRE DE SENTIMENTS

Il était une fois une île où vivaient tous les sentiments; Le bonheur, la tristesse, la connaissance et tous les autres, y compris l’amour. Un jour, il a été annoncé au sentiment que l’île coulerait, alors tous ont réparé leurs bateaux et sont partis.

L’Amour a voulu persévérer jusqu’au dernier moment possible. Alors que l’île était presque en train de couler, Amour a décidé de demander de l’aide. La richesse passait devant l’Amour dans un grand bateau.

L’Amour dit « Richesse, pouvez-vous m’emmener avec vous? »

Richesse répondu: « Non, je ne peux pas. Il y a beaucoup d’argent dans mon bateau. Il n’y a pas de place ici pour vous. »

L’Amour a décidé de demander à Vanité qui passait également dans un beau vaisseau.

« Vanité, aidez-moi s’il vous plaît! »

« Je ne peux pas vous aider à aimer. Vous êtes toute mouillée et pourriez endommager mon bateau « , répondit Vanité.

La tristesse était proche alors L’Amour a demandé de l’aide.

« Tristesse, laisse-moi partir avec toi. »

« Oh… Amour, je suis tellement triste, j’ai besoin d’être seule. »

Le bonheur passait aussi devant l’Amour, mais elle était si heureuse qu’elle n’entendit même pas quand l’Amour l’appela!

Soudain, il y eut une voix:

« Viens amour, je te prendrai. » C’était un ancien.

L’amour se sentit si béni et ravi qu’il oublia même de demander son nom à l’aîné. Lorsqu’ils sont arrivés sur la terre ferme, l’aîné a suivi son propre chemin.

L’amour réalisant combien il devait être reconnaissant à l’aîné, demanda à La Connaissance, un autre ancien.

« Qui m’a aidé? »

« Il était temps », répondit La Connaissance.

« Temps? » demanda Amour. « Mais pourquoi Le Temps m’a-t-il aidé? »

La connaissance a souri avec une profonde sagesse et a répondu: « Parce que seul le temps est capable de comprendre à quel point l’Amour est grand. »